TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone



PGE : "Nous sommes en négociation avec Bruxelles," selon Jean-Baptiste Lemoyne

Lors du Comité filière tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne a annoncé que la France négociait pour les PGE



Dans le tourisme, quand il y a des difficultés, Il y a Comité ! En effet, ce mercredi 22 décembre 2021 se tenait un Comité Filière Tourisme autour de Jean-Baptite Lemoyne. Ce dernier a tenu à rassembler les représentants patronaux des différentes branches du tourisme, pour faire un point sur les conséquences de la 5e vague et du variant Omicron. Bonne nouvelle, le gouvernement tente d faire infléchir Bruxelles concernant les PGE !


Rédigé par le Mercredi 22 Décembre 2021

Lors du Comité filière tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne a annoncé que la France négociait avec Bruxelles pour une remise à plat du système des PGE - Depositphotos @artjazz
Lors du Comité filière tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne a annoncé que la France négociait avec Bruxelles pour une remise à plat du système des PGE - Depositphotos @artjazz
"Nous connaissant une nouvelle vague avec le variant omicron, le mot vague et approprié, au regard du nombre fulgurant de contaminations.

A partir de lundi prochain, un projet de loi sera présenté pour transformer le pass sanitaire en pass vaccinal.

C'est grâce au sérieux, que nous pourrons maintenir le cap, sans aller plus loin dans les mesures restrictives,
" a introduit Jean-Baptiste Lemoyne, au moment d'ouvrir cet énième Comité de Filière tourisme.

Un point sera fait à ce sujet début de semaine prochaine, alors que la rumeur d'un couvre-feu se fait de plus en plus persistante.

En attendant, plusieurs aides ont déjà été actées pour soutenir les acteurs en difficulté comme les discothèques, l'événementiel ou encore les agences de voyages.

"j'ai fait un point spécifique avec la montagne, suite à l'interdiction des séjours touristiques des Britanniques. L'impact est réel, d'ores et déjà un plan de communication va être déployé par Atout France, pour la clientèle nationale" a poursuivi le ministre délégué en charge du tourisme.

Suite à cette introduction succincte, Jean-Baptiste Lemoyne a laissé la parole à des professionnels, dont l'activité est pour certains grandement déprimée.

Un besoin de soutien pour l'hôtellerie et restauration !

Et Marie-Reine Fischer, la vice-présidente du Comité de Filière Toursime et représentante d'ADN tourisme a ouvert le balle.

"A la montagne, les constats sont disparates, avec tout de même des niveaux de réservations s'avère satisfaisante, avec une bonne dynamique sur la clientèle française.

Le recul de fréquentation sur les résidences de tourisme, villages clubs et les stations internationales en raison des décisions vis-à-vis du Royaume-Uni.

De façon générale, les professions ont un grand besoin d'information régulière.
"

Pour l'hôtellerie et restauration, les besoins sont déjà plus concrets. Les responsables réclament un retour des aides, alors que les Français ne savent plus sur quel pied danser, face à la situation sanitaire.

"Il y a une grande incertitude et inquiétude, pour les professionnels de la restauration et de l'hôtellerie.

La restauration fait face à un problème énorme avec des annulations de réservations.

Les responsables souhaitent savoir s'ils peuvent espérer que leurs demandes d'aides soient prises en compte, en raison des difficultés qu'ils connaissent,
a expliqué Hervé Becam, le vice-président de l'UMIH.

Un dispositif rétroactif pourrait être mis en place pour prendre en compte les difficultés de décembre, a dévoilé le ministre délégué en charge du tourisme.

Et Jean Virgil Crance de poursuivre, avec un constat bien plus pessimiste et négatif.

"La situation actuelle est très difficile, avec une hôtellerie haut de gamme, dans une situation totalement catastrophique qui affiche une fréquentation ne dépassant parfois pas 10 ou 15%.

L'Europe a relevé les plafonds d'aides, quand allons-nous avoir une extension des plafonds en France ? Même si nous avons eu un accord de principe de votre part.

La situation se crispe beaucoup, avec des annonces quotidiennes du gouvernement, comme par exemple la généralisation du télétravail,
" analyse le président GNC - UMIH.

"La situation est extrêmement alarmante pour les agents de voyages aux Antilles et à la Réunion"

Jean-Baptiste Lemoyne a convenu de revoir les syndicats de l'hôtellerie et restauration début janvier pour faire un point sur l'impact du coronavirus et des restrictions gouvernementales sur l'activité.


"La situation est extrêmement déprimée pour le secteur. Si l'écoute est de très bonne qualité au sein du ministère, nous avons reçu la prise en charge des coûts fixes, mais nous n'avons aucune visibilité sur la poursuite des aides.

Les clients ne se projettent pas, et nos salariés sont au travail. Nous redemandons une exonération des charges sociales., pour soulager les entreprises.

Autre point, la situation est elle aussi extrêmement alarmante financièrement, pour les agents de voyages aux Antilles et à la Réunion,
" a expliqué Jean-Pierre Mas, le président des EDV.

Malheureusement, concernant la Réunion, le ministre délégué au Tourisme a été clair, le gouvernement ne va pas se battre contre la Préfecture.

Autant Jean-Baptiste Lemoyne s'estime être toujours "volontaire pour les combats" afin de soutenir la distribution, pour lui sur ce sujet, ce n'est pas une bonne lutte à mener.

Il n'y aura donc pas de retour sur la fermeture des frontières entre la Réunion et Maurice.

Du côté des Domaines Skiables Français, rien n'a signalé, le soleil rayonne au-dessus des sommets, la poudreuse est tombée en grande quantité et les skieurs sont présents.

Malgré tout, les représentants de la montagne réclament un renforcement des contrôles des pass sanitaires, par les autorités compétentes. l'enjeu est de créer un réflexe auprès des visiteurs et d'assurer la poursuite de la saison.

PGE : "nous sommes en négociation avec Bruxelles"

"Je serais peut être un peu moins optimiste que mes collègues de la montagne, les clientèles étrangères en janvier sont extrêmement importantes. Elles représentent près de 80% pour certaines stations.

Des tour-opérateurs anglais vont sans doute disparaître. Je souhaite des dispositifs d'accompagnement renforcés pour les sociaux pros touchés. J'ai lu qu'Olivier Véran a dit que le Variant Omicron est présent partout en Europe, qu'il évolue de manière exponentielle.

Nous avons fermé nos frontières avec le Royaume-Uni, est-ce qu'il y a une maintenant une justification sanitaire ? Puisque le variant est partout, dont en France,
" a demandé Vincent Rolland, coprésident de L’Agence Savoie Mont-Blanc.

Et le ministre de revenir sur ses récentes déclarations, sur un hiver "bleu blanc rouge".

Ce n'est pas tout, car des discussions seront menées avec Jean-Luc Bloch (France Montagne) et Caroline Leboucher (Atout France) pour que la prochaine campagne de communication soit plus axée sur les régions.

Sur les aides, la députée Pascale Fontenel-Personne a rappelé que le dispositif coûts fixes ne suffit pas et que les PGE représentent une vigilance toute particulière.

"Concernant les PGE, nous sommes en négociation avec Bruxelles, pour remettre à plat l'ensemble de la dette des entreprises, sans passer par la voie du Tribunal.

L'ensemble des créanciers sont prêts à consentir un effort. Nous travaillons avec Bruxelles sur ce sujet
" a dévoilé Jan-Baptiste Lemoyne.

Autocariste : "un carnet de commandes est estimé à 11% en janvier 2022"

Autre secteur pour lequel les PGE sont une problématique importante, mais pour qui l'urgence n'est autre que de survivre, à savoir les autocaristes.

"La perte de chiffre d'affaires sur 2021 va atteindre -65% par rapport à 2019. Le carnet de commandes 2022 est estimé à 11% en janvier, 17% pour février et 27% en mars 2022.

Nous avons de gros problèmes de trésorerie pour rembourser les échéances et les PGE, avec une reprise de l'activité au 2nd semestre 2022.

Le moral des chefs d'entreprises est au plus bas, avec des acteurs qui ne savent pas comment ils vont survivre durant ces 3 prochains mois,
" a retranscrit Anne-Gaëlle Simon, la déléguée générale adjointe de la FNTV.

Pour le moment, aucun plan de soutien n'est prévu pour ce segment, mais le ministère doit se pencher prochainement dessus, au regard des chiffres relativement inquiétants dévoilés par le syndicat.

Autre secteur sinistré l'aérien poursuit sa crise, avec une contraction de l'activité qui sera sans doute de -30% encore en 2022.

Pour conclure, Jean-Baptiste Lemoyne a décidé d'engager le total soutien de l'Etat, pour une industrie qui représentait avant la crise près de 7% du PIB.

"Nous ne sommes pas là pour vous laisser tomber dans ces moments difficiles. Nous vous soutiendrions, comme nous le faisons depuis 2 ans."

Lu 4456 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par Yves Brossard le 23/12/2021 12:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
2022 - Covid-19 : nouvelle épreuve grave en perspective pour les industries touristiques françaises. On ne peut donc que se satisfaire de la mobilisation et volonté de l’État, à travers son ministre, M. Jean-Baptiste Lemoyne, d'engager le soutien de l’État, pour tenter d’adoucir le désastre.

Pour autant, il faudrait cesser de présenter à l’opinion publique une image déformée des industries touristiques françaises, en répétant à l’envi qu’elles représentent environ 7% du PIB.

D’une part ce chiffre de 7% ne reflète pas avec réalisme la véritable fonction touristique française, ne prend pas en considération le poids économique des résidences dites secondaires, et n’intègre pas la fiabilité statistique que mériterait la production du compte satellite du tourisme français (https://www.oecd.org/fr/cfe/tourisme/48599788.pdf).

A titre simplement d’illustration, les dépenses de mobilité touristique constituent une composante des dépenses associées aux industries touristiques. Et ces dépenses de mobilité touristique, par route, augmentent par le seul effet, entre autres, de la hausse des taxes et du prix de revient des carburants, et des péages. On pourrait également citer les taxes foncières et taxes d’habitation supportées par les résidences dites secondaires, qui alimentent le poids économique des industries touristiques.

D’autre part ce chiffre national globalisé masque cruellement l’importance essentielle, donc vitale, des industries touristiques pour les communes littorales, de montagne, et des Outre-mer. Dont l’activité économique est souvent liée à plus de 40% à la fonction touristique.

«Ainsi, la moitié des communes littorales et de montagne sont concernées par un taux élevé de fonction touristique (de 100 à 1000 lits par habitant), (CGDD, 2017)» (Source Mission Économie de la Biodiversité Numéro 22 - Décembre 2021)

Une tentative de restauration de la statistique française - pour le moins défaillante - émane de la Banque de France à travers son réexamen de l’impact des industries touristiques sur la balance des paiements française. Le résultat est décapant. Un exemple des «effets des ajustements sur la position des recettes de la France dans le classement de l’Organisation Mondiale du Tourisme : Recettes révisées pour 2016 : 49 Mds€, contre 38 Mds estimées actuellement. Recettes estimées pour 2017: 54 Mds€ (première estimation)». (https://www.banque-france.fr/sites/default/files/media/2018/02/07/revision-ligne-voyage-2017-1.pdf) Quelle marge d’erreur ! Passer de 38 milliards à 49 milliards d’€ !

Par ailleurs, je change de sujet, comme l’indique Tourmag, selon le Ministère des Affaires Etrangères, «94 % des Français ont passé leurs vacances en France en 2020, contre 75% habituellement».

Je ne comprends pas - dans ces conditions - qu’on déploie à nouveau un plan de communication pour la clientèle nationale… puisque les chiffres démontrent que les Français ont déjà choisi de passer leurs vacances en France.

D’autant plus que le Code du tourisme dispose que le tourisme régional est une activité entièrement dévolue aux Conseils régionaux, et que la vocation d’Atout France est la promotion du tourisme en direction de l’international et non du national.

L’an dernier, l’État avait, très heureusement, abondé les chèques-vacances distribués par les Conseils régionaux. Cette forme de dépense serait peut-être plus avisée qu’une campagne de communication, et pourrait favoriser plus efficacement le soutien à l’emploi si ces «chèques-vacances abondés» étaient exclusivement consommables dans des établissements d’hébergement temporaire enregistrés au registre du commerce et des sociétés.

2.Posté par Deboaisne le 24/12/2021 15:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les guides-conférenciers sont oubliés dans cette liste des secteurs en grande difficulté. Pour la plupart salariés en CDDU donc sans possibilité d'accès au chômage partiel ou indépendants, ils ont un grand besoin d'aides pour ne pas déserter définitivement leur secteur d'activité.
Aude Deboaisne pour la FNGIC, Fédération Nationale des GuidesInterprètes et Conférenciers.

3.Posté par Mongne le 27/12/2021 13:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis gérant d'un magasin touristique fréquenté à 80 % par une clientèle internationale.
Depuis 2 ans, plus d'américains et plus d'asiatiques.
Jusqu'ici, nous avons été bien aidé, malheureusement les aides sont terminées et nous n'avons toujours pas de clients.
Il n'y a pas que les restaurateurs et les hôteliers qui sont impactés.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus





































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias