TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Jean-Pierre Mas (EDV) : "Le monde entier va exiger le vaccin pour voyager, cela aura le mérite de la clarté"

Quelles perspectives de reprise ? La série de l'été 2021 de TourMaG.com



Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme français naviguent à vue... Comment se passe l'été pour les patrons et surtout, comment appréhendent-ils les prochains mois pour leurs entreprises ? TourMaG.com a décidé de leur consacrer sa série estivale. Chaque jour, retrouvez un témoignage. Aujourd'hui, Jean-Pierre Mas, Président des Entreprises du Voyage.


Rédigé par La Rédaction le Mardi 3 Août 2021

Jean-Pierre Mas : "Pour notre secteur, EdV s’est mobilisé pour bénéficier de la réalisation d'un diagnostic de sortie de crise et aboutir à des recommandations d'actions opérationnelles sur le champ de l'emploi, des compétences et de la formation" - DR
Jean-Pierre Mas : "Pour notre secteur, EdV s’est mobilisé pour bénéficier de la réalisation d'un diagnostic de sortie de crise et aboutir à des recommandations d'actions opérationnelles sur le champ de l'emploi, des compétences et de la formation" - DR
TourMaG.com - Comment voyez-vous la reprise et quels en sont les principaux enjeux, selon vous ?

Jean-Pierre Mas :
Les prévisions, disait Pierre Dac, sont difficiles, surtout lorsqu’elles concernent l’avenir. Je me limiterai donc à un constat : Les Français veulent voyager, respirer, vivre, échanger. Et nous, opérateurs du voyage, nous voulons vivre de notre travail.

Le principal enjeu de la reprise est la vaccination. Nous allons devoir nous adapter à un environnement Covid. Le monde entier va exiger le vaccin pour voyager, cela aura le mérite de la clarté.

TourMaG.com - Les Ressources Humaines vont-elles jouer un rôle axial dans la relance de l'industrie du tourisme ?

Jean-Pierre Mas :
Oui. Un an et demi de semi-travail, voire pour certaines entreprises sans travail, a fait fuir de nombreuses compétences vers d’autres secteurs. Par ailleurs, les besoins des opérateurs du voyage évoluent vite pour répondre à de nouvelles exigences des voyageurs accélérées par les nouveaux usages découverts ou appropriés pendant la crise sanitaire : l’économie numérique a fait un bond de 10 ans par exemple…

Pour notre secteur, EdV s’est mobilisé pour bénéficier de la réalisation d'un diagnostic de sortie de crise et aboutir à des recommandations d'actions opérationnelles sur le champ de l'emploi, des compétences et de la formation.

Ce diagnostic co financé par le Ministère du travail et OPCO Mobilités durera 3 mois et sera conduit de façon paritaire avec des représentants des entreprises et des salariés. C’est du concret et de l’opérationnel.

TourMaG.com - Au niveau de votre entreprise, qu'allez-vous changer et quels sont les défis à relever dans les prochains mois ?

Jean-Pierre Mas :
Aux Entreprises du Voyage améliorer encore la réactivité, la proximité avec les adhérents et leur soutien.

Dans mes entreprises : associer la proximité, la réassurance, la présence d’interlocuteurs identifiés et le digital.

Répondre aux demandes des clients lorsqu’ils les formulent et pas seulement quand nous sommes « ouverts » ; être accessible sans être intrusif pendant toute la durée du voyage et ne pas se satisfaire de demander au retour : « Ca c’est bien passé ? Voilà qui nécessite de repenser l’organisation du travail.

TourMaG.com - Redoutez-vous cette reprise, entre la baisse des aides, le remboursement des avoirs et l'endettement supplémentaire (PGE) ?

Jean-Pierre Mas :
« Redouter », voilà qui voudrait dire que nous n’anticipons pas. Nous sommes mobilisés afin que les mesures de soutien s’adaptent à l’évolution de l’activité. Ceci étant, nous sommes également conscients des difficultés que vont devoir affronter de nombreuses entreprises et nous serons présents pour aider les adhérents des Entreprises du Voyage à franchir ce cap.

TourMaG.com - Face à cette pandémie, à quoi ressemblera, selon vous, le tourisme de demain ?

Jean-Pierre Mas :
La crise a freiné l’activité et accéléré les mutations. Des sites ou régions touristiques ont découvert l’impact positif de l’absence de touristes sur la nature et l’environnement et ses incidences négatives sur l’économie, les revenus des habitants et leur vie quotidienne. Par ailleurs notre secteur est ciblé, souvent abusivement, pour son impact sur le réchauffement climatique.

Même si je ne crois pas à l’abstinence en matière de voyages, on pourrait s’orienter vers davantage de sobriété : des voyages plus longs, plus lents plus riches sur le plan sociétal et culturel, plus curieux… et moins fréquents.

Contrairement à ce que disent les tenants du « tourisme élitiste », comme au temps des wagons-lits et des madones du sleeping, le droit aux vacances est un acquis social ; le « tourisme de masse » a un avenir lié à l’évolution du temps libre qui a été multiplié par 6 en un siècle et qui ne cesse de croitre sous l’effet de l’allongement de la vie en bonne santé . Ce tourisme-là peut parfaitement être respectueux des cultures et de l’environnement, être « responsable ».

Retrouvez tous les articles de notre série de l'été 2021 en cliquant sur ce lien.

Lu 7725 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 16 Septembre 2021 - 11:35 Lidl Voyages lance la vente de vols secs en ligne







































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias