TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



14 ans après l’effondrement du terminal 2E, ADP sur le banc des accusés

L’accident avait fait quatre morts



En 2004, le terminal 2E de Roissy, pourtant neuf, s’était effondré, tuant quatre personnes et en blessant neuf autres. Pour le groupe Aéroports de Paris (ADP), comme pour trois autres entreprises, le procès s’est ouvert lundi 10 décembre 2018.


Rédigé par le Lundi 10 Décembre 2018

Vue sur le terminal 2 de Roissy-Charles de Gaulle © Emile Luider / La Company pour Aéroports de Paris SA
Vue sur le terminal 2 de Roissy-Charles de Gaulle © Emile Luider / La Company pour Aéroports de Paris SA
Le 23 mai 2004, au matin, onze mois seulement après son inauguration, une partie du plafond du terminal 2E de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle s’était écroulée sur plus de 30 mètres.

Quatre voyageurs en correspondance avait perdu la vie, et neuf employés de l’aéroport avaient été blessés.

Le procès s’est finalement ouvert lundi 10 décembre 2018, et se poursuivra toute la semaine au tribunal correctionnel de Bobigny.

Le groupe Aéroports de Paris (ADP), mais aussi le bureau de contrôle Veritas, les entreprises Ingerop et GTM, un sous-traitant de Vinci, y sont accusés d’homicides et blessures involontaires.

Le but de cette procédure tardive : déterminer clairement les responsabilités de chacun des accusés dans cette catastrophe absurde.


Quel est l'intérêt ?

Contacté, ADP ne souhaite pour l’instant pas commenter l’ouverture de ce procès qui s’annonce aussi technique que kafkaïen.

Le groupe, très discret sur le sujet, indique vouloir concentrer ses « points de défense » au tribunal.

Un procès d’autant plus périlleux pour le groupe que, selon Libération, deux des autres accusés prévoient de plaider l’absence de sanctions, en rejetant toute la responsabilité sur le groupe aéroportuaire et sur le bureau de contrôle Veritas.

Toutes les expertises commanditées après l’effondrement de la voûte du terminal 2E ont conclu que la résistance du bâtiment n’était pas conforme aux réglementations.

Pour les experts, le constat est simple : l’effondrement est attribué à « une très importante insuffisance de résistance des voûtes » et le bâtiment était « très proche de la ruine dès sa conception ».

Et, pour eux, les responsabilités se partagent ainsi : 50% pour le groupe ADP, 25% pour Ingerop, 15% pour GTM et 10% pour Veritas.

Des conclusions qu’il aura fallu attendre durant cinq longues années. Le dernier juge d’instruction en charge de l’affaire avait ensuite décidé de renvoyer les sociétés accusées au tribunal, en octobre 2017, treize inexplicables années après le drame.

Un laps de temps durant lequel les familles de deux des victimes ont fini par abandonner les poursuites.

Plusieurs experts ou avocats liés à l’affaire ont depuis pris leurs retraites. L’architecte du bâtiment, Paul Andreu, est lui décédé en octobre dernier.

Pour ADP, qui a déjà indemnisé par le passé les familles des victimes, l’amende, d’après le code pénal, pourra atteindre le montant maximal de 225 000 euros.

Le gérant du deuxième aéroport européen, tiré par la hausse continue du trafic passager, a enregistré, en 2017, un chiffre d’affaires record de 3,617 milliards d’euros (+22,7%) et table sur une nouvelle augmentation de ses bénéfices en 2018.

Pierre Georges Publié par Pierre Georges Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Pierre Georges
  • picto Instagram
  • picto Twitter
  • picto email

Lu 727 fois

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Janvier 2019 - 17:30 B787-Dreamliner : Air Tahiti Nui poursuit sa mue



PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hôtel&Lodge PRO, Le Hub des pros de l'hébergement.

TourMaG.com DMCmag.com Hôtel&Lodge PRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips