TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone



Service minimum aérien : ''Dialogue social anéanti et conflits sociaux multipliés...''

l'interview de Philippe Vivier, vice-président du SNPL



Le Syndicat National des Pilotes de Ligne (SNPL) proteste vivement contre le projet de loi du député UMP Eric Diard, sur l'encadrement des conflits sociaux dans l'aérien. Le texte d'Eric Diard est considéré sera présenté mardi 24 janvier 2012 devant l'Assemblée nationale. Philippe Viver, vice-président du SNPL l'estime'' inapplicable'' et entend "'aller jusqu'au bout" de la mobilisation.


Rédigé par Pierre CORONAS le Lundi 23 Janvier 2012

La déclaration individuelle 48 heures à l’avance est néfaste sur plusieurs points. (...) Les passagers qui prendront connaissance d’un préavis de grève chercheront à modifier leurs billets mais les compagnies le leur refuseront certainement - DR : A.B.
La déclaration individuelle 48 heures à l’avance est néfaste sur plusieurs points. (...) Les passagers qui prendront connaissance d’un préavis de grève chercheront à modifier leurs billets mais les compagnies le leur refuseront certainement - DR : A.B.
TourMaG.com - En quoi estimez-vous que le projet de loi qui va être présenté mardi 24 janvier 2012 à l’Assemblée nationale constitue une atteinte au droit de grève ?

Philippe Vivier :
"Cette loi est un véritable leurre et constitue un mensonge adressé aux Français.

Elle ne garantit aucun service minimum !

Il y figure juste une obligation d’information pour les compagnies et aucune sanction pour celles qui ne s’y soumettent pas.

En revanche, pour les salariés qui ne se déclarent pas à temps, de lourdes sanctions sont prévues."

TM.com - Pensez-vous que l’obligation pour les grévistes de se déclarer à l’avance puisse être efficace ?

P.V :
"La déclaration individuelle 48 heures à l’avance est néfaste sur plusieurs points.

Premièrement, la prévention des conflits va exploser en plein vol car aucune direction n’aura intérêt à négocier avant de connaître le nombre de grévistes.

Du coup, le dialogue social sera anéanti et les conflits sociaux ne pourront que se multiplier.

Deuxièmement, les passagers qui prendront connaissance d’un préavis de grève chercheront à modifier leurs billets mais les compagnies le leur refuseront certainement.

Cette loi nous semble totalement inapplicable car son champ d’application est très large.

Il concerne toute la chaîne de services qui concourent à la réalisation d’un vol.

Le problème, c’est que certains métiers comme le transport de fret ou le transport de courrier ne peuvent pas être concernés par les « principes constitutionnels » énoncés dans le projet de loi."

Préavis de grève du 6 au 9 février 2012

TM.com - Quelles actions envisagez-vous pour la suite de votre mouvement de protestation ?

P.V :
"Nous irons jusqu’au bout pour montrer toute notre détermination.

Pour le moment, nous maintenons notre préavis de grève annoncé avec toutes les organisations professionnelles du secteur du transport aérien pour la période du 6 au 9 février 2012.

Nous nous réunissons le 25 janvier 2012 pour étudier les amendements qui seront ajoutés au texte lors de son examen par l’Assemblée.

Nous déciderons ensuite des éventuelles actions que nous allons mener.

Nous avons déjà envoyé un courrier à François Fillon pour lui annoncer notre grève du mois de février.

Mais le gouvernement n’y a prêté aucune attention sous prétexte qu’il s’agit d’un projet de loi qui ne le concerne pas."

TM.com - Le SNPL a été auditionné le 4 janvier 2012 par la Commission de développement durable de l’Assemblée. Q’est-il ressorti de cette rencontre ?

P.V :
"Ils nous ont écouté et ont décidé d’ajouter deux ou trois amendements. Ils se sont surtout rendus compte que le champ d’application de la loi n’était pas convenable.

Parmi les amendements soumis, je reconnais que certains sont intelligents. L’obligation d’information aux passagers par exemple.

Elle permettra d’éviter les situations telles que celle dans laquelle de nombreuses personnes se sont retrouvées l’hiver dernier suite à l’impossibilité de dégivrer les avions.

Les compagnies avaient refusé d’informer les passagers à l’époque."

TM.com - Que répondez-vous à ceux qui vous accusent de prendre les passagers en otages ?

P.V :
"Nous sommes dans un secteur soumis à la libre concurrence.

Par conséquent, nous ne prenons personne en otage. C’est totalement faux !

Si les passagers ont connaissance d’une grève, ils ont toujours la possibilité de se tourner vers un vol assuré par une autre compagnie.

De plus, au SNPL, nous tenons à prévenir de nos actions longtemps à l’avance, justement dans le but de permettre aux passagers de s’organiser."

Lu 2710 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par Bioux le 25/01/2012 01:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ah bon ! Il y a du dialogue social à Air France !! Première nouvelle. Jusqu'à présent le dialogue était le suivant:
- Air France: La situation est difficile, il faut que chacun retrousse les manches et accepte quelques évolutions dans son travail.
- Les syndicats: Pas question car cela mettrait en danger la sécurtié des passagers
- Air France: Que proposez-vous ?
- Les syndicats: Une grève (avec ou sans préavis et selon l'humeur de chacun)
- Air France (après que la grève a eu lieu ou bien avant d'entrer dans la phase dure); Puisque c'est comme ça je remets ma proposition dans ma poche, le mouchoir dessus et on n'en parle plus.

C'est comme cela que l'on arrive à quelques centaines de millions de déficit.

OSI: la holding AF/KLM publie les résultats de ladite holding mais ne donne pas de chiffre par compagnie (info confirmée récemment par le nouveau DG d'AF).
Pourquoi ? POur ne pas montrer que les Bataves sont capables de tenir compte de l'environnement économique, concurrentiel, etc. et d'équilibrer leurs comptes tandis que les Gaulois sont assez sur leur tas ..... comme les coqs ?

2.Posté par olivier le 26/01/2012 10:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
arreter de casser air france,dans cette article personne ne fais mention d'air france mais du snpl(syndicat national des pilotes de ligne) dans lequel se retrouvent aussi bien des pilotes air france,corsair,air caraibe,etc...pilotes des compagnies aerienne francaise.

3.Posté par Bioux le 26/01/2012 20:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Olivier, effectivement mon commentaire laisse apparaître que je "casse" Air France. En réalité, je ne voulais pas mettre tout le monde dans le même sac mais, en "understatement" souligner le rôle bien "particulier" du syndicat que vous citez (plus les syndicats concurrents dans la même corporation). Ceci concernant l'ensemble du transport aérien français.

Il y a des dizaines d'années le syndicat CGT de la marine marchande a "tué" le transport maritime français en imposant des règles qui ont obligé les armateurs à chercher un autre pavillon ou à cesser leur activité.
Que représente le transport maritime français dans le monde ??? Des peanuts !!
La France à même dû créer son propre pavillon de complaisance, avec "registre maritime" à Port-aux-Français. Connaissez-vous ??

De même, depuis des années et des années les syndicats de dockers ont réduit les grands ports français à de minuscules escales comparées à Roterdam, Anvers, Hambourg, etc..

Malgré les innombrables avertissements (quasi faillite d'Air France en 1995, disparition d'Air Liberté, d'AOM, d'Air Littoral, etc..) une corporation continue à défendre ses privilèges comme la Noblesse et le Clergé avant 1789.
A quand une "Nuit du 4 août" ? Quel gouvernement (droite, gauche ou ce que vous voulez) aura le courage de dire : "La récréation est finie. D'autres compagnies, au moins aussi sérieuses qu'Air France (LH, BA, XR, etc.), travaillent avec des règles moins restrictives. Elles n'ont pas plus d'incidents qu'Air France. Il n'y a AUCUN argument crédible pour maintenir les règles privilégiées actuelles". Ceci concerne aussi bien le droit de grève ad libitum que les autres règles.

Le droit de grève est inscrit dans la Constitution avec la mention "dans les limites fixées par la loi".
Quasiment aucun gouvernement n'a jamais eu les c....s nécessaires pour fixer les lois nécessaires. Madame Thatcher les avaient.

Dans les années 60, Boeing a introduit le pilotage à 2 sur le B737. Les syndicats américains s'y sont opposés, en particulier à United Airlines. Des études contradictoires (Boeing + syndicats + FAA) ont été menées. Le SEUL argument trouvé par les syndicats a été le suivant: lorsque le trafic est intense en phase d'approche un troisième homme peut être utile pour détecter qu'un autre avion se trouve à proximité, à droite ou à gauche. Et les contrôleurs aériens, ils ne servent à rien ? ils ne voient rien ?

Charles Martel et son fils devaient être leurs inspirateurs "Père, gardez-vous à droite, Père, gardez-vous à gauche"

4.Posté par Biker le 28/01/2012 14:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien réducteur le constat de Mr Bioux. Pensez vous que les salariés ont eu les moyens d'infléchir la politique d'Air France. Pensez vous que ce sont eux qui n'ont pas voulu voir la révolution Low Cost.. Surement pas, mais c'est à eux maintenant que l'on va faire payer le spots cassés... Il faut espérer que le nouveau Pdg d'AF saura se prémunir contre les hauts dirigeants d'AF qui l'ont conduit au pied du mur...

5.Posté par Jean marc le 02/02/2012 15:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
juste une précision pour faire avancer le débat, pour beaucoup de pilotes avec qui j'ai discuté, ce n'est pas tant le préavis de 48h qui pose problème, mais l'obligation faite, si on se déclare non gréviste, de remplacer au pied levé les collègues grévistes. Que l'on soit d'accord ou pas avec les motifs d'une grève, il est d'usage entre collègues de travail de ne pas remplacer un collègue gréviste...cette loi (en l'état) imposerait le contraire.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 30 Septembre 2022 - 09:39 L’espace dernier havre de paix ?






































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias