TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Strasbourg à Amsterdam : quand le Rhin vous prend dans ses bras

Croisière avec CroisiEurope



Voyage sur le Rhin, ce long, très long, fleuve tranquille qui vous permet de naviguer depuis la France jusqu'au port d'Amsterdam et au delà. 706 kilomètres de navigation, trois pays et des rivages variés pour cette première croisière de la saison avec CroisiEurope sur un fleuve légendaire, romantique, stratégique, historique tantôt large et puissant ou plus intime quand il se sépare en plusieurs bras, mais toujours spectaculaire.


Rédigé par le Jeudi 14 Avril 2022

CroisiEurope effectuait donc sa première croisière au départ de Strasbourg vers Amsterdam via l’Allemagne et sur le Rhin tantôt large et puissant ou alors intime et romantique bordé de petites villes pittoresques - DR
CroisiEurope effectuait donc sa première croisière au départ de Strasbourg vers Amsterdam via l’Allemagne et sur le Rhin tantôt large et puissant ou alors intime et romantique bordé de petites villes pittoresques - DR
L'hiver n'avait pas dit son dernier mot en ce début avril qui marque la reprise des croisières fluviales en Europe et notamment celles permettant de naviguer de France aux Pays Bas en empruntant sa majesté le Rhin.

CroisiEurope effectuait donc sa première croisière au départ de Strasbourg vers Amsterdam via l’Allemagne et sur le Rhin tantôt large et puissant ou alors intime et romantique bordé de petites villes pittoresques ou de grandes cités anciennement romaines.

Six jours de navigation sur le Lafayette, un bateau « 5 ancres », le plus haut standard de qualité chez le croisiériste alsacien.

Strasbourg, prélude au style germanique

Le voyage commence par une flânerie nocturne sur les canaux de Strasbourg, prélude au style germanique des jours à venir. Il fait froid mais on est au chaud dans un bateau mouche au large toit transparent et donnant l’impression d’être à ciel ouvert.

On découvre le quartier de la petite France avec ses maisons à colombages, le quartier impérial allemand appelé «nouvelle ville » et le parlement européen.

Administrée tour a tour par les Allemands et les Français, l’histoire de Strasbourg ne peut être que très riche et les commentaires tout au long des canaux sont appréciés.

De nuit, la ville est encore plus belle avec cependant un bémol, la mairie ayant décidé de ne pas éclairer tous les monuments.

Lire aussi : CroisiEurope : j'ai testé pour vous une croisière au départ de Venise

Vins et musique mécanique

L'orchestrion au musée des instrumentsde musique mécanique. Photo : C.H
L'orchestrion au musée des instrumentsde musique mécanique. Photo : C.H
Dans la nuit le Lafayette quitte Strasbourg pour commencer sa remontée vers Amsterdam. On se réveille en Allemagne, voguant sur ce fleuve ‘’autoroute’’, ou les poids lourds sont des péniches ou porte container.

Les rives du fleuve dans cette région sont plantées de vignes. Le bateau fait une première étape dans la Hesse à Rudesheim petite cité viticole avec, en son centre la Drosselgasse une rue pavée piétonne qui descend vers le fleuve avec ses tavernes ou le vin coule à flot.

Le vin, une des excursions proposées permet, après une visite en petit train des vignobles, de le gouter. Dans la cave d’un vigneron de la famille Störzel, trois vins sont offerts à la dégustation. Les rieslings sont les principaux cépages cultivés. A 10 euros la bouteille le Rudesheimer Berg Rottland Riesling Spätlese me semble parfait pour accompagner un foie gras ou un dessert.

Rudesheim abrite également une curiosité.

A quelques mètres des caves de dégustations, le musée des instruments de musique mécanique vaut le petit détour. Une collection regroupant trois siècles d’instruments de musique mécanique est présentée.

Si les sons produits ne sont pas forcément un plaisir pour les oreilles, l’œil se régale des ses petits ou énormes instruments comme cet imposant ‘’orchestrion’’, tous en parfait état de marche et véritables merveilles d’imagination et de techniques.

Petit moment de grâce ce jour-là quand notre guide, jeune femme énigmatique de noir vêtue avec chapeau à voilette, actionne un magnifique gramophone emplissant la pièce d’une mélodie surannée ou l’on reconnait Doris Day chantant ‘’Que sera sera’’.

Après un passage à la boutique de souvenir du musée, on peut repartir avec un petit bibelot de quelques euros ou une des magnifiques petites boites à musique dont certaines avoisinent les 40 000 euros.

Romantisme...

Le château néo – gothique de Stolzenfels
Le château néo – gothique de Stolzenfels
Le jour suivant, le bateau navigue au fond de vallées encaissées que surplombent des châteaux au style parfois extravagant, résidences ou forteresses témoignant à la fois de la puissance des régions tout au long de l’histoire et de la veine romantique dont s’inspiraient les bâtisseurs.

Le château néo – gothique de Stolzenfels que nous laissons sur la rive gauche, d’abord place forte puis résidence romantique et restauré en 1842 en est un exemple splendide .

Incontournable de ce Rhin romantique, au détour d’un méandre, le rocher de la Lorelei, nymphe envoutante faisant chavirer le cœur et les bateaux des marins…

Le rocher s’avance dans le fleuve, rendant le passage étroit. Sur la rive, on distingue bien une statue de la belle naïade avec ses longs cheveux. Ce froid et gris matin d’avril nous permet de la voir dans la même ambiance que décrite dans le poème d’Heinrich Heine (1824) : « L'air est frais, et il fait sombre, et calmement coule le Rhin »

Lire aussi : CroisiEurope : j'ai testé pour vous la croisière épicurienne, entre Garonne, Dordogne et Gironde



La Cathédrale de Cologne, chef d'oeuvre de l'art Gothique

Les impressionnantes tours de la cathédrale de Cologne
Les impressionnantes tours de la cathédrale de Cologne
Cologne est la dernière escale allemande avant les pays bas.

Cette ancienne cité romaine, aujourd’hui quatrième ville d’Allemagne et très industrielle a du mal a cacher un coté un peu austère. Sa très impressionnante cathédrale, classée au patrimoine mondial de l’Unesco vaut cependant que l’on s’y arrête.

C’est le monument le plus visité du pays. Chef d’œuvre de l’art Gothique, cinq siècles ont été nécessaires (1247 - 1880) pour faire se dresser ses deux tours que la noirceur, témoin de l’industrie du charbon dans la région, rend encore plus impressionnante.

Le bateau quitte Cologne tard dans la nuit. Illuminée, la Cathédrale abandonne ses habits de deuil pour resplendir dans la nuit.



Amsterdam : paradis artificiels et paradis des fleurs

Le parc Keukenhof à Amsterdam, paradis des fleurs
Le parc Keukenhof à Amsterdam, paradis des fleurs
Arriver par son port est bien sur la plus intéressante prise de contact avec Amsterdam, dernière étape de la croisière. On n’entend pas les marins chanter comme dans la chanson mais ils sont là. Ceux du Queen Mary, en partance pour New York, et tous les autres qui font de cet immense carrefour marin une ruche spectaculaire.

Le temps est compté pour pouvoir découvrir toutes les curiosités, les beautés, les sites et les nombreux musées de cette ville unique à bien des égards parcourue par des milliers de vélos dont le visiteur devra se méfier. S’habituer à bien regarder à droite et à gauche avant de traverser les pistes cyclables prend un peu de temps…

CroisiEurope propose bien sûr la découverte de la ville via ses canaux pour apprécier l’architecture et les hautes maisons à pignons. Passage aussi chez un diamantaire et surtout l’incontournable parc Keukenhof à quelques kilomètres du centre-ville.

« Visiter Amsterdam sans passer par le parc Keukenhof, ce n’est pas visiter Amsterdam. » annonce le guide avant d’arriver. Plutôt d’accord avec lui après une déambulation dans ce paradis des fleurs. Des tulipes bien sûr aux mille couleurs mais aussi des jacinthes et des parterres fleuris magnifiques. Une promenade apaisante et colorée.

Le parc Keukenhof tient toutes ses promesses. Libre au visiteur également d’aller parcourir, le soir, les rues et canaux du quartier rouge, unique au monde. Plus de fleurs mais des fruits défendus. Coffee shop pour fumer en toute impunité la Marie Jeanne, vitrines ‘’vivantes’’ ou les femmes très légèrement vêtues vous proposent ‘’leur service ‘’. On est loin de La Lorelei enflammant par ses chants les marins, mais le quartier attire les foules.

Du Rhin romantique aux quartiers chauds d’Amsterdam en passant par les vignobles, les fleurs et les cathédrales tels sont quelques-uns des tableaux variés qu’offre cette croisière.

Lu 1614 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus






































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias