TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



L'inéluctable déclin du transport aérien français

la chronique de Jean-Louis Baroux



Il faut bien se rendre à l’évidence, faute d’un sursaut du Gouvernement Français, et cela n’en prend pas le chemin, le transport aérien de notre pays est inéluctablement condamné au déclin, en fait je devrais dire à poursuivre son déclin. N’oublions pas en effet que le pavillon national représentait plus de 50% du marché dans les années 1990 et qu’il est descendu en dessous de 40%. Et cela ne va pas s’arrêter à ce niveau.


Rédigé par Jean-Louis Baroux le Lundi 1 Octobre 2018

Les concurrents étrangers ont les reins assez solides pour éliminer les compagnies françaises de leur propre territoire domestique - Photo Depositphotos d.travnikov
Les concurrents étrangers ont les reins assez solides pour éliminer les compagnies françaises de leur propre territoire domestique - Photo Depositphotos d.travnikov
Regardons les choses en face. Tout d’abord le marché français est le troisième d’Europe après la Grande Bretagne et l’Allemagne.

Il sera le deuxième en cas de Brexit. C’est dire si cette proie est intéressante, car nous vivons maintenant sous le régime de l’"Open Sky" européen, ce qui revient à dire que n’importe quel transporteur de l’Union Européenne ou qui détient des droits équivalents, comme Swissair ou Norwegian, peut à loisir desservir n’importe quelle desserte couverte par les droits européens et donc français.

Or le constat est clair, nos compagnies françaises sont dans l’incapacité de soutenir la concurrence avec leurs homologues et ce pour beaucoup de raisons.

D’abord leur capacité financière. Cette dernière a été particulièrement érodée depuis disons les 10 dernières années. C’est ainsi que le groupe leader français Air France/KLM a accumulé une perte de 5,722 milliards d’euros entre 2009 et 2017 alors que dans le même temps British Airways faisait un profit de 5,491 milliards d’euros et le groupe Lufthansa affichait un profit de 8,271 milliards d’euros.

Les autres transporteurs français, de taille beaucoup plus modeste essaient d’équilibrer leurs comptes avec des résultats proches de l’équilibre à la notable exception d’Air Caraïbes qui a fait un profit de plus de 57 millions d’euros pendant les 4 derniers exercices.

La conséquence est brutale, hormis Air Caraïbes, les transporteurs français ne disposent pas des moyens financiers pour investir dans leur produit alors que leurs concurrents en ont largement les possibilités… et ils ne s’en privent pas.

Garder l'emprise sur le marché domestique

Plus grave est l’incapacité de nos transporteurs à préserver leur emprise sur le marché domestique. Celui-ci est en train de basculer dans les mains des « low costs » anglo-saxons mais aussi espagnols.

Et ces concurrents ont largement les moyens de leurs ambitions. Au cours de la même période, 2009 – 2017, Ryanair a fait un profit net cumulé de 4,752 milliards d’euros et easyJet de 2,880 milliards d’euros alors que Vueling devait se contenter d’un modeste, dirons-nous, résultat de 470 millions d’euros.

Autrement dit les concurrents ont les reins assez solides pour éliminer les compagnies françaises de leur propre territoire domestique. Et ils ne vont pas s’en priver.

Ryanair, EasyJet, Vueling et même Volotea annoncent d’ores et déjà l’ouverture de nouvelles bases dans les villes de province, là où Air France avait largement échoué. Seule l’utilisation massive de Transavia sur le territoire métropolitain pourrait préserver le pavillon français, mais cela est refusé par les syndicats.

Peut-on inverser le cours des choses ? Rien n’est moins sûr tant les Pouvoirs Publics semblent impuissants à mettre ce secteur d’activité en mesure de se mesurer avec les concurrents étrangers, alors même qu’ils restent accrochés à leur maintien dans le capital d’Air France/KLM, bien que tous les experts s’accordent à voir dans cette participation l’une des causes majeures à la difficulté du dialogue social dans l’entreprise.

Soyons encore plus clairs. Les fameuses Assises du Transport Aérien ne vont déboucher sur rien de tangible. D’ailleurs les principaux acteurs que sont les dirigeants des compagnies françaises ne l’ont pas envoyé dire lors de leur récente intervention au cours de l’IFTM.

Allez pour faire un geste, parions que la fameuse « taxe Chirac » sera enlevée et qu’alors, les transporteurs seront priés de dire merci.

Charges sociales, contraintes administratives

Mais cela ne pourra en rien améliorer la compétitivité des compagnies.

Celles-ci sont plombées par des contraintes qui ne pèsent pas sur leurs concurrents. Il faut bien sûr mentionner l’écart des charges sociales qui renchérissent les coûts français de centaines de millions d’euros, mais il faut rajouter les contraintes administratives imposées par la DGAC qui a rajouté des couches aux règlements européens, sans que l’on puisse y voir une quelconque justification.

Et puis il y a l’absence de coordination entre les différents services dont l’Etat est soit gestionnaire soit largement décisionnaire, je veux parler des acheminements ville-aéroport, des difficultés récurrentes rencontrées par le contrôle aérien et même par la gestion de la sûreté qui retombe sur le transport aérien et pas sur le transport ferroviaire.

Bref, on voit très mal comment avec tous les handicaps et en dépit d’un savoir-faire reconnu, les compagnies françaises pourront maintenir leur position à défaut de pouvoir, elles-mêmes, s’installer durablement et avec profit dans les marchés européens.

Jean-Louis Baroux - DR
Jean-Louis Baroux - DR
Jean-Louis Baroux est l'ancien président d'APG (Air Promotion Group) et le créateur du CAF (Cannes Airlines Forum) devenu le World Air Forum.

Grand spécialiste de l'aérien, il a signé aux éditions L'Archipel ''Compagnies Aériennes : la faillite du modèle'', un ouvrage que tous les professionnels du tourisme devraient avoir lu.

Les droits d'auteur de l'ouvrage seront reversés à une association caritative. On peut l'acquérir à cette adresse : www.editionsarchipel.com.

Lu 3154 fois

Notez



1.Posté par serge13 le 02/10/2018 05:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Votre reportage est clair, et je pense qu'effectivement, HOP va très vite disparaitre du ciel Français. Néanmoins, vous accusez les charges sociales des compagnies aériennes. OK Mais voilà, EasyJet réussi très bien avec des salaires et charges bien français, Ryanair arrive, Volotea se paie une croissance vertigineuse, toujours avec le droit Français. Cela prouve la solidité du système. Les pouvoirs publics n'y sont pour rien. En France on accuse toujours l'Etat, mais aucun effort n'est fourni réellement par ces mêmes compagnies. AF est gouvernée par les syndicats. Ca c'est un drame. Transavia aura vraiment du mal à rattraper son retard même si un accord est trouvé. Vous oubliez aussi un détail: Le TGV. Pensez que Marseille-Paris sera à 19€ avec le OUIGO. Pas de taxe de gare pour eux. Est ce bien raisonnable?

2.Posté par Antoine Ferretti le 02/10/2018 08:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Est-ce que Monsieur Brroux a bien trouvé les vraies raison du déclin du transport aérien français ?

3.Posté par Pascal le 02/10/2018 14:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est quand même très étonnant cette volonté constante qu'a Mr Baroux depuis 10 ans (peut être plus), de dézinguer le pavillon aérien français en général et Air France en particulier
Est ce un problème personnel ou tout simplement un "contrat"?
Regardez bien les PDM de BA en Grande Bretagne et de LH en Allemagne, vous serez surpris...

4.Posté par Chris le 02/10/2018 16:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Malheureusement, Jean-Louis Baroux, décrit bien la réalité de l'évolution, ou plutôt de la non évolution du transport aérien du pavillon français aux mains des syndicats.
Ses connaissances très approfondies du marché mondial de l'aérien doivent être prises très au sérieux si on ne veut pas connaître le sort qui a été celui imposé à d'autres compagnies, maritimes ou aériennes, entraînant la disparition de ces dernières.
Cet ouvrage aura au moins le mérite de réveiller les consciences pour une meilleure approche de la réalité du marché.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hôtel&Lodge PRO, Le Hub des pros de l'hébergement.

TourMaG.com DMCmag.com Hôtel&Lodge PRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips