TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Délais de paiement : "C'est un faux débat, c'est de l'hypocrisie !"

Les distributeurs campent sur leurs positions



Hors des clous les délais de paiement des agences vis-à-vis des tour-opérateurs ? La démonstration juridique sur les flux financiers réalisée dans le cadre du Forum du SETO n'a pas convaincu les distributeurs. Voici les (vives) réactions de François Piot (Prêt-à-Partir), Laurent Abitbol (Marietton), et Richard Vainopoulos (TourCom) mais aussi de Jean-Pierre Mas (Les Entreprises du Voyage).


Rédigé par le Mardi 17 Décembre 2019

Richard Vainopoulos à propos des délais de paiement : "il est hors de question de payer avant le départ. Si les agences l'avaient fait pour Jet tours, ce sont 30% des distributeurs qui auraient disparu..." - DR : Depositphotos.com, pogonici
Richard Vainopoulos à propos des délais de paiement : "il est hors de question de payer avant le départ. Si les agences l'avaient fait pour Jet tours, ce sont 30% des distributeurs qui auraient disparu..." - DR : Depositphotos.com, pogonici
Le pavé dans la mare lancé par le SETO à l'occasion de son Forum organisé du 11 au 12 décembre 2019 à Porto, ne fait même pas sourciller les distributeurs.

Ces derniers campent sur leurs positions. Le message pourtant était sans équivoque au Portugal : "juridiquement, vous êtes hors la loi", expliquait Sahra Hagani, Avocat chez Fidal Paris, à propos des délais de paiement.

La réglementation est très claire : 60 jours maxi après émission de facture, parfois 45 jours et basta.

Sauf que selon ses calculs, les factures émises par les tour-opérateurs sont payées hors "délai légal", en grosse majorité 90 jours après.

Lire : Délais de paiement Agences - Producteurs : "Nous sommes assis sur un baril de TNT !"

Pour François Piot, PDG de Prêt-à-Partir, le problème peut être vite réglé pour ceux qui ne seraient pas dans les clous : "il suffit juste de se mettre d'accord sur la date d'émission de la facture.

Globalement les délais de paiement ont même tendance à se raccourcir. Ce sujet reste un sujet commercial, une négociation entre un vendeur et un acheteur.

C'est un faux débat, c'est de l'hypocrisie, de la lâcheté !
Sur le voyage à la carte, les réceptifs sont payés avant le départ. Si demain le tour-opérateur demande à être payé avant, le risque c'est d'avoir un transfert massif vers les réceptifs
", explique-t-il.

"Aucun TO n'a envie de demander à L. Abitbol qu'il faut payer plus vite"

Pour lui, ce sujet est l'illustration d'un manque de dialogue entre les deux parties. "Il faut que tout le monde gagne sa vie et pas au détriment des uns et des autres.

Aujourd'hui les distributeurs préfèrent le statu quo. Le problème surtout, c'est qu'aucun tour-opérateur n'a envie de demander à Laurent Abitbol (le président du groupe Marietton et président du directoire de Selectour, ndlr) qu'il faut payer plus vite."


Justement, le président du groupe Marietton reste fidèle à sa ligne de conduite initiale, et la démonstration juridique faite au Forum du SETO ne change rien : "comme je l'ai déjà dit, c'est niet, nous ne bougerons pas les délais de paiement. Les tour-opérateurs ont une garantie de paiement et moi en tant que TO, ce système me satisfait".

Pour Richard Vainopoulos, président de TourCom, c'est le modèle économique des tour-opérateurs qui est à revoir. "Ce sont eux qui ont une situation branlante depuis de nombreuses années, mais ils refusent de se remettre en question."

Pas question non plus de bouger les lignes : "il est hors de question de payer avant le départ. Si les agences l'avaient fait pour Jet tours, ce sont 30% des distributeurs qui auraient disparu...

En cas de dépôt de bilan du TO, c'est l'agence qui repaie et c'est ce qui s'est passé avec Jet tours. Sauf quand l'agence est adhérente d'un réseau : celui-ci permet de reprotéger le client sans avancer l'argent"
ajoute-t-il.

Avant de poursuivre : "les accords avec les TO sont déjà tous signés et je suis sûr qu'ils n'oseront pas se mettre les réseaux à dos, surtout les deux blocs que sont Selectour-Marietton-Havas et TourCom-RTK".

"René-Marc Chikli doit aussi nettoyer devant sa porte"

Et de renvoyer dos à dos les délais de paiement des agences, mais aussi des tour-opérateurs vis-à-vis de leurs fournisseurs.

"La grande majorité des TO paient à plus de 60 jours leurs fournisseurs, c'est pour cette raison que beaucoup de réceptifs, d'hôtels ou de groupistes ont du mal à s'en sortir, quand ils ne disposent pas du bilan !

Ce qui serait bien, c'est que René-Marc Chikli (président du SETO) balaye déjà devant sa porte et remette en question le modèle des TO",
lance Richard Vainopoulos.

Dans ce débat, Jean-Pierre Mas, Président des Entreprises du Voyage, rappelle que le rôle du Syndicat "n'est pas de réguler les relations entre la distribution et la production d'autant que EDV recouvre l'intégralité de la profession."

Pour lui deux maîtres-mots : intelligence et sécurité. "Intelligence dans les relations et sécurité dans les deux sens pour le fournisseur qui attend du distributeur d'être payé et du distributeur qui attend que la prestation soit fourni."

Pour lui, il faut évidemment "inciter tout le monde à respecter la loi". Les experts du syndicat vont d'ailleurs se pencher sur le sujet de la facturation.

Car il ne faudrait pas que la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) vienne mettre son nez dans le secteur du tourisme pour jouer les arbitres et siffler la fin de la récré.

Céline Eymery Publié par Céline Eymery Rédactrice en Chef - TourMaG.com
Voir tous les articles de Céline Eymery
  • picto Facebook
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 2824 fois

Notez



1.Posté par mille sabords le 18/12/2019 12:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Car il ne faudrait pas que la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) vienne mettre son nez dans le secteur du tourisme pour jouer les arbitres et siffler la fin de la récré."
OUI , il le faut.
C'est nécessaire pour évoluer avec son temps, il suffit de voir comment fonctionnent les autres pays...
La France a toujours monté des systèmes compliqués à souhait comme les 42 régimes de retraites inégalitaires !
Les modèles économiques dans le tourisme vont devenir rapidement obsolètes avec le mode de consommation de la nouvelle génération "tablette".
Les réseaux vont voir de détricoter leur coussin de trésorerie tout naturellement, la désintermédiation et la multiplication des plateformes vont balayer les vieux principes..
La centrale de paiement qui garantit 60 jours voire plus de délai est le leurre parfait inventé par les réseaux volontaires qui vivent pour partie sur une trésorerie faite sur le dos des fournisseurs et faire vivre grassement le siège et le staff au passage en gagnant quelques écus supplémentaires avec les banques à qui elles en confient la gestion.( coup double!).
Alors il ne faut pas reprocher aux TO, à leur tour, de répercuter ce délai à leurs fournisseurs imposé en début de chaîne par la distribution elle même !!!
Le discours hypocrite est celui de la distribution illustré par les élucubrations de Mr Vainopoulos.
Voir se tourner les agences vers les réceptifs si les TO imposent 45 jours de délai de paiement est un faux problème car les réseaux volontaires ne font pas le métier de TO .. Qui va acheter les sièges et les hébergements à l'avance pour être dans le marché ??
La difficulté vient des réseaux volontaires, en tête de cordée, à qui il faut verser en plus des délais de paiement, des super commissions, des commissions arrières, participer aux frais commerciaux , aux frais de formation, d organisation de conventions , de soirées et "tout le toin toin ".....
Ces sommes mises bout à bout ajoutées aux délais de paiement font cher !
Le baril de TNT peut en effet exploser à tout moment au nez de la la distribution qui ne respecte pas les délais légaux de paiement de 45 jours imposés par la loi ( exemple: les marchés publics sont sévèrement contrôlés et sanctionnés en cas de non respect)
Faut pas toucher au portefeuille !!!.
Pas étonnant de voir les ténors des réseaux monter au créneau, quant à Jean Pierre Mas vieillissant comme Vainopoulos , tient à préserver son poste, ne pas faire de vague, pour ne pas sauter avec le baril de TNT ...! Quant à L 'Abitbol il entretient comme toujours l 'ambiguïté des deux côtés à la fois..

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.




Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
CruiseMaG
La Travel Tech
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips