TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



Sécurité, produits, management... les compagnies low cost vont-elles trop loin ?

Le point de vue d'un navigant long courrier



Jacques Biron chef de cabine chez Corsair et délégué syndical CGT revient sur le déploiement du low cost long courrier dans le transport aérien. Pour lui, l'expression "low cost" s'apparente bel et bien à une pression patronale envers les salariés.


Rédigé par Jacques BIRON le Jeudi 5 Octobre 2017

Low cost : l'opacité des prix permet, de façon détournée, à des opérateurs peu scrupuleux - présentant des prix d'appels relativement bas - de gonfler les prix des sièges par l'intermédiaire de recettes ancillaires - choix du siège, repas à bord, bagage en soute,...tout y passe ! Photo-Libre.fr
Low cost : l'opacité des prix permet, de façon détournée, à des opérateurs peu scrupuleux - présentant des prix d'appels relativement bas - de gonfler les prix des sièges par l'intermédiaire de recettes ancillaires - choix du siège, repas à bord, bagage en soute,...tout y passe ! Photo-Libre.fr
L'expression "low cost", au sens large du texte, ne s'apparente plus à une pression tarifaire, liée à un business model sans recul pour les compagnies aériennes long-courrier, mais bel et bien à une pression patronale envers les salariés, devenue la seule variable d'ajustement.

Effectivement, il apparaît une dérive du management sous le couvert de cette expression (low cost) dont l'arme absolue, disons-le, n'a d'utilité exclusive qu'un positionnement en matière de référencement sur le web pour les opérateurs : les moteurs de recherches !

Le manque de recul dans l'Histoire du long courrier low cost laisse place à un système non cadré par les associations de consommateurs. L'opacité des prix permet, de façon détournée, à des opérateurs peu scrupuleux - présentant des prix d'appels relativement bas - de gonfler les prix des sièges par l'intermédiaire de recettes ancillaires : choix du siège, repas à bord, bagage en soute,...tout y passe !

Je vous défie de voyager sur un vol long courrier d'une dizaine d'heures sans repas, sans bagages en soute et éloigné de vos petites têtes blondes en pleine nuit...

Il ne manque plus que le système de vidéo à la demande ! A-t-on véritablement le ressenti d'être en vacances ? C'est un contexte socio-comportemental inacceptable et inadapté pour le transport long courrier.

Nombre croissant de collisions et incidents au sol entre les aéronefs

De fait, l'expression low cost est une pression salariale qui n'est pas sans impact psychologique envers les salariés qui ont parfois la sensation d'être "chasseurs de prime" : gel des salaires mais augmentation du commissionnement des recettes ancillaires. La situation est anxiogène.

Du côté de la sécurité, les équipages salariés de compagnies low cost ne sont pas épargnés et les statistiques sont parlantes : nous assistons à un nombre croissant de collisions et incidents au sol entre les aéronefs due à une pression du timing pour augmenter les turnover de rotation.

Paradoxe du depackaging : la clientèle d'aujourd'hui exige des hôtels en mode all inclusive. Prenons l'exemple de l'Ile Maurice qui, jusqu'à présent chasse gardée d'une clientèle cadres sup', se targue de proposer dorénavant des resorts en formule tout inclus. Les compagnies aériennes low cost n'ont pas leur place sur la desserte.

Infine, les tarifs pratiqués par les compagnies aériennes se prétendant être low cost sont d'un niveau similaire à des compagnies legacy, sans les contraintes de celles-ci : remboursement total ou partiel en cas de retard, pouvoir être "reprotégé" sur le vol suivant sans pénalités (ou partiellement). Les legacy proposent une souplesse de modalités de vos conditions de voyage ainsi qu'une charte Qualité ce dont ne disposent pas les low cost !

Le coût du travail est la genèse de l'expression low cost

Jacques Biron chef de cabine chez Corsair - DR
Jacques Biron chef de cabine chez Corsair - DR
Le coût du travail est la genèse de l'expression low cost : comment expliquer que la compagnie Air France/KLM et Thaï Airways puissent proposer des tarifs identiques sachant que le niveau de charges sociales est quasiment nul en Asie ?

Plus récemment, le dirigeant d'une compagnie aérienne long courrier s'exprimait en mettant en avant que l'avenir du long courrier était de voyager de point à point et non de transiter via les pays du golfe "aéroports low cost" pour acheter sa bouteille de parfum et ainsi rejoindre sa destination...après 16 heures de voyage...Suis tout à fait en phase !

Le business model low cost arrive à son apogée : Ryanair vient d'annuler 2000 vols pour "soigner" son image de marque en rapport avec son taux de ponctualité inacceptable, des fonds d'investissement se retirent d'une compagnie émergente nordique, les résultats financiers de compagnies aériennes du golfe s'effondrent...

"Low cost", dans la pratique, rime avec "prix d'appel".


Ne nous éloignons pas du principal : low cost ne rime pas avec low salary !

Jacques BIRON,
Délégué Syndical de la CGT

Lu 2897 fois

Notez



1.Posté par rick sailor le 06/10/2017 08:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Monsieur

Votre vision franco franchouillarde du transport aérien est risible pour ne pas dire d'un passéisme éhonté ! Votre position même de délégué d'une organisation syndicale qui refuse tout accord laissant aux autres le soin de signer des textes qu'elle valide sur le terrain vous disqualifie d'avance.

Pour construire, il faut s'engager. Dénigrer est l'arme des faibles.

Que dite-vous ? Que le low cost arrive à son apogée. Erreur, il change et modifie son business plan. S'adapter, avec les conséquences immédiates parfois négatives, ne veut pas dire disparaître. Vous oubliez le client pour qui le meilleur rapport qualité prix n'est pas dans les PNC qui, désolé de le dire crument, ne sont que des "personnels de service à bord", des barman et hôtesses dont le cadre de travail demande une technicité particulière mais qui ne saurait, à ce titre, être surpayée.
Le client veut un prix. Un bon prix. Point.

L'erreur est de croire que le transport aérien est toujours construit sur un passé où les excès de tout genre étaient permanents. Nous parlons aujourd'hui "d'autobus des airs" qui vont d'un point à un autre en cherchant le meilleur prix, la meilleure rentabilité... Car quoique vous en pensiez, sans argent il n'y aurait pas d'avions !

Vous évoquez les incidents au sol. Erreur là aussi. Allez faire un tour sur le site de IATA, ils ont diminué de 6% en 2016 ! Pourquoi ? Meilleure procédure aéroportuaire. Mais vous avez raison, tout est améliorable.

Vous ressassez de vieux arguments sur les poids des charges… Mais qui a voulu de l'ultra social permanent ? Quand j'achète un produit, je le paye ! Idem pour un service. Il ne s'agit pas d'ultralibéralisme comme le diront certains mais d'un constat de la réalité du marché. Réalité est un mot qui vous échappe !

Je ne pleurerais pas sur votre statut et le "toujours plus" que vous voulez. Là où vous trompez c'est dans les raisons pas les causes. La votre, en l'état, me semble perdue. Tant mieux.

Le client, le client, le client… Voilà les faits.

Désolé d'être un peu dur et excessif mais il faut arrêter les plaintes lascives infondées. Comme le disait Jacques Marseille, regretté économiste proche du PC "nous sommes riches et nous ne le savons toujours pas".

Bien à vous

2.Posté par Gomes le 06/10/2017 09:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qu'était Corsair Minerve et Pointair à leurs début en France ? Des "low-Cost" de leur époque :

Et encore eux ne commençaient pas leurs opérations avec des avions neufs ou quasi neuf (ref : French Blue- Xl et Bientôt JOON ...quand ils auront remplacé leurs antiques A340 par exemple)

3.Posté par Bluesky le 28/08/2018 14:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Mr BIRON,
vous qui vous vous présenter comme Chef de Cabine,alors que vous ne l'êtes pas, mais juste simple STW
Ayant volé pendant 20 ans dans cette Cie (5ans RSCE) qui fut à l'époque le fer de lance de la France derrière AF,
il faut voir la réalité en face cher Mr et changé les états d'esprit, vous êtes dans votre bulle !!! ....A l'époque il y avait un réseau porteur qui couvrait le monde entier, et une flotte adaptée, aujourd'hui le modèle économique à complètement changé, il suffit juste de regarder autour de vous et de constater qu'il n' ya pas que des avions Français,mais de plus en plus de "Low-Cost Longs-Couriers", alors il faut comprendre et surtout s'adapter, et que la Gloire du passé ce n'est plus l'uniforme et ses gants blancs, s'adapter s'est être "moderne et efficace", il faut être réaliste et observer ce qu'il se passe ailleurs, les Cie qui ont su se reformées sont toujours sur le marché, les autres telles que SWISSAIR, ect ont totalement disparues .
Le changement ce n'est pas que maintenant !!...C'est tout le temps !!..et CRL n'a JAMAIS opérée ce CHANGEMENT !! ...et aujourd'hui, il faut aller très vite !!, le retard s'accumule !!
Il y a ce déséquilibre entre "DROIT ET DEVOIR" certains considèrent qu'ils n'ont que des droits et pas beaucoup de devoirs, d'autres considèrent qu'ils ont des devoirs sans en avoir les droits !!..
Là ou personne ne croyait au LOW-COST il y à 20 ans, aujourd'hui, ce sont les plus grosses Cie avec des flottes de 250 à 300 appareils, il faut donc aujourd'hui pour CRL des avions modernes et adaptés au marché, revoir les couts avec des gens plus productifs, et surtout, surtout cher Mr, ne pas repartir avec une chape de plomb sur les épaules, a savoir repenser tous les droits et accords syndicaux qui sont les tares de notre système.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 7 Décembre 2018 - 14:22 Joon : rien n'est encore décidé



PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hôtel&Lodge PRO, Le Hub des pros de l'hébergement.

TourMaG.com DMCmag.com Hôtel&Lodge PRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips