TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Mariage TUI France-Marietton : les syndicats et les fournisseurs se font du mouron !

des tour-opérateurs inquiets de la concentration



Alors que l'hypothèse d'un rapprochement entre TUI France et Marietton Developpement a été évoqué par le quotidien Les Echos, du côté des syndicats de TUI France c'est toujours le brouillard. Le CSE a ainsi écrit à Elie Bruyninckx CEO de TUI Western Region pour faire part de ses inquiétudes. Des craintes aussi du côté des tour-opérateurs fournisseurs du GIE ASHA (Havas, Selectour) piloté par Laurent Abitbol, Président de Marietton et qui voient d'un mauvais œil cette concentration.


Rédigé par le Mardi 26 Novembre 2019

Le CSE de TUI France a d'ailleurs écrit à Elie Bruyninckx CEO de TUI Western Region pour faire part de son inquiétude le 19 novembre 2019 dernier - Depositphotos.com IgorVetushko
Le CSE de TUI France a d'ailleurs écrit à Elie Bruyninckx CEO de TUI Western Region pour faire part de son inquiétude le 19 novembre 2019 dernier - Depositphotos.com IgorVetushko
Alors que le quotidien Les Echos annonçait que le géant allemand TUI envisageait de sortir du marché français en passant par la case Marietton, du côté des syndicats c'est toujours l'expectative.

Le journal économique avait présenté l'hypothèse d'une reprise de TUI France par le groupe Marietton avec la mise en place d'une location-gérance.

Lire aussi : La case de l’Oncle Dom : Thomas Cook c'est réglé... on passe à TUI France ?

Mais Lazare Razkallah secrétaire du Comité Sociale et Economique (CSE) de TUI France, n'a aucune information officielle : "Nous entendons certaines rumeurs, nous lisons la presse, mais officiellement nous savons juste que le groupe recherche des partenaires depuis mai dernier".

A cette époque, la direction prévoyait des annonces "très prochainement". Des annonces qui ont été ensuite reportées en septembre, en octobre puis fin octobre.

Et alors que novembre touche à sa fin, aucun CSE extraordinaire sur le sujet n'a été convoqué. Le CSE a d'ailleurs écrit à Elie Bruyninckx CEO de TUI Western Region pour faire part de son inquiétude le 19 novembre 2019 dernier.

Des inquiétudes chez les tour-opérateurs

Ce dernier n'a pas tardé à répondre puisque dès le lendemain le CSE recevait une réponse dans laquelle il précisait ne pas être encore en mesure d'annoncer le résultat final. Il espère toutefois organiser prochainement une rencontre "pour annoncer de vive voix de bonnes nouvelles".

Patience donc ! Mais une réponse qui accrédite quand même peu ou prou l'hypothèse d'un deal avec le Groupe de Laurent Abitbol.

Pendant ce temps, selon nos informations les négociations se poursuivent les deux parties. La pierre d’achoppement concernerait la dette de TUI France.

Une dette qui pèserait lourd et dont Laurent Abitbol, Président de Marietton aimerait sans doute se voir délester. Mais quelle est sa marge de manœuvre précise ?

Reste que cette reprise potentielle interpelle les fournisseurs du groupe Marietton et notamment les tour-opérateurs.

Car Laurent Abitbol, c'est Havas Voyages, Ailleurs Voyages mais aussi Selectour... Soit d'un côté près de 485 points de vente intégrés et de l'autre 1200 agences de voyages pour l'Hippocampe.

Ajoutez à cela la vingtaine d'agences Thomas Cook sur lesquelles Havas Voyages s'est positionné dans le cadre de la reprise de Thomas Cook France.

Additionnez les franchises Havas Voyages (près de 165 agences) qui bénéficient aussi des accords du GIE ASAH (Selectour Havas Voyages) et le compte est presque bon.

Des inquiétudes du côté des tour-opérateurs fournisseurs

TUI France dispose de son côté de 69 agences intégrées et 167 agences mandataires ainsi que de belles marques de tour-opérateurs : Marmara, Nouvelles Frontières, Passion des Iles ou encore TUI.

Ce qui fait dire à un dirigeant de tour-opérateur : "La concentration de la distribution autour d'une seule personne ne peut pas nous convenir".

"Disons que la peur est double : si vous ne faites pas partie du référencement Selectour, Havas, et prochainement peut-être de TUI, il ne restera plus grand chose, et si vous en faites partie, comment dire "non" à de nouvelles exigences ?" ajoute un autre patron de voyagiste.

"Quand j'emploie mes fonds marketing pour des opérations chez nos agences partenaires, j'aimerais être surs qu'ils soient employés à vendre mes produits et pas ceux du groupe Marietton" poursuit encore l'un deux.

"Laurent Abitbol cherche à créer une consolidation énorme autour de ses agences pour pousser ses propres produits. Si le deal se fait avec TUI, c'est sur que cela risque de faire un peu trop" précise un autre voyagiste.

Un challenge social à relever ?

Mais pour d'autres, le challenge à relever sera de taille pour le groupe Marietton.

"TUI France n'a jamais gagné un euro et Laurent Abitbol devra régler plusieurs problèmes. Il y a tout un volet social qu'il faudra traiter avec des syndicats qui ne doivent pas être simples à gérer et un historique important avec des personnes qui viennent de Transat, de Look, de Nouvelles-Frontières...

Et il y a aussi la question des engagements aériens qui seront forcément à réduire.

Mais comment construire une offre TUI France lorsque le TO a toujours été fort sur la province ? Il faudra donc que Laurent Abitbol se trouve un bon DRH et un bon directeur transport. Je lui souhaite bon courage !"
analyse un observateur.

Cela permettra de gagner un peu de temps souligne un autre patron de tour-opérateur : "cela nous laisse donc quelques mois et quelques années pour monter en puissance et justifier notre place".

Selon plusieurs sources concordantes, l'officialisation de cette alliance pourrait aboutir mi-janvier 2020. Reste à savoir si les négociations iront jusqu'au bout. Si c'est le cas, Laurent Abitbol devra trouver un pilote pour ce nouvel ensemble.

Au jeu des pronostics, plusieurs observateurs évoquent la piste de Nicolas Delord, ancien Président de Thomas Cook France.

Affaire à suivre.

Céline Eymery Publié par Céline Eymery Rédactrice en Chef - TourMaG.com
Voir tous les articles de Céline Eymery
  • picto Facebook
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 7134 fois

Notez



1.Posté par Th le 27/11/2019 10:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ça fait des annees que les gros TO se plaignent du coût du referencement dans les réseaux mais bon personne ne les force à signer les contrats il faut arrêter de vous plaindre !

2.Posté par Charles le 27/11/2019 10:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le référencements fournisseurs des réseaux Havas et Selectour risque l'explosion, et précipiter le développement des ventes Tour Opérateur en direct (enfin pour ceux qui auront les moyens d'investir sur le web). Les agences physiques ont du soucis à ce faire.

3.Posté par Farid ZAIDI le 27/11/2019 14:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
10 ans déjà !
J'ai quitté le groupe TUI il y a déjà 10 ans pour rejoindre l'industrie. Je n'ai aucun regret de mes choix et aujourd'hui c'est avec une grande tristesse que je vois poindre une nouvelle restructuration qui va une nouvelle fois toucher les salariés (le vrai capital de ce groupe) du fait des inconséquences des investisseurs Allemands. Avec leurs slides, leurs process, leurs manques de de connaissance du client (sauf le bronze c... (comme disait J.Maillot) qui se pavanne sur les plages des Baléares) et surtout le manque d'anticipation chronique des mutations du marché.
Michel Combes disait un jour small is beautiful ! Je pense que l'industrie du tourisme mérite de la proximité et du circuit court, ce n'est pas dans les consolidations financières que l'on créée de la valeur ! Il suffit de voir comment des modèles agiles sur des segments de niches arrivent à conquérir des parts de marchés parce que lisibles aux yeux des consommateurs. Le supermarché du Tourisme à la mode TUI / TC c'est malheureusement fini tel que ce que l'on voit avec la GMS... C'est vrai qu'internet est passé par la mais les pseudo dirigeants (banquiers ?) de ces groupes gigantesques qui ne connaissent les clients qu'au travers de concepts abstraits n'ont pas la maturité nécessaire pour anticiper le comportement des clients.
Le tourisme c'est de l'humain avant tout et de la considération que ce soit des clients ou des salariés qui produisent ces services.
J'ai une pensée émue pour mes anciens collègues (ex-NF) qui une fois de plus vont vivre des périodes pas facile. Comme le disait Lazare Razkallah avec TUI c'est le plan social permanent.
Bon vent à tous.
Farid

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >




Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
La Travel Tech
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips