TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Cela vole bas chez Easyjet... du rififi au conseil d'administration !

désaccord profond entre le fondateur et les administrateurs



La compagnie low cost. n’a pas seulement à faire face à la diminution du nombre de voyageurs mais également à une bataille au sein du conseil d’administration qui pourrait la fragiliser durablement. Sir Stelios Haji-Ioannou est de nouveau aux manettes et cela ne plaît pas à tout le monde.


Rédigé par Geneviève BIEGANOWSKI le Dimanche 16 Novembre 2008

Sir Stelios Haji-Ioannou est de nouveau aux manettes de la célèbre low cost
Sir Stelios Haji-Ioannou est de nouveau aux manettes de la célèbre low cost
Dans les plus noirs des scénarios envisageant la disparition des compagnies low cost.

Prises dans la tourmente de la récession économique européenne, il reste toujours deux survivantes, Ryanair et Easyjet. Mais, c’était sans compter avec les dissensions internes qui peuvent fragiliser les entreprises là où on ne l’attendait pas.

Ainsi, le fondateur de la compagnie Easyjet, Sir Stelios Haji-Ioannou vient de prendre le contrôle de 11,6% des parts détenues par sa sœur pour monter ainsi à plus de 25% du tour de table, ce qui lui donne, de facto, deux sièges supplémentaires au conseil d’administration.

Cette manœuvre a pris place alors qu’apparaît un désaccord profond entre le fondateur et les administrateurs. Sir Stelios souhaiterait voir le plan stratégique d’achats d’appareils et d’expansion des opérations freiné radicalement.

D’après le Financial Times, cette initiative permettrait, pour la première fois de son histoire, à Easyjet de verser des dividendes aux actionnaires.

Sir Stelios croît-il encore au modèle low cost ?

A l’inverse, le management de la compagnie a prévu un plan d’aconomie et de réduction d’activité mais a toujours en ligne de mire Ryanair qui veut profiter de la crise pour continuer à prendre des parts de marché.

Easyjet n’a jamais versé de dividendes à ses actionnaires, comptant sur la bonne tenue de la valeur en bourse pour faire monter mécaniquement le poids des portefeuilles des actionnaires.

Que va-t-il se passer dans les jours qui viennent au sein de la compagnie? Sir Stelios a désormais le droit d’imposer son propre président au conseil d’administration et il l‘a fait savoir.

Ce qui est sûr c’est que la City, assez craintive en ce moment sur l’avenir des compagnies aériennes, a immédiatement sanctionné la dispute. La valeur a perdu 5 points vendredi dernier.

Le Financial Times se demande si l’initiative de Sir Stelios n’est pas tout simplement liée au fait qu’il ne croit plus au modèle low cost pour lequel il s’est battu si longtemps…

Lu 5258 fois

Notez



1.Posté par Johan le 17/11/2008 12:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un article d'une grande profondeur journalistique, et comme toujours relevant d'une impartialité exemplaire envers le monde du low-cost, comme son auteur nous habitue régulièrement.

2.Posté par Emmanuel le 17/11/2008 21:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'article commence par: "La compagnie n'a pas seulement à faire face à la diminution du nombre de voyageurs", ce qui est de la totale désinformation. Je rappelle à la "pseudo" journaliste qu'easyJet publie tous les mois ses statistiques passagers, et que la moindre des choses serait de les lire pour eviter de dire n'importe quoi. Par exemple pour Octobre, la compagnie easyJet a transporté 18.4% de passagers en plus par rapport à 2007. Ses taux de remplissage sont meme en augmentation de 1.4pp, alors meme que tous ses pricinpaux concurrents (ryanair, air france, iberia, lufthansa, british etc) affichent des taux de remplissage en baisse!
Devant tant de mauvaise fois et de contradiction avec les chiffres, on est en droit de se demander quels sont les réels objectifs de madame Genevieve Bieganowski???

Quant a prevoir la fun des compagnies low costs... C'est une hérésie, surtout quand le baril est à 55$...

3.Posté par Ludo le 17/11/2008 22:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand Easyjet se pose depuis des années à Barcelone, Paris, Bruxelles, Amsterdam, Ryanair se pose dans des bleds...et côté presse et média je ne me souviens pas avoir lu (ou vu) des articles (ou des reportages) incendiaires sur eux au contraire de Ryanair....Sir Stelios n'a pas envie d'être mis dans le même bain à une époque ou on jette facilement l'eau avec le bébé...et puis les faillites récentes de Futura et Sterling sont là pour nous le rappeler, il faut reserrer ou ajuster les boulons, même si le prix du baril a bien baissé...car pour beaucoup il faudra tenir le coup cet hiver...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 13 Décembre 2019 - 17:53 TAP Air Portugal retire son dernier Airbus A330-200




Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
La Travel Tech
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips