TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e



Référendum Air France : désaveu ou plébiscite pour Jean-Marc Janaillac ?

Le précédent AOM sera-t-il prémonitoire ?



Alors qu'il dirigeait Air Outremer (AOM) à la fin des années 1990, Jean-Marc Janaillac, actuel patron d'Air France, avait déjà donné sa démission, estimant que ses actionnaires la précipitaient vers le crash. 20 ans plus tard, le même homme, face aux syndicats, met une nouvelle fois son poste en jeu. Avec le même résultat ?


Rédigé par le Dimanche 29 Avril 2018

Jean-Marc Janaillac est à la tête d'Air France KLM depuis 2016 - photo CE
Jean-Marc Janaillac est à la tête d'Air France KLM depuis 2016 - photo CE
"Je tirerai bien entendu toutes les conséquences du résultat de cette consultation. (...) Mon avenir personnel n'est rien au regard de l'immense enjeu qu'est l'avenir d'Air France".

En ces quelques mots, le président d'Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac a, le 20 avril 2018, mis en suspens son avenir à la tête de la compagnie nationale tricolore, qu'il dirige depuis 2016, si ses salariés le désavouent.

Une menace de démission qui, dans des contextes pourtant bien différents, rappelle étrangement les dernières heures d'Air OutreMer (AOM) qu'il dirigeait lui-même à la fin des années 1990.

AOM : un cauchemar prémonitoire ?

Petit retour en arrière. AOM, née en 1988, a connu, au cours des années 1990, une histoire tumultueuse, faites de tractations financières, d'exercices dans le rouge, de pertes et de rachats.

En 1998, la compagnie est mise en vente, et la maison mère de Swissair, SAirGroup, remporte les enchères pour 600 millions de francs (soit, aujourd'hui, environ 91,5 millions €).

Peu de temps après, depuis Zurich, les Suisses imposent leur plan : diminution du réseau, sous-traitance de plusieurs secteurs d'activités dont la maintenance... Un plan suicide pour le directeur général d'AOM de l'époque : Jean-Marc Janaillac.

En septembre 1999, estimant que la compagnie allait droit à sa perte, il donne sa démission. "Pour lui, la boite était déjà morte", explique Christophe Hardin, salarié d'AOM à cette époque. "Il a été visionnaire", ajoute-t-il.

La suite, catastrophique, d'AOM est en effet bien connue : une fusion avec Air Liberté et Air Littoral qui tourne au désastre, des démissions en cascades, et un crash financier qui surviendra en 2001.

Aujourd'hui, celui qui est devenu patron d'Air France ne veut pas voir l'histoire se reproduire, ni être celui qui assistera impuissant au déclin de la compagnie, et adresse le même message, par son référendum, aux 44 000 salariés d'Air France.

Un référendum sous haute tension

Par un vote électronique, ces derniers sont ainsi appelés à répondre, depuis le jeudi 26 mars et jusqu'au vendredi 4 mai 2018, à la question suivante : "Oui ou non, êtes-vous favorable à l'accord salarial proposé par la direction, 7% d'augmentation étalée jusqu'en 2021 ?"

Une période de référendum très tendue et qui n'a pas empêché trois syndicats de pilotes, vite rejoints par l'intersyndicale Air France, de lancer un nouvel appel à 4 journées supplémentaires de grèves, les 3, 4, 7 et 8 mai. Une manière pour le SNPL, le syndicat majoritaire chez les pilotes, de contourner la consultation directe des salariés lancée par la direction, qui exclut de fait tout dialogue syndical.

"J'ai confiance en la volonté des salariés d'Air France de mettre fin à cette situation destructrice pour la compagnie", a encore rappelé Jean-Marc Janaillac cette semaine, confirmant son intention de démissionner en cas de réponse négative au référendum.

Car, que ce soit en face d'actionnaires en 1999, ou de syndicalistes aujourd'hui : "Jean-Marc Janaillac a toujours fonctionné comme cela, devant des personnes qu'il considérait comme en train de couler la boite", conclut Christophe Hardin.

Lu 6019 fois

Notez



1.Posté par Steven le 30/04/2018 15:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"La suite, catastrophique, d'AOM est en effet bien connue : une fusion avec Air Liberté et Air Littoral qui tourne au désastre, des démissions en cascades, et un crash financier qui surviendra en 2001." Oui suite catastrophique où les employés de Swissair Paris ont été mis à la porte par un DRH venant d'autres sociétés et qui avait déjà fait un sacré ménage dans celles-ci ! Très mauvaise gestion ensuite, les francs suisses coulés à flots pour acheter de nouveaux avions pour les différentes compagnies s'étant réunies sous la bannière AMCF et qui au passage, pour tout le personnel, avait perdu tous leurs avantages et leurs ancienneté ! Quel gâchis !

2.Posté par David le 04/05/2018 19:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il y a des parallèles effectivement. Swissair imposa que la maintenance ou le traitement des avions en escale ne soit plus fait en interne dans les compagnies françaises, mais par le groupe Swissair. Par exemple pour les escales c était Swissport, filiale du holding SairGroup. Pour un prix beaucoup plus élevé, participant ainsi à un transfert de richesses de la France vers la Suisse.
Aujourd’hui hui, Air France transfère encore ses escales à la compagnie sœur du groupe AirFranceKLM, c est à dire KLM. Et lorsqu une escale passe de personnels Air France à des personnels KLM, la facture augmente de 30%. Comment s étonner que KLM s enrichisse et qu Air France s appauvrisse?
Et comme à l époque et comme par hasard, les transferts monétaires se font vers un paradis fiscal, les pays bas cette fois ci .....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 20 Septembre 2018 - 17:38 Distribution : Lufthansa persiste et signe



PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.
Partenaire de Depositphotos.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle