TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


I. J. Maillot (NF) : "Fier d'avoir rendu le voyage accessible au plus grand nombre"

L'interview du fondateur de Nouvelles Frontières



En préambule à la saga Nouvelles Frontières/TUI France, TourMaG.com a interviewé Jacques Maillot. Ce dernier avait établi son QG dans une ancienne agence Nouvelles Frontières, boulevard Saint-Michel à Paris. C’est dans ce quartier fréquenté par les étudiants que le voyagiste avait pris son premier essor. Souvenirs, souvenirs...


Rédigé par Michèle SANI le Dimanche 12 Février 2017

Le fondateur de Nouvelles Frontières ne s'est jamais retiré des affaires, depuis son départ en 2001. On le voit dans de nombreuses instances liées au tourisme. Administrateur ici, chargé de mission ailleurs, « Grande gueule » dans l’une des émissions de radio les plus populaires - DR : Siren-Com, Wikimedia Commons
Le fondateur de Nouvelles Frontières ne s'est jamais retiré des affaires, depuis son départ en 2001. On le voit dans de nombreuses instances liées au tourisme. Administrateur ici, chargé de mission ailleurs, « Grande gueule » dans l’une des émissions de radio les plus populaires - DR : Siren-Com, Wikimedia Commons
TourMaG.com - En créant Nouvelles Frontières, aviez-vous un objectif, un plan de carrière, un rêve ? D’où vous est venue cette idée utopique d’un droit à voyager pour tous ?

Jacques Maillot :
J’ai toujours eu l’obsession du prix, de voyager le moins cher possible. Le premier voyage que j’ai organisé en 1965 au Maroc pour les scouts de France a été une expérience édifiante.

Nous étions 150 et je voulais un avion. Air France m’avait donné les tarifs officiels, exorbitants, sans même me proposer de faire un charter. A la RAM, j’ai été très bien reçu.

Nous avons bu du thé. La compagnie était en pool avec Air France et ses tarifs, alignés. Je ne savais pas à l’époque qu’il fallait remplir dans les deux sens.

Alors je me suis tourné vers la SNCF. Train jusqu’à Bayonne, puis location de trois autocars pour un mois auprès d’une agence dans le Gers qui faisait des prix pas chers.

Nous avons traversé l’Espagne avec un hébergement et pris le bac à Algésiras. Tout compris, le Paris/Paris a coûté 500 francs.

TourMaG.com - Tout aurait pu s’arrêter là...

J.M. :
Pas du tout. Pour bien me rôder, j’ai fait voter les 150 participants et il a été décidé d’organiser, l’année suivante, un voyage d’un mois.

15 jours de circuit au Liban, en Syrie et en Jordanie et 15 jours dans un Kibboutz en Israël pour 300 personnes.

A l’époque, tout le monde à gauche voulait faire l’expérience du Kibboutz. Je suis retourné voir Air France, pas question de charter ou de vol dé-commercialisé.

Avec les Libanais j’ai vu que je commençais à pouvoir discuter. J’ai eu des conditions avec LIA, une compagnie qui n’existe plus, et avec El Al.

Tout compris, ce voyage a coûté 990 francs dont, quand même, 600 pour le transport. J’ai vu alors que l’avion était réservé aux riches.

J’ai créé l’association Nouvelles Frontières le 2 octobre 1967. Cette année-là, nous avons fait voyager 1 000 personnes en plusieurs groupes, en Turquie et en Grèce. Paris-Istanbul représentait 60 heures de train. Je les ai faites.

C’est aussi l’année où j’ai ouvert une première agence très bien située avenue Denfert-Rochereau. Pendant un certain temps, j’ai squatté la boutique inoccupée d’un ami. Elle appartenait au domaine de Paris.

J’ai ensuite payé une indemnité d’occupation. Pas cher, 100 francs par mois. Pendant mai 1968, tous les étudiants défilaient devant notre vitrine. Cela a dû provoquer des envies de voyager. En juin 1968, nous avions 4 000 adhérents.

J’ai tout de suite misé sur le circuit court

TourMaG.com - C’est là qu’a commencé votre combat pour la démocratisation du voyage ?

J.M. :
J’ai mené beaucoup de combats. J’en ai mené contre les agents de voyages qui avaient un rôle d’intermédiaire et se contentaient de distribuer les brochures. J’ai tout de suite misé sur le circuit court pour réduire les coûts de distribution.

TourMaG.com - Vous avez rapidement su utiliser les médias...

J.M. :
A un moment j’ai eu tout le monde contre moi, les agents de voyages, les compagnies... Dans le tourisme on me regardait comme une curiosité.

En effet, tout mon combat a été appuyé par une politique de communication très active.

Je m’étais lié d’amitié avec Yves Mourousi, l’icône du JT de 13 heures. Ma première télé, je l’ai faite avec lui, le 15 août 1968.

Ce jour-là, il recevait un certain François Mitterrand. Yves m’appelait souvent en urgence quand il avait un trou ou quand l’invité faisait faux bond.

Philippe Gildas sur Europe 1 en faisait autant, tôt le matin. Il m’est arrivé d’y aller en pyjama !

TourMaG.com - On a dit qu’a une époque, Nouvelles Frontières embauchait une personne par jour...

J.M. :
C’est vrai, plus de 360 par an. Un 757 représentait 50 emplois et un Paladien, une centaine. A une époque, tous secteurs confondus à travers le monde, Nouvelles Frontières avait 7 000 salariés.

TourMaG.com - Que s’est-il passé pour en arriver à la reprise de Nouvelles Frontières par TUI ? On a parlé du bug de l'an 2000...

J.M. :
Il y avait d’abord eu les guerres du Golfe. Ce fut des passages difficiles. Nous avions été amenés à changer les destinations, à mettre des vols supplémentaires vers les Antilles, la Réunion.

En effet le cap de l’an 2000 a été très dur. J’avais perdu un très bon directeur informatique. Celui qui lui a succédé en 1999 n’était pas à la hauteur.

Quand on a basculé le système, il y a eu un bug dévastateur. Un exemple : sur le Portugal, nous pensions avoir 200 personnes. Il y en avait 2 000. J’ai assumé. TUI a d’ailleurs mis du temps à régler les problèmes informatiques.

TourMaG.com - Quel souvenir gardez-vous de ce moment ?

J.M. :
Je travaillais beaucoup, j’étais un peu fatigué. J’avais eu deux belles propositions, l’une de First Choice et l’autre de TUI. J’ai hésité. Ce fut TUI.

J’aurais pu rester avec eux.... Vous savez c’est une situation difficile quand on a créé son entreprise. J’ai vu à ce moment-là le comportement des uns, des autres. Qui était fidèle, qui ne l’était pas. C’est intéressant à observer.

J’ai vécu les vingt jours les plus sombres de ma vie. Je tournais en rond. Le téléphone ne sonnait plus. Et je me suis rapidement relancé.

Nouvelles Frontières fut pour moi 35 années fabuleuses. J’ai fait voyager toute une génération, dans tous les milieux.

Certains ministres voyageaient avec Nouvelles Frontières. Si c’était à refaire, je le referais !

TourMaG.com - Depuis quinze ans, vous restez très présent dans le monde du tourisme et des médias. Vous êtes l’un des intervenants vedettes des « Grandes Gueules » sur RMC. Vous siégez comme administrateur dans de nombreuses instances et entreprises de tourisme, comme la Compagnie des Alpes, qui exploite les plus grandes stations françaises de ski alpin et des parcs de loisirs, dont le Futuroscope. Vous êtres le président d’UNOSEL, qui regroupe des organisateurs de voyages et séjours linguistiques. Vous êtes l’un des actionnaires de EasyVoyage. Vous avez été le président d’Euro Tunnel...

J.M. :
Et j’en suis fier. Je n’y suis resté que 10 mois et pour la première fois, avec moi, des petits actionnaires cocus ont renversé les gros, ceux de la direction britannique.

J’avais battu Philippe Bourguignon à ce poste. Comme première mesure, j’avais baissé de 50% la rémunération des administrateurs, mesure abrogée par mon successeur.

Je siège aussi au conseil d’administration de Voyageurs du Monde. Jean-François Rial a été l’un des premiers à me téléphoner en 2002.

J’ai gardé de nombreux contacts avec les anciens de Nouvelles Frontières qui, pour beaucoup, font de belles carrières. Je viens, par exemple, de préfacer le livre de Michel Durrieu, responsable du tourisme au Quai d’Orsay. Il avait travaillé pendant dix ans à Nouvelles Frontières.

Son livre publié aux éditions du Cherche Midi démontre à quel point la France, pays qui accueille le plus grand nombre de visiteurs dans le monde, est un colosse aux pieds d’argile.

TourMaG.com - Vous avez été chargé de mission par Laurent Fabius pour le développement des croisières maritimes et fluviales.

J.M. :
Je précise que j’ai toujours gardé mon indépendance et que beaucoup de mes missions sont du bénévolat.

Mon rapport est sur le bureau du ministre. J’y donne vingt propositions pour faire de la France l’une des premières destinations mondiales de croisières maritimes et fluviales.

A cet effet, de Georges Azouze, président de Costa France, à Elisabeth Weiss, chef de la supervision du projet du Nouveau France, une cinquantaine de spécialistes ont été auditionnés.

TourMaG.com - Ici, cette adresse du boulevard Saint-Michel est aussi le siège de votre association « Feu vert pour le développement ».

J.M. :
J'ai créé « Feu Vert pour l’Aventure » en octobre 1967, en même temps que Nouvelles Frontières. Jacques Seguela et Michel Péricard alors journaliste, l’un des pionniers de la télévision, étaient avec moi.

Détachée du lien avec TUI et rebaptisée « Feu Vert pour le Développement », notre association humanitaire a pris beaucoup d’ampleur.

Elle soutient financièrement et humainement des actions dans des domaines très divers, comme la réinsertion de jeunes en grande difficulté, l’éducation par la construction d’écoles et la formation d’enseignants, la santé par l’aide à des centres de soins médicaux et l’acheminement de médicaments, etc.

L’association participe également à l’activité « d’Aéropartage » mise en place par des pilotes et navigants de la compagnie Corsair. Avec eux, elle organise le transfert des matériels nécessaires à toutes ces actions, livres scolaires, produits pharmaceutiques, lait en poudre ou conserves alimentaires.

« Feu vert pour le développement » est aussi liée depuis sa création à la « Chaîne de l’Espoir » créée par le professeur Deloche. Nous sommes aussi engagés dans des actions militantes développées par certains de nos membres comme, par exemple, la « Mie de Pain » à Paris.

Mon souhait est de développer et de diversifier encore davantage les activités de notre association. Pour cela, toutes les énergies sont les bienvenues.

TourMaG.com - Le mot de la fin ?

J.M. :
Je vous le répète. Je suis fier d’avoir participé à rendre les voyages accessibles au plus grand nombre.

A la fin des années 1960, près de 80% des Français n’avaient jamais pris l’avion. Depuis cette époque, le métier de voyagiste a beaucoup évolué. Les professionnels doivent apporter de la valeur ajoutée, du service et de l’originalité dans leur communication.

En France, il y avait trop de voyagistes, trop de marques. Les regroupements s’inscrivent dans une logique. Et ce n’est pas fini.

Pour autant, je suis convaincu que certaines marques, comme Nouvelles Frontières, resteront longtemps présentes dans l’esprit des voyageurs. Beaucoup ont grandi avec.

Ce qui a changé pour moi ? Je choisis ce que je fais. Il n’y a rien d’urgent.

Ne croyez pas que le fondateur de Nouvelles Frontières se soit retiré des affaires depuis son départ en 2001.

On le voit dans de nombreuses instances liées au tourisme. Administrateur ici, chargé de mission ailleurs, « Grande gueule » dans l’une des émissions de radio les plus populaires. Il est insubmersible. Il ne change pas.

Charismatique. La passion intacte. La répartie mordante. Volontiers provocateur. Son carnet d’adresses est certainement l'un des plus volumineux de la place. Tourisme, médias, politiques de tous bords, il connaît tout le monde.

Quand j’ai quitté Jacques Maillot après l'interview, il venait de recevoir par coursier le dernier livre de Maître Dupont-Moretti, le prochain témoin grandes gueules de l’émission de RMC/BFM TV. Il avait deux jours pour le lire.

Et il m’a glissé cette dernière confidence : « C’est moi le plus ancien. J’ai été, il y a 13 ans, la première « Grande Gueule » de l’émission d'Alain Marschall et Olivier Truchot ».

Demain, retrouvez le premier volet de la saga Nouvelles Frontières, qui revient en 4 chapitres sur l'histoire de cette marque mythique.

Pour lire l'intégralité de la saga Nouvelles Frontières,
cliquez sur ce lien.

Lu 13386 fois

Notez


Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

8.Posté par Papadopoulos le 13/02/2017 16:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est bizarre: on n'entend pas les mecs de Thomas Cook ou de TUI dire la même chose: "X années de ma vie en tant que salariée de TUI, ce fût fantastique", "je garde un souvenir inoubliable de mes X années d'aventure Thomas Cook", "je n'ai jamais vu un PDG aussi humain et remarquable que M. Delord"...

Peut-être un peu les ex "Marmara"...et encore

7.Posté par Caro le 13/02/2017 15:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
j'ai eu la chance de travailler 17 ans de ma vie chez NF, les plus belles pour moi
Bonne continuation à Mr Maillot avec qui parfois j'arrivais en scooter le matin :-)

6.Posté par Marie laure le 13/02/2017 14:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
11 ans de ma vie...
Une très belle aventure avec un homme profondément humain.
Un grand merci

5.Posté par jean-michel CHARTIER le 13/02/2017 13:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moi aussi j'ai connu brièvement NF de sept 84 à mars 85...
Mais quels souvenirs...
M. Maillot est un personnage haut en couleur, pragmatique essayant de résoudre les problèmes des plus importants aux plus accessoires...
De grands moments, de la gouaille, des cris dans les couloirs.
Quand on déchargeait une palette de brochures rue de la fédération on se retrouvait au bar, invités...
Tout cela est bien loin...
Bon vent M. Maillot et bravo à vous

4.Posté par NICOLE CHARTIER le 13/02/2017 11:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai eu la chance de travailler 20 ans sous la direction de M. Maillot, et 6 ans sous TUI. Mais ce sont les 20 ans qui ont été les plus belles années. Les 6 autres ont vu passer plusieurs plans social. Jacques Maillot était un patron comme ont en fait plus. Il connaissait tous ses employés et nous appelait par nos prénoms. Il savait prendre des risques et était présent sur tous les fronts. Ce n'était pas le genre de patron qui passe tout son temps dans son bureau. Il a toujours été très disponible pour ses employés. Je le regrette très souvent. C'est vrai que Nouvelles Frontières à été connu de la France entière, car quand il m'arrive d'en parler autour de moi, souvent les gens connaissaient.
Si Jacques Maillot peut lire ce message, je lui souhaite une belle continuation....

3.Posté par KAMILA ROCHETTE le 13/02/2017 10:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
MERCI Jacques

2.Posté par Tonna pierre le 13/02/2017 09:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une figure...
j'ai eu la chance de travailler avec lui, et je tire mon chapeau à ce monsieur "hors du commun"
j'ai été embauché en février 1984 chez Minerve, transporteur attitré à l'époque des passagers nouvelles frontieres.
nous avions une chaîne de vols spécifiques, car le monopole d'Airfrance sur les Antilles nous obligeait de décoller de Bruxelles. M Maillot louait donc des autobus entre École militaire et Bruxelles Zaventem, et nous transportions les clients entre la belgique et les Antilles.
bref 15 jours après mon embauche, je dois remettre un paquet a un client qui part sur Fort de france. mais pauvre provincial, je ne sais pas où est l’école militaire, et il est 3h00 du matin.
seul contact que j'avais, le téléphone de mr Maillot.... j'ai osé l'appeler et j'ai découvert un homme qui ma répondu sans problème, sans colère. nous avons créé des liens, et j'ai beaucoup apprécié cet homme que je croisais tous les matin sur sa mobylette... sans casque eh oui....

1.Posté par Hervé le 13/02/2017 08:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Juste une question de profane. NF est elle une Société qui a été bénéficiaire un jour ?

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.




Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
La Travel Tech
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips