TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



La case de l’Oncle Dom : ANCV, les chèques vacances en bois... dont on fait des flûtes !

L’édito de Dominique Gobert



Et vlan ! Après cet amendement stupide qui va taxer les aides aux vacances offerts par les comités d’entreprises aux salariés (et aux retraités), voilà que les chèques vacances vont, eux-aussi coûter plus chers aux prestataires de tourisme…


Rédigé par le Jeudi 1 Novembre 2018

Sans aucune concertation, l’organisme émetteur de ces chèques a décidé d’augmenter son taux de commission de quelque 150% - Photo ANCV
Sans aucune concertation, l’organisme émetteur de ces chèques a décidé d’augmenter son taux de commission de quelque 150% - Photo ANCV
Décidément, le tourisme est en train de devenir aussi la vache à lait du gouvernement.

Et pourtant, si j’en crois la fatigue de Président Macron, lequel ne doit pas payer ses vacances en « chèques vacances », chacun peut et doit pouvoir se payer un peu… de repos.

Sauf que, encore une fois, ce sont les plus démunis qui utilisent ces « aides », fournies par leurs entreprises et qui sont reconnues par quelque 200.000 prestataires de loisirs touristiques.

Mais ce « chèque vacances », émis par l’ANCV, va « coûter » plus chers aux prestataires qui l’acceptent.

En effet, sans aucune concertation, l’organisme émetteur de ces chèques a décidé d’augmenter son taux de commission de quelque 150%, passant de 1% à 2,5% dès le 1er janvier prochain !

Dominique Gobert - DR
Dominique Gobert - DR
Et du coup, qui va être une nouvelle fois pénalisé ? Devinez…

Ben, d’une part les professionnels du tourisme qui acceptent ce moyen de paiement, c’est-à-dire beaucoup d’entre vous… et, plus accessoirement, la masse de ces salariés modestes qui seront forcément contraints, soit « d'absorber » ce surcoût, soit de ne plus pouvoir bénéficier de ces avantages, lesquels, reconnaissons-le, sont quand même bien modestes !

Mais Président Macron et son ministre Le Maire n’en sont pas à leur coup d’essai, le tourisme étant le cadet de leurs soucis.

Pourtant, notre toute nouvelle Confédération des Acteurs du Tourisme avait déjà tiré la sonnette d’alarme. Hélas, et c’est bien dommage, on peut ainsi constater que nos dirigeants n’en ont strictement rien à faire.

Droit dans ses bottines, notre bon ministre Le Maire, soucieux sans doute, (lui le transfuge d’une autre formation politique), de plaire à ses nouveaux amis, comme pour la transposition de la Directive Européenne sur les voyages à forfaits ou sur la taxation des avantages vacances des CE a décidé.

Et là, pour ces professionnels qui disposent de très peu de marges (financières, bien sûr), il n’existe pas trop d’alternatives : soit augmenter leurs tarifs, soit abandonner le « chèque vacances », soit s’asseoir sur leurs (faibles, très faibles) marges.

Pour le syndicat professionnel, ex-Znav devenu Les Entreprises du Voyage, c’est une nouvelle fois un sacré coup porté à la profession, d’autant que, dans un esprit tout à fait social, le syndicat se refuse à «boycotter » ce moyen de paiement.

Effectivement, ce seraient, une nouvelle fois, les plus démunis qui « paieraient ce nouvel impôt ».

Parce que, faut quand même pas se leurrer : cette « augmentation », cette « taxation », n’est ni plus, ni moins qu’un impôt déguisé, essentiellement destiné aux plus modestes de nos salariés.

Je ne crois pas avoir entendu Mélenchon protester une seule seconde sur cette nouvelle histoire. Mais il est vrai que le tourisme et le chèque vacance ne le concernent pas beaucoup.

Tout ceci est bien triste, mais c’est ainsi !

Bonne vacances, Président Macron !

Dominique Gobert Publié par Dominique Gobert Editorialiste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Dominique Gobert
  • picto email

Lu 1481 fois

Notez



1.Posté par oiseauzo le 02/11/2018 09:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et cerise sur le gateau, le gouvernement souhaite rendre imposable les aides des comités d'entreprise, et donc...le chèque vacances

2.Posté par agvfan le 02/11/2018 10:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
la "justification" de l'ANCV vaut son pesant d'or : réduction du délai de remboursement de 21 à 5 jours (ah ben oui pour compter à la main les chèques ça prend du temps ..) , et dématérialisation (ah ben oui vu le temps passé à découper les chèques , même qu'il existe des machines spéciales développées pour le faire, si ça se trouve le gain de productivité en agence va absorber les 1.5%...) ; welcome back to USRR .

3.Posté par westar le 02/11/2018 10:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour


je lis : ce sont les plus démunis qui utilisent ces « aides »............................certainement pas !!!!! Voila quelqu'un qui n'a jamais travaillé en agence. Alors , certes, il y a des gens, pas très fortunés qui bénéficient de chèques vacances.....mais ce n'est pas l'apanage.

les taux de commission de l’émetteur de chèques-vacances augmentent en Janvier ??? ce n 'est pas cela qui va vous empêcher de vendre ou alors vous etes le plus mauvais des vendeurs

A un moment, faut arretez de raconter des conneries .........

4.Posté par Franck Chapus le 02/11/2018 11:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Dominique,
Westar a raison, si vous enquêtiez sur l'utilisation des chèques vacances, vous constaterez qu'il y a des dysfonctionnements.. je vous conseille, également, de regarder du côté de leur finalité et vous pourrez voir que Mac'do et autres seront bien plus impactés (ce qui n'était pas l'objectif de départ) que les AGV...pour lesquelles c'est aussi un mauvais coup...Je ne suis pas un spécialiste, mais creusez...
Bien à vous Franck Chapus

5.Posté par François Lefrançais le 06/11/2018 11:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Tonton,
Quelques rectifications nécessaires s'imposent:
"...plus accessoirement, la masse de ces salariés modestes qui seront forcément contraints, soit « d'absorber » ce surcoût, soit de ne plus pouvoir bénéficier de ces avantages..."
La commission de 2,5% est supportée par le prestataire et non pas le bénéficiaire. Vous mélangez deux choses.

"...cette « augmentation », cette « taxation », n’est ni plus, ni moins qu’un impôt déguisé, essentiellement destiné aux plus modestes de nos salariés. "
Primo : Un impôt (même déguisé) est quand il est "imposé" à tout le monde. Or les salariés ont le choix de "consommer" ou pas les prestations servies par leur CE. S'ils ne les utilisent pas, ils ne seront pas taxés.Il y a environ 35% de salariés qui n'utilisent pas les prestations. Une preuve ? Imaginons que le CE de Tourmag organise un voyage d'une semaine pour les salariés et leurs familles. Ce voyage est proposé avec une participation de la part de salariés de 100€ / adulte et 50€/ enfant. Demandez autour de vous pour savoir combien de personnes viendront. Sûrement pas toutes.

Deuxio: Dire que les plus pénalisés sont les plus modestes, c'est faux: d'abord parce que les CE offrent les mêmes prestations sociales à tous les salariés et en suite parce que, proportionnellement, il y a un taux plus important de salariés aisés (cadres et assimilés) qui demandent les prestations du CE. C'est un peu logique quand on réfléchit : ceux qui ont les moyens de s'offrir une prestation, vont la demander. Ceux qui ont des salaires tellement petits qu'ils ne peuvent même plus participer à l'achat des billets de cinéma, ils vont rester à la maison.

Donc, mon cher Tonton, vous voyez que la chose n'est pas simple. Ce n'est pas toujours les plus démunis qui sont pénalisés.

CQFD

6.Posté par Groupie le 07/11/2018 10:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A lire les différents commentaires vous ne devez pas travailler des masses avec les CE... Bien sûr que ce sont notamment les salariés avec les plus faibles revenus qui sont premièrement impactés.. Ensuite nous prestataires allons encore devoir rogner sur nos marges pour absorber cette augmentation délirante... Mais tout va bien

7.Posté par Antiancv le 07/11/2018 15:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
imposition tout azimuts:
-les salariés devront payer des impôts sur les chèques vacances
-les employeurs paieront des charges sociales dessus
-les prestataires voient leur commission prélevée augmenter de 150%
les salariés ne commanderons plus ces chèques, les prestataires vont sortir du système et les patrons itou, dans 2/3 ans l'ANCV fermera ses portes !
#lafindeschequesvacances

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hôtel&Lodge PRO, Le Hub des pros de l'hébergement.

TourMaG.com DMCmag.com Hôtel&Lodge PRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips