TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Marseille, expédition gourmande et culturelle

Pastis, bouillabaisse et restaurants étoilés



Toujours vivaces, les traditions culinaires et historiques de la cité phocéenne ont été bousculées par l’arrivée de nouveaux concepts, lieux et boutiques contemporains. En matière de lifestyle, Marseille veut aussi jouer dans la cour des grands.


Rédigé par Jean-François RUST le Dimanche 6 Septembre 2020

Le quartier du Panier s’ouvre sur la mer et sur la célèbre résille du MuCEM - DR : J.-F.R.
Le quartier du Panier s’ouvre sur la mer et sur la célèbre résille du MuCEM - DR : J.-F.R.
Venir à Marseille, c’est d’abord et quasiment par obligation céder aux poncifs.

Le Vieux Port en est un, magnifique rectangle nautique dont les petits chantiers navals s’accordent à l’animation des quais.

A l’apéritif, il existe un rituel : le pastis. A La Maison du Pastis, Quai du Port, on en propose plus de 75 ! Cet alcool anisé est le dénominateur commun des rencontres amicales, le breuvage qui lie les langues autant que les esprits.

Envie de goûter à une autre tradition ? Cap sur le Miramar, également Quai du Port. C’est dans cette institution marseillaise que l’on déguste l’une des meilleures bouillabaisses de la ville.

Christian Buffa, l’emblématique chef, concocte depuis 16 ans cette célèbre soupe-ragoût de poissons, dégustée avec des croûtons de pain.

Pas facile de se lever de table après une telle expérience ! Il le faut, pourtant, histoire de gravir à pied la Montée des Accoules et gagner le quartier du Panier.

L’Intercontinental, palace marseillais

Au passage, petit crochet par l’Hôtel-Dieu. L’ancien hôpital abrite depuis six ans l’Hôtel Intercontinental, le palace marseillais.

C’est le chantier emblématique qui a confirmé l’envie de Marseille de rayonner à l’international, en étant capable d’accueillir une clientèle haut de gamme dans une cité longtemps cantonnée à son image populaire - ce qu’elle est aussi, indéniablement.

Le bâtiment, monumental et à arcades, offre l’une des meilleures vues sur Marseille.

Dans ses murs, on trouve un spa by Clarins, un bar à cocktails et Alcyone, restaurant étoilé Michelin, avec la cuisine libérée du chef Lionel Lévy.

La célèbre résille du MuCEM

Le Panier, donc. Un quartier de rues étroites et d’immeubles populaires (ancien fief des Corses de Marseille), le linge qui pend aux fenêtres…. Voilà pour le cliché. Il accueille désormais des boutiques de déco et nombre de résidents bobos.

Le Centre de la Vieille Charité est à visiter. L’ancien hospice héberge le musée d’archéologie méditerranéenne et celui, superbe, des arts africains, océaniens et amérindiens.

L’arrêt s’impose aussi à la Chocolaterie du Panier. Dans cette minuscule boutique, le chocolat (300 variétés !) est vendu en barres et au poids. Des recettes de famille vieilles de bientôt 50 ans.

Le Panier s’ouvre sur la mer et sans doute aurez-vous aperçu, entre deux rangées d’immeubles balayées par le mistral, la célèbre résille du MuCEM.

Le musée, accouplé par une passerelle au fort Saint-Jean, est une ode aux deux rives méditerranéennes. Si la faim vous tenaille, La Môle, cantine urbaine du chef marseillais triple étoilé Gérald Passédat, vous tend les bras en haut du musée.

« Petit Manhattan » marseillais

Le MuCEM signe le début d’une balade au goût de littoral revisité.

Voici la cathédrale de la Major, dont les bases (Les Voûtes) accueillent des magasins de déco et de fooding, à l’image des Halles de la Major.

Passés les immeubles rénovés du quai, la place de la Joliette a trouvé sa vocation. Face à la gare maritime, elle s’ouvre sur les Docks, un bâtiment transformé depuis 20 ans déjà en longue galerie marchande.

En face, se tiennent Les Terrasses du Port, centre commercial ouvert sur la mer et ses ferries.

Il faut marcher ensuite jusqu’à la tour CMA-CGM (147 m), œuvre de l’architecte Zaha Hadid. En chemin, voici le « Petit Manhattan » marseillais.

Le Silo, ancien hangar de stockage, est devenu une salle de spectacles. Les Quais d’Arenc affichent leurs immeubles modernes, avec la nouvelle tour « La Marseillaise », de Jean Nouvel (135 m), l’hôtel Marriott, des restaurants et des concepts-stores. Marseille a relooké sa façade.

Le Four des Navettes, tradition depuis 1781

La cité évolue sans perdre son âme.

Retour au centre et à cette fameuse Canebière, avenue mythique en voie de reconquête. Elle a connu les grands cafés et les hôtels, mais l’exotisme effleure aujourd’hui ses trottoirs.

Bienvenue à Noailles, la casbah de Marseille, ses commerces maghrébins et comoriens, ses odeurs d’épices et son effervescence. Buvez un thé à la menthe et achetez, à l’épicerie L’Idéal, rue d’Aubagne (qui fait également cantine), une des meilleures tapenades de la ville.

Voilà un bon prélude pour mettre cap au sud, via les quartiers Saint-Victor et Notre-Dame-de-la-Garde.

Le premier revendique ses traditions. On y trouve une ancienne abbaye fortifiée et surtout, le Four des Navettes ! Dans cette boulangerie ouverte en… 1781, on produit une recette immuable de navettes, merveilleux biscuits secs parfumés à la fleur d’oranger. Laissez-vous guider par l’odeur.

Quartiers sud, la face radieuse

Pour la vue étendue qu’elle offre sur la ville, la montée à la basilique Notre-Dame de la Garde s’impose.

En revenant par le quartier villageois d’Endoume, passage obligé à la Maison Saint-Honoré : on y vend le top de la fougasse marseillaise, un pain parfumé à l’huile d’olive, avec oignons et lardons.

Vous préférez une pizza ? Allez Chez Jeannot, dans le minuscule et adorable port du Vallon des Auffes.

Voici maintenant les quartiers sud, tournés vers la baie de Marseille.

De la colline à villas chics du Roucas Blanc au port des Goudes, du marché du Prado aux plages de la Pointe Rouge, la ville montre sa face radieuse.

Plus loin, dans les calanques, le soleil irradie le calcaire… comme la cuisine fait briller l’assiette marseillaise.

Pratique

Office de Tourisme de Marseille : marseille-tourisme.com

Restaurants en vue :

- « Saisons » et la cuisine corso-méditerranéenne de Julien Diaz (1ère étoile Michelin en 2019) restaurant-saisons.com ;

- « Sépia », sous la houlette de Paul Langlère, jeune talent Gault&Millau en 2017. restaurant-sepia.fr

Une fromagerie : « L’Art de la Fromagerie », rue Saint-Michel, quartier de La Plaine. Pour la Brousse du Rove, un fromage de chèvre frais provençal au lait cru, classé AOC depuis 2018. lartdelafromagerie.com

Une balade : dans le Parc national des calanques, premier parc national périurbain de France, il s’étend sur 52 000 ha (terre et mer). Deux millions de visiteurs s’y rendent chaque année, pour la randonnée, le kayak, l’escalade, la plongée... - calanques-parcnational.fr

Lu 1424 fois

Tags : Marseille, rust
Notez

Commentaires

1.Posté par Anne le 07/09/2020 16:15
Bonjour, je suis étonnée que ne soit pas mentionnée la Chocolaterie ESPERANTINE DE MARSEILLE, qui a une boutique au Panier et une boutique aux Voutes de la Major : c'est pour moi la Cathédrale du chocolat sous la Cathédrale de la Major ! Et un de mes chocolats préférés !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.










































  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • GooglePlay
  • appstore
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • MontagneMaG
  • Ditex
 
Site certifié ACPM l'Alliance