TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone



EGFATT : "La directive des voyages à forfait est pratiquement inapplicable dans le cadre d'une pandémie"

Entretien avec Alain Verwilghen, secrétaire général de l'EGFATT



Pandémie, responsabilité de l'exécution du forfait, protection contre l'insolvabilité... Cinq ans après sa mise en application, la Directive Européenne 2015/2302 sur les voyages à forfait et les prestations de voyage liées ne satisfait pas pleinement tous les professionnels du tourisme. Son manque d'harmonisation au niveau européen a été pointé du doigt par un groupe d'experts mandaté par la Commission européenne, dont fait partie Alain Verwilghen, le secrétaire général de l'EGFATT (l'association des fonds de garantie tourisme en Europe). Il revient pour TourMaG.com sur les problèmes que soulève cette nouvelle directive. Interview.


Rédigé par le Mardi 24 Novembre 2020

A. Verwilghen : "Avec les pandémies et des risques qui peuvent devenir plus importants, nous nous demandons pourquoi dans l'industrie du voyage, nous devrions être les seuls à tout couvrir. Il existe tout de même des injustices sectorielles" - DR : DepositPhotos, NiroDesign
A. Verwilghen : "Avec les pandémies et des risques qui peuvent devenir plus importants, nous nous demandons pourquoi dans l'industrie du voyage, nous devrions être les seuls à tout couvrir. Il existe tout de même des injustices sectorielles" - DR : DepositPhotos, NiroDesign
TourMaG.com - Alain Verwilghen, vous faites partie, en tant que Secrétaire Général de l'EGFATT, d'un groupe d'experts constitué après la publication de la Directive Européenne 2015/2302 sur les voyages à forfait et les prestations de voyage liées, pour en assurer le suivi et constater son applicabilité. Cinq ans après sa mise en application, et alors que vous venez de participer à une visioconférence avec la Commission européenne à ce sujet, quels sont les principaux blocages ?

Alain Verwilghen :
Plusieurs problèmes demeurent. En premier lieu, la nuance entre le forfait dynamique - surtout lorsqu'il est réalisé en click-through - et la prestation de voyage liée.

Par exemple, si une agence de voyages travaille en click-through avec un client numérique, pour lequel elle réserve un billet d'avion, puis une chambre d'hôtel, puis une location de voitures, et qu'elle n'émet qu'une seule facture, c'est un forfait. Par contre, si cette même agence réserve d'abord un billet d'avion, puis deux heures plus tard, une chambre d'hôtel, ce n'est plus un forfait parce qu'il y a deux factures séparées. Pour notre groupe d'experts, cela ressemble à du forfait déguisé.

Nous avons également évoqué la difficulté de faire comprendre le texte de cette Directive aux consommateurs.

Par ailleurs, une étude commandée par la Commission européenne devrait être rendue début décembre sur la transposition de la directive. Elle comportera une analyse de son respect, de sa conformité, etc.

TourMaG.com - La Directive pourrait-elle manquer d'harmonisation au niveau européen ?

Alain Verwilghen :
Selon son article 4, la Directive est en principe d'harmonisation maximale, sauf pour deux aspects : la responsabilité de l'exécution du forfait et la protection contre l'insolvabilité.

Concernant la responsabilité de l'exécution du forfait, l'article 13 de la Directive précise que les détaillants peuvent aussi, dans certains pays, être considérés comme responsables de la bonne exécution d'un forfait.

Prenons l'exemple d'une agence de voyages française basée dans la région de Lille-Maubeuge et qui achète un forfait à un tour-opérateur (TO) belge durant la pandémie. En Belgique, seul l'organisateur est considéré comme responsable de la bonne exécution du forfait. En France, c'est aussi le détaillant.

Donc si le TO belge fait faillite, le fonds de garantie tourisme belge va rembourser dans tous les cas le consommateur, et donc l'agence de voyages française. Maintenant, si cette agence de voyages française achète le même forfait au même TO mais en France, et que ce TO fait faillite, l'agence n'obtient rien.

Par conséquent, le fait que la directive permette des différences de responsabilité peut créer des conditions difficiles.

TourMaG.com - Vous évoquiez également la protection contre l'insolvabilité. La Directive ne prend pas en compte le cas de pandémies ?

Alain Verwilghen :
Pour nous, EGFATT, cette Directive, dans l'état actuel des choses, est pratiquement inapplicable car elle n'a pas été prévue dans le cadre d'une pandémie et qu'elle prévoit depuis 2015, la garantie de tous les fonds déposés.

Nous avons vu ce que cela a coûté dans le cas de la faillite de Thomas Cook par exemple, en Allemagne, où il n'y a pas de fonds de garantie, mais un assureur - Zurich Insurance - qui assurait selon la loi allemande jusqu'à seulement 110 millions d'euros, soit à peine 20% de la faillite du voyagiste. C'est l'Etat allemand qui s'est directement porté garant, en sauvant la compagnie aérienne Condor et en prenant le relais pour rembourser les consommateurs.

Aujourd'hui, on voit un peu partout en Europe, dans tous les pays, les fonds de garantie se mettre en contact avec leur gouvernement.

En Belgique, le directeur du fonds de garantie tourisme a indiqué être en négociations avec son gouvernement pour obtenir une garantie de couverture de toutes les faillites qui pourraient intervenir à cause du Covid. Ce qu'il redoute, c'est le risque de faillites qui pourrait intervenir à partir de l'automne 2021, quand il faudra rembourser tous les avoirs.

Pour l'instant, toutes les agences sont sous perfusion, il y aura peu de ventes au printemps et durant l'été 2021, mais à partir d'octobre, les consommateurs vont demander à leurs agences à être remboursés. Et s'il n'y a pas eu assez de ventes, comment ces agences vont-elles rembourser ?

En Belgique, les difficultés pourraient même apparaitre plus tôt, puisque l'ordonnance s'est arrêtée au 29 juin dernier, contre le 15 septembre pour la France.

Donc nous constatons que de plus en plus de garants financiers commencent à se dire que la garantie totale des fonds déposés devrait être remise en question.

Alain Verwilghen, Secrétaire Général de l'EGFATT - DR
Alain Verwilghen, Secrétaire Général de l'EGFATT - DR
TourMaG.com - Quelles solutions pourraient être apportées ?

Alain Verwilghen :
Au niveau de la protection contre l'insolvabilité, certains se demandent si nous devons continuer avec un système de marché, c'est-à-dire un système libéral, tel qu'il existe pour le moment.

Je précise qu'il y a quelques exceptions, puisque le fonds de garantie danois a le monopole au Danemark. C'est la même chose en Norvège. Au Royaume-Uni, le seul garant est l'Air Travel Trust - qui appartient à l'aviation civile anglaise - pour ce qui concerne tous les voyages internationaux, les voyages domestiques étant assurés par l'APTA, qui est l'équivalent des Entreprises du Voyage (EDV) en France.

La question qui se pose donc est de savoir si cette protection contre l'insolvabilité doit rester dans le marché ou être structurée.

Plusieurs pistes ont ainsi été évoquées. L'une d'elles est que chaque Etat, avec l'aval de la Commission européenne, crée un fonds de garantie sectoriel. Les fonds de garantie déjà existants y sont assimilés ou associés et l'on sort du marché. L'Etat gère, et peut le faire en coopération avec le secteur du tourisme.

C'est ce qui se passe par exemple dans le secteur des assurances ou des banques. Sauf que dans le secteur bancaire, il y a une limitation à 100 000€. Dans aucun pays de l'Union européenne il n'existe une garantie de l'Etat au-dessus de cette limite.

Et bien, aujourd'hui nous invoquons la même chose officiellement !

Car, avec les pandémies et des risques qui peuvent devenir plus importants, nous nous demandons pourquoi dans l'industrie du voyage, nous devrions être les seuls à couvrir tout, alors que les transporteurs aériens, eux, n'ont toujours pas de fonds de garantie et qu'un consommateur, jusqu'à présent, s'il est victime de la faillite d'une compagnie aérienne, se retrouve sans aucune indemnisation.

Il existe tout de même des injustices sectorielles.

TourMaG.com - Quelle est l'autre scénario évoqué ?

Alain Verwilghen :
L'autre possibilité consisterait à laisser la protection contre l'insolvabilité dans le domaine du privé, mais en "poussant" tous les fonds de garantie.

En effet, l'Union européenne s'est rendue compte que les fonds de garantie sont les seuls qui gèrent très bien les rapatriements, car dans leur personnel ils disposent à la fois de personnes qui viennent du monde des assurances, mais aussi du monde du tourisme.

On l'a vu dans le cas de la faillite de Thomas Cook, en Allemagne, où les rapatriements ont pris pas mal de temps, avec l'assureur Zurich, qui reconnaissait que ce n'est pas du tout dans son corps de métier et qu'il a dû faire appel à des sous-traitants pour organiser tout cela.

Cette seconde option suggère donc de laisser cela entre les mains du privé, mais avec un fonds de garantie pan-européen, initié par la Commission européenne, et qui agirait en seconde ligne.

C'est-à-dire que tout le monde devrait prendre une garantie auprès d'un fonds ou d'un assureur jusqu'à un certain montant, et pour ceux qui dépassent ce montant, adhérer à ce fonds de garantie pan-européen.

Anaïs Borios Publié par Anaïs Borios Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Anaïs Borios
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 2997 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par laurent Gillard le 25/11/2020 11:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi garder un fond de garantie ?

Le paracommercialisme existe de plus en plus , les règles ne sont pas les même d'un pays ou d'un continent a l autre. Le consommateur s 'en fiche et sait faire son package seul en direct ou avec les GAFA...

Depuis la faillite de thomas cook, ou autre compagnies d'aviation Françaises , le consommateur sait que personne n est a l abri d'une défaillance même de majors et qu' une faillite est toujours possible..

Quels sont les autres secteurs d'activité qui oblige l'intermédiaire à une obligation de résultat vis a vis de son client sans en être responsable ? Qui l oblige a bloquer des garantie financières et mettre des cautions personnelles ???. Pour faire simple , il faut payer pour travailler ! La pandémie met a jour l'incohérence du système issue d'une autre époque.

A mon sens ce n est plus tenable. Revenons a plus de simplicité. Seule la réputation, de l agence ou du TO et la pertinence de son offre compte.

2.Posté par mille sabords le 25/11/2020 11:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Alain VERWILGHEM a précisé:
"C'est ce qui se passe par exemple dans le secteur des assurances ou des banques. Sauf que dans le secteur bancaire, il y a une limitation à 100 000€. Dans aucun pays de l'Union européenne il n'existe une garantie de l'Etat au-dessus de cette limite."
BRAVO,
mais aussi
GRAVE ce que vous dites car depuis 5 ans rien ne bouge. Vous êtes cependant Secrétaire Général de l'EGFATT, d'un groupe d'experts constitué après la publication de la Directive Européenne 2015/2302 sur les voyages à forfait et les prestations de voyage liées. La commission européenne qui a validé et imposé la garantie financière illimitée aux agences de voyages pour exercer leur métier ( obtenir une licence) sans pour autant l homogénéiser en Europe et sans en mesurer les conséquences possible; n' a subit aucune pression pour s'adapter ( sauf erreur de ma part) .

Votre groupe d'experts avait la position adéquate pour intervenir et agir ( l 'avez vous peut être fait sans succès ? ) AVANT que cette DECISION ne soit entérinée par Bruxelles et qui n 'a pas su l' harmoniser dans tous les pays d'Europe .(?)

AVANT cette DIRECTIVE ABSURDE la profession devait fournir en France une obligation de garantie financière de 200 000 euros pour pouvoir exercer ( profession réglementée qui s'est détricoté au fil du temps puisque j'ai eu l occasion de constater qu' ATOUT FRANCE avait donné une licence à un marchand de pizza! preuves en mains) . Cette garantie financière était déjà bien en deçà de celle des corporations qui correspondent à des besoins de première nécessité indispensables à la vie citoyenne comme les banques, les assurances , les professionnels de l immobilier, alors que ces derniers sont toujours limitées à 100 000 euros lorsque celle du tourisme est devenue illimitée !
On marche sur la tête à BRUXELLES. N' y a t 'il pas d'étude préalables ou d' échanges entre corporations pour prendre une telle décision qui ne concerne que le tourisme et dès lors que Bruxelles laisse carte blanche à IATA?..
Il s'agit d' une abominable disproportion discriminatoire, une anomalie monumentale aberrante, le tourisme n'est pas un besoin de première nécessité pour se voir imposer une garantie financière illimitée pour pouvoir travailler ..!
.La " sur protection" du consommateur devient ubuesque et peut faire perdre toute crédibilité quant aux compétences des fonctionnaires qui prennent de telles décisions à Bruxelles à la lecture des propos de monsieur.Alain Verwilghen,.
Personnellement, je n 'ai eu de cesse de le rappeler dans les rubriques de ce journal depuis la mise en place et la pratique de la Directive de Bruxelles qui met l'APST en grosse difficulté de par sa structure inadaptée pour faire face à l application d'une telle DIRECTIVE mal pensée qui arrive sur la profession d'agents de voyages comme un tsunami depuis mars 2020 après la liquidation de Thomas Cook ..

Votre groupe d'experts et les instances officielles de notre profession ont laissé passer cette DIRECTIVE qui traduit une méconnaissance profonde des ronds de cuir de l économie de nos métiers.
Cette DIRECTIVE idiote et inadaptée à nos professions impactées par les articles du code du tourisme avec le renforcement de la PLEINE RESPONSABILITE va peser fort sur nos entreprises, la pandémie étant exclue des textes.
Le fond de garantie devrait être confié à UN assureur spécialisé adossé à la garantie de chaque Etat membre de l 'Europe .
Si tel était le cas il y aurait une harmonisation mais aussi chaque Etat ne manquerait pas d 'en limiter le montant au niveau de celui des autres corporations dont les lobbying ont fonctionné.. Avant la Directive nous étions déjà en deçà de 1000 000 euros à 200 000 euros...Cela n'a pas satisfait Bruxelles qui a imposé sa Directive à la suite du dépôt de bilan d 'un gros croisiériste du Nord de l Europe dont les passagers ont su faire pression à Bruxelles.... ( ?)
Les fonctionnaires de Bruxelles qui ont pris la décision de rendre illimité le quantum de la garantie financière n' ont aucune pratique du terrain et n ont jamais mesuré les conséquences de cette Directive qui va conduire certains d'entre nous au dépôt de bilan avec l 'effet dévastateur pour certains patrons d'agences de voyages qui ont donné une contre garantie à l APST ou à l' un des 3 assureurs du marché ( les banques s'étant retirées) en se portant caution personnelle sur leurs biens propres !!
Quelle va être la position de l'APST et des 3 principaux assureurs face à cette situation possible mais précise qui peut arriver en 2021? .
Je pose la question.
UNE REFORME PROFONDE ET RESPONSABLE S'IMPOSE ..

3.Posté par Sebastien le 26/11/2020 10:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il ne faut pas réformer... mais abroger purement et simplement ce système de garantie financière qui est d'un autre temps :

- il coute (et ce n'est que le début) une fortune… autant d'argent qui serait bien mieux investi dans le service rendus à nos clients.

- il n'est d'aucune aide commerciale. La plupart des vacanciers n'ont pas connaissance du dispositif et préfèrent de toute façon de plus en plus se tourner vers plateformes non couvertes (type airbnb) pour organiser leurs séjours.

- il limite l'accès à la profession aux jeunes qui ne disposent pas forcément d'une contre garantie, ralentissant le renouvellement des idées et des méthodes dans le milieu. Il favorise un entre-soi qui déconnecte les agences de voyages des réalités de la société.

Je rejoins le message de Laurent. La réputation, le service, l'offre feront la différence aux yeux du client qui a la responsabilité du choix de son prestataire.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >








































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias