TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e


Marketing de destinations : sommes-nous des marchands de rêve ou de réalité ?

La chronique de Philippe Mugnier, consultant



Les professionnels du tourisme comptent parmi les maîtres du storytelling de destinations « bisounours ». Pourtant, il y a parfois loin du rêve à la réalité. Philippe Mugnier, consultant en marketing international de destinations, décortique avec pertinence et humour la novlangue du métier et se demande comment (re)devenir crédible...


Rédigé par Philippe MUGNIER le Mercredi 13 Février 2019

Vous y croyez vraiment, vous, au paradis que titrent encore tant de nos brochures ? Parce que de plus en plus de clients n’y croient plus depuis longtemps et gobent de moins en moins les histoires trompeuses de contrées paradisiaques sur papier glacé- DR : DepositPhotos, avemario
Vous y croyez vraiment, vous, au paradis que titrent encore tant de nos brochures ? Parce que de plus en plus de clients n’y croient plus depuis longtemps et gobent de moins en moins les histoires trompeuses de contrées paradisiaques sur papier glacé- DR : DepositPhotos, avemario
Parmi les industries qui aiment nous (et se) raconter des histoires, le tourisme est sur le podium des champions.

Dans leurs grands élans créatifs, les industriels et Offices du tourisme continuent à vendre des charters entiers de « Destinations de rêve », de sublimes « Best kept secrets » et autres « Trésors cachés » (pourtant promus à grands renforts de marketing…) ou encore de merveilleux « Paradis  sur Terre » (le plus souvent artificiels) - « Where to be ».

Bref, ne nous racontons pas d’histoires : les professionnels du tourisme comptent parmi les maîtres du storytelling de destinations « bisounours ». J’en prends ma part.

Pourtant, derrière ce storytelling se cachent souvent lagons massacrés, esclavage moderne, prisonniers d’opinion, pauvreté criante, démocratie d’opérette, atteintes aux plus élémentaires des droits humains, voire irrespect viscéral pour ce que le visiteur est intimement (un mécréant, une femme jugée trop libre, un homosexuel... vous pouvez compléter la liste).

Mais n’est-il pas le propre d’un certain storytelling que de simplifier en narrant, d’embellir en cachant, de séduire en exagérant pour mieux vendre les destinations ?

Pour paraphraser Edgar Morin - puisque la valeur des vacances tiendrait à la vacance des valeurs - les nouveaux patronages du tourisme  éthico-solidaro-responsabilo-durable restent encore loin de gonfler le chiffre d’affaires des professionnels.

Entre pros, arrêtons de nous raconter des histoires, inventons-en d’autres !

La machine à (se) raconter des histoires se poursuit alors de plus belle et s’amplifie même davantage par le storytelling des réseaux digitaux mettant en scène les paradis sur selfie.

Elle n’est donc pas encore née l’agence de notation spéciale tourisme qui parviendrait à irriguer les hordes de voyageurs vers les destinations AAA championnes de la RSE (Responsabilité Sociale et Environnementale).

Sérieux, vous y croyez vraiment, vous, au paradis que titrent encore tant de nos brochures ?

Parce que de plus en plus de clients n’y croient plus depuis longtemps et gobent de moins en moins les histoires trompeuses de contrées paradisiaques sur papier glacé…

Ils mûrissent et tranchent leur choix de destination parfois davantage devant les écrans de BFM et à la lecture de Courrier International qu’à l’analyse de magnifiques catéchismes de notre industrie.

Alors pourquoi ne pas leur livrer d’emblée une vérité plus complète, complexe et connexe sur les destinations proposées ?

Sommes-nous finalement des marchands de rêve ou de réalité ? Les deux mon capitaine ?

Entre pros, arrêtons de nous raconter des histoires, inventons- en d’autres !

Prenons garde, la novlangue touristique nous guette...

Philippe Mugnier - DR
Philippe Mugnier - DR
En respectant davantage l’intelligence de leurs clients, les marqueteurs touristiques oseront alors s’affranchir plus aisément d’un storytelling trop convenu sur les Edens chimériques.

Mais prenons garde, la novlangue touristique nous guette et se réinvente chaque jour en continuant à faire des ravages d’emphase, notamment dans l’hôtellerie, sur de petits détails langagiers qui veulent tordre la réalité.

Avez-vous noté que le plus banal des repas se transforme parfois dans les brochures et la bouche de vos serviteurs en « culinary experience », le jacuzzi-sauna en « Spa retreat », le dodo-réparateur en « sleeping session » et la trempette aquatique en « beach adventure » ?

La terminologie du « marketing expérientiel » peut parfois conduire à pouffer de rire.

Au restaurant, commandez une modeste salade César en entrée et le serveur vous encouragera mécaniquement, comme chez Ducasse, d’une « Bonne dégustation ! », sans parler de la « Bonne continuation ! » du plat suivant… et « Bonne fin de dégustation » du dessert surgelé. Même Flunch s’y est mis !

Dix interrupteurs à maîtriser et trois télécommandes à dompter !

Si cela n’était que de la préciosité verbale, amusons-nous en. Sauf que l’industrie hôtelière peut aussi se payer de mots et de concepts tout en rendant la vie de ses clients encore plus complexe et stressante, voulant pourtant son bien. L’enfer est pavé de bonnes intentions…

Par expérience, le voyageur angoisse désormais dès l’ascenseur à l’idée de devoir une fois sur dix effectuer un aller-retour chambre-réception pour changer sa carte magnétique défectueuse d’ouverture de porte.

Finalement arrivé à bon port, et avant de pouvoir s’endormir après une journée de décalage horaire éprouvant, il doit parfois s’imposer au moins dix minutes d’exploration, tâtonnement et déconvenues diverses pour finalement réussir à éteindre rapidement toutes les lumières, la TV qui vous accueille d’un « Bienvenue Madame X », la climatisation et fermer les rideaux automatiques de sa « Deluxe Superior Suite Room » (comprendre « très grande chambre »).

Ceci fait, il n’est cependant pas entièrement rassuré sur sa capacité à pouvoir aisément rallumer une lumière en cas de besoin dans la nuit...

Dans cette phase pré-sommeil de chasse aux trésors d’interrupteurs, il est également vital pour lui de localiser la prise - avec l’éventuel adaptateur qui convient (qu’il a évidemment oublié de demander à la réception) - dans laquelle son smartphone pourra se recharger pendant la nuit…

Et comme il est tout de même plus rassurant de le garder à portée de son lit (en effet, le précieux objet téléphonique fait aisément lampe torche et réveil matin - lui !), cela peut obliger le voyageur à débrancher la lampe de chevet puis déplacer la table de nuit qui cache ladite prise utile au chargement salvateur.

Dix interrupteurs à maîtriser et trois télécommandes à dompter dans une chambre et toujours aucune prise électrique à côté du lit, telle est parfois la nouvelle réalité du nomade connecté !

Le voyageur veut avant tout dormir - et vite !

Ne vous êtes vous jamais trouvé dans cette situation de devoir débrancher, déplacer meubles… pour pouvoir simplement rapidement dormir ?

En matière de « branding » et de « service naming », sous Pompidou, le voyageur y retrouvait plus facilement ses petits.

A l’hôtel « Bellevue », la vue était belle. A l’hôtel « Beau Site », le lieu était pas mal. A l’hôtel « Au Lion d’Or », au lit on dort. Simple et efficace côté promesse-produit ! Emballé, pesé, vendu.

Une préciosité langagière dans les services et équipements a désormais gagné une certaine hôtellerie et la novlangue qui l’accompagne veut nous endormir. Mais - de grâce - si seulement l’entrée dans le sommeil était plus douce et rapide… Le voyageur veut avant tout dormir - et vite !

Bref, vous l’avez compris, je suis suspicieux face au paradis marketé de certaines destinations et bon nombre de leurs marchands de sommeil me fatiguent.

Je crains que nos clients et visiteurs potentiels soient également saoulés de notre prêchi-prêcha de pros du tourisme. Alors, comment réinventer notre « wording », « naming » et « storytelling » ?

Vous avez une heure. Le débat est ouvert.

Fondateur d’Attract, Philippe Mugnier est consultant en marketing international de destinations - www.linkedin.com/in/philippemugnier

Lu 2635 fois

Notez



1.Posté par Christian Jean le 14/02/2019 08:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
Cet article aurait certainement eu un intérêt il y a au minimum une décennie. Depuis bien des choses ont changé.
Cordialement.

2.Posté par agvfan le 14/02/2019 10:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Entre pros, arrêtons de nous raconter des histoires, inventons- en d’autres !" : à la recherche de la fameuse valeur ajoutée des AGV par exemple, il y a un vrai filon sous-exploité : encore faut-il que réceptifs, TO etc jouent le " jeu de la vérité " (s'il y en a une ) et arrètent de "survendre" les produits et les fameuses expériences ...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
La Travel Tech
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips