TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Michelle Kunegel (LK Tours) : "Nous créons un département sur l'offre réceptive Alsace, Grand Est et Vallée du Rhin"

Le site internet LK Tours deviendra marchand, et l'entreprise veut devenir le réceptif de référence du Grand Est



Malgré l'épidémie et une reprise plutôt timide, tous les acteurs du tourisme ne baissent pas les bras. Certes l'ambiance est pesante, mais du côté de LK Tours et du bureau de Michelle Kunegel, ce n'est pas une raison sombrer dans la sinistrose. Nouvelles brochures, nouveaux développements du site internet et aussi l'objectif de lancer le réceptif de référence du Grand Est. Nous vous proposons de faire un tour du propriétaire, en compagnie de la directrice générale de LK Tours et présidente des Entreprises du Voyages (EDV) Grand Est.


Rédigé par le Dimanche 30 Août 2020

Le site internet LK Tours deviendra marchand, et l'entreprise veut devenir le réceptif de référence du Grand-Est - Crédit photo : LK Tours
Le site internet LK Tours deviendra marchand, et l'entreprise veut devenir le réceptif de référence du Grand-Est - Crédit photo : LK Tours
Guadeloupe Inside
Le tourisme même à l'arrêt ne cesse d'évoluer.

Si les traditionnelles brochures hivernales devraient de nouveau être distribuées par milliers à tous les coins de la France, la façon de les présenter aux professionnels du tourisme n'est plus exactement la même.

"Auparavant, nous faisions ça en présentiel avec nos équipes.

Cette année le format à changé,
" confie Michelle Kunegelle, la directrice générale de LK Tours.

Terminés les cours magistraux dorénavant tout le monde est chez soi, dans sa salle à manger, son bureau ou son agence de voyages.

"Nous les avons présentés par visioconférence et à l'aide de formations flash sur chaque thématique."

Exit les catalogues par moyen de transport, faites place à des brochures par inspiration et thématique. C'est après avoir écouté ses clients que le groupe a opéré cette mue.

Si l'enthousiasme est bien présent, à l'heure de reprendre contact avec la clientèle, produire des voyages n'a pas été une mince affaire.

"Ce fut très très compliqué... Ne pas aller au bout de l'habitude que nous avons instaurée avec nos clients pourrait créer chez eux de la suspicion.

Maintenant est-ce que tous ces voyages programmés vont se faire ? Je n'en sais rien,
" répond la présidente des Entreprises du Voyage Grand Est.

"Il y a des signes qui nous font penser que les gens ont intégré la crise sanitaire..."

Le parti pris pour élaborer la production est simple : l'ensemble des séjours se dérouleront et les départs se feront.

"Nous plaçons dans nos brochures beaucoup d'espoir et d'optimisme," martèle la responsable.

A tel point qu'il y aura autant de départs pour Noël et le Jour de l'an de cette année, que sur la brochure de l'exercice précédent. Un gage de confiance envoyé à l'industrie par les équipes de l'autocariste.

Et pour mettre toutes ses chances se son côté, l'entreprise basée à Colmar a décidé de baser une grande partie de sa production sur ce qui fait sa force : les autocars.

"C'est plus rassurant pour les clients, car en cas de problème, nous pouvons vite rentrer en France ou sur Colmar.

Je suis aujourd'hui beaucoup plus optimiste sur une reprise des voyages en autocar que pour l'avion ou la croisière,
" positive-t-elle.

Alors que les plans de vol des compagnies s'inscrivent de plus en plus en pointillés, les bus propriétés de LK Tours offrent une flexibilité et une garantie de départ que les avions ne peuvent assurer.

Alors que l'aérien a été aux abonnés absents durant tout l'été, une quinzaine de bus ont quitté les dépôts et sillonné la France ou l'Europe.

Dans ces conditions "cela n'aurait eu aucun sens d'axer nos brochures (septembre à avril) sur des séjours long-courriers," analyse Michelle Kunegel.

Ainsi, les plages de sable fin se font plus discrètes, car moins accessibles, au profit des régions et pays frontaliers du Grand Est. De plus, les formules ont été revues et raccourcies, pour proposer des escapades de 3 à 5 jours, assez peu éloignées pour rassurer les clients.

Les brochures et voyages LK Tours, jusque-là réservés aux 15 agences du réseau, s'ouvriront quelque peu. "Nous avons été contactés par des confrères. Nous discutons avec eux pour leur mettre à disposition notre production."

En cette période difficile pour tous, mieux vaut s'ouvrir et permettre aussi à d'autres de pouvoir mettre quelques produits sur leurs étagères. Cet optimisme presque béat a été confirmé par les premiers contacts établis avec des clients désireux de repartir.

"Il y a des signes qui nous font penser que les gens ont intégré la crise sanitaire et qu'ils apprennent à vivre avec," relève Michelle Kunegel. Et donc à voyager dans un monde où le virus circule.

Tout comme les attentats avaient traumatisé durablement notre nation, les Français n'ont pourtant pas arrêté de vivre. Nous revivons à l'orée de l'automne une situation qui s'y apparente.

Le principe de résilience cher à Boris Cyrulnik pourrait lui aussi s'appliquer avec la covid 19.

"Avec 60 salariés, je ne vous cache que la situation devient très compliquée..."

Et c'est aussi sur ce principe que vont devoir s'accrocher les agents de voyages et autres professionnels du tourisme.

Malgré le fait que la tempête est passée (?), le bateau continue de tanguer dangereusement.

L'espoir placé dans les brochures de l'hiver 2020/2021 doit faire oublier une décision qui laisse un fort goût d'amertume.

"C'est une évidence pour tout le monde. Nous devons revoir la structure organisationnelle du groupe. Aujourd'hui, avec 60 salariés, je ne vais pas vous cacher que la situation devient très compliquée," lâche, abattue, la directrice générale de LK Tours.

Une décision douloureuse, mais inévitable, puisque le chiffre d'affaires reste bloqué dans les bas fonds. Il ne dépasse pas les 15 ou 20%.

Toutefois, cet allègement du staff pourrait être seulement temporaire. Si l'entreprise devrait supprimer quelques postes, la volonté est aussi d'adapter les équipes aux nouveaux besoins. Ainsi le staff devra être plus polyvalent et aussi bien pouvoir travailler sur les voyages en avion, les groupes ou l'autocar.

"Quand l'activité va reprendre, il nous faudra être encore bien meilleurs et plus réactifs par rapport à nos clients," plaide la patronne de LK Tours. Surtout que durant le confinement et dans cette ère post-covid, les plateformes présentes sur internet sont restées ouvertes, 24H/24 et 7 jours sur 7.

Dans le but d'être toujours plus proche de sa clientèle, Michelle Kunegel et son équipe travaillent pour rendre le site du groupe marchand. Après avoir connu un gros pic de fréquentation la semaine dernière, celui-ci est voué à muer.

"La réflexion est bien avancée à ce niveau. Mais nous voulons laisser la possibilité aux clients de finaliser leur réservation ou voyage dans une agence. La relation de proximité est primordiale,"

LK Tours souhaite créer un réceptif de référence dans le Grand Est

Si les brochures représentent un important "test" pour savoir si les clients suivront l'entreprise et auront envie de partir, il ne fait aucun doute pour Michelle Kunegel que le tourisme repartira.

L'autre "test" interviendra un peu plus tard, il est annoncé pour le printemps 2021.

"Nous sommes en train de créer un vrai département à part entière sur l'offre réceptive en l'Alsace, le Grand Est et la Vallée du Rhin," s'enthousiasme la responsable.

L'objectif est clair : devenir le réceptif de référence de la région, auprès des marchés francophones dans un premier temps avant de s'étendre à mesure que le tourisme repartira.

"Nous ne voulons pas être un réceptif de plus. Nous voulons travailler sur une plateforme digitale collaborative, pour que demain les clients construisent leurs voyages."

Le projet est d'envergure en cette période plutôt tristounette et devrait fédérer les prestataires, autocaristes du secteur.

Et ce dynamisme pourrait aussi être accentué par les concurrents de l'autre côté de la frontière, pour espérer un rebond plus rapide et précoce de l'activité.

La plupart du temps, les opérateurs d'outre-Rhin sont perçus comme des concurrents déloyaux, privant les agences de voyages françaises de nombreux dossiers. En 2020 le paradigme est différent.

"Dans notre situation, bénéficier de la présence de ces TO est un réel plus pour nous," analyse la présidente des EDV Grand Est.

En effet, les producteurs allemands affrètant bien plus qu'en France cela permet de réduire la dépendance aux plans de vol fluctuants des compagnies.

Un vent d'optimisme souffle depuis l'Est de la France.

Loin d'être déconnectée de la réalité, la patronne du groupe LK Tours se veut positive, sans éluder le marasme et sans doute la vaste sélection qui devrait se produire au sein des rangs des agences de voyages.

"La vie touristique continue, ne pensez pas (les clients, ndlr) que tout est fini. Il faut absolument que l'activité reparte," conclut Michelle Kunegel.

Romain Pommier Publié par Romain Pommier Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Romain Pommier
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 3367 fois

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.



QUARTIER LIBRE
vous offre

Dernière heure

















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
CruiseMaG
CampingMaG
La Travel Tech
Partez en France
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

AirMaG Brochures en ligne CampingMaG CruiseMaG DMCmag
La Travel Tech Partez en France TourMaG Voyages Responsables Welcome to the travel