Nos bureaux sont fermés du 01/08 au 21/08. Retour de la newsletter quotidienne le 22/08/2022. Bel été !
TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone



Railteam se ramifie en accords bilatéraux

68 millions de passagers en 2020



L’alliance des sept compagnies européennes de chemins de fer, créée en juillet 2007 voit l‘échéance de la dérégulation du rail se rapprocher. Si le mot d’ordre de Railteam est toujours de faciliter le voyage en train à grande vitesse, elle a renoncé à mettre en place une plate-forme technologique rassemblant l’ensemble des tarifs pour développer des liens plus légers, passés entre deux compagnies à la fois.


Rédigé par Geneviève BIEGANOWSKI le Jeudi 26 Novembre 2009

Railteam se ramifie en accords bilatéraux
Première réalisation concrète de l’alliance formée entre la SNCF, la SNCB, les CFF, la DB, OBB, NH Hispeed et Eurostar UK, la mise en place du site www.railteam.eu qui, en cinq langues différentes, répertorie les informations des différentes compagnies. Pour l’instant, les horaires et les tarifs en sont absents mais l’objectif est bien d’y arriver à terme.

« Nous avons renoncé à développer la plate-forme technologique commune le jour où Lehman Brothers a fait faillite », se souvient Fabrice Morel, détaché SNCF et l’un des deux directeurs permanents de Railteam avec son homologue allemand , lui aussi détaché de la Deutsche Bahn.

Le budget nécessaire pour mettre en place cet inventaire tarifaire européen était nettement plus élevé que le budget de 30 millions d’euros prévu au départ. Aujourd’hui, le budget de fonctionnement de Railteam, est réduit à « quelques millions d’euros par an ».

Alors la solution de remplacement préconisée est celle qui a déjà été développée entre la Deutsche Bahn et NH Highspeed, les chemins de fer hollandais. Leur plate-forme Atlantis permet une connectivité complète de l’information sur les horaires de trains et les tarifs.

L’alliance ferroviaire a donc ses limites

A quelle échéance se développeront les autres plates-formes, et notamment la plate-forme franco-allemande ? Le calendrier ne semble pas défini, pour l’heure…

C’est que certaines de ces compagnies seront, dès l’année prochaine, en concurrence frontale potentielle.

Comment collaborer pour faciliter la vie des voyageurs en coordonnant les horaires et en réduisant les temps de transit d’un train international à un autre dans les gares-hubs, et, simultanément, opérer sur les mêmes axes, chaque compagnie avec ses propres trains, ses propres horaires et ses propres tarifs ?

L’alliance ferroviaire a donc ses limites. Mais elle a également une certaine cohésion face à la concurrence de la route et de l’aérien. Les sept compagnies de chemins de fer à grande vitesse de la bannière Railteam ont transporté 45 millions de passagers en 2007.

Elles devraient transporter 68 millions de passagers en 2020

Elles devraient en transporter 68 millions en 2020 et elles comptent gagner 7 millions de passagers qui changeront de mode de transport pour adopter le train. Mais d’ici là, d’autres compagnies de chemins de fer pourraient rejoindre le cercle.

Comme Trenitalia qui a déjà fait sa demande mais qui ne répond pas actuellement aux critères d’adhésion, ou encore les chemins de fer espagnols.

« La porte n’est pas fermée, non plus, aux entreprises privées si elles répondent au cahier des charges », explique Mireille Faugère, directrice générale de SNCF Voyages.

Lu 2695 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >






































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias