TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


IATA : les EdV se fâchent et menacent de mettre sous séquestre le montant des billets non volés

Retrait des relevés payés le 31 mars de l’ensemble des billets non volés



On aurait pu penser que la missive-scud à IATA de Nicolas Brumelot resterait lettre morte, une fois encore. Mais non... Tout auréolé de sa victoire sur l'ordonnance de l'à-valoir, le vaillant président des EdV, Jean-Pierre Mas, remonte au créneau assiéger l'inexpugnable forteresse volante de l'IATA. Voici l'explication et le modèle du courrier à envoyer à Alexandre de Juniac. Il est en PJ, vous pouvez le faire aussi. C'est même conseillé. Plus on est de fous...


Rédigé par La Rédaction le Jeudi 26 Mars 2020

Le président des EDV a décidé de monter au créneau contre IATA - DR
Le président des EDV a décidé de monter au créneau contre IATA - DR
Chère Adhérente, Cher Adhérent,

Certaines compagnies aériennes dérogent au règlement européen et au code civil en refusant de rembourser les billets émis qui ne sont pas volés en raison de l’annulation des vols.

Plusieurs de ces compagnies vont bénéficier de recapitalisation de la part des Etats.

EdV a réuni un groupe de travail* pour adopter une attitude collective.

Nous avons envisagé, dans un premier temps, de demander aux agences agréées de déduire directement les billets émis non volés du règlement BSP du 31 mars. Cette piste présentait un risque important : IATA pouvait retirer l’agrément aux agences en défaut. Son rétablissement par voie de justice aurait demandé plusieurs mois.

Nous avons donc opté pour un courrier signé par les agences agréées IATA et à adresser par mail.

Nous demandons à IATA de retirer des relevés payés le 31 mars l’ensemble des billets non volés dont le remboursement est rendu impossible. Ou, à défaut, la mise sous séquestre des sommes correspondantes.

Indiquez sur ce courrier la raison sociale de votre entreprise et votre numéro d’agrément IATA.


Adressez-le à Alexandre de Juniac, directeur général de IATA : dejuniaca@iata.org
Mettez en copie : Robert Chad, directeur IATA France : chadr@iata.org
Et moi : jp.mas@entreprisesduvoyage.org

Nous sommes à vos côtés pour préserver vos entreprises et l’emploi.

Jean-Pierre Mas

Le courrier à télécharger en PJ


LES PRINCIPAUX EXTRAITS DU COURRIER

Monsieur,

Comme vous le savez, dans le contexte de la propagation du virus COVID-19 dans le monde entier et de la crise sanitaire à laquelle font face de nombreux Etats, les compagnies aériennes membres de l’association IATA que vous représentez ont depuis plusieurs semaines annulé un certain nombre de vols.

Conformément aux dispositions du règlement (CE) nº 261/2004 et en particulier des articles 8 §1 et 7 §3, les passagers dont le vol a été annulé doivent se voir proposer le choix entre :

- Le remboursement du billet, dans un délai de sept jours, par virement bancaire électronique, par virement bancaire ou par chèque, ou, avec l'accord signé du passager, sous forme de bons de voyage et/ou d'autres services ou,

- Un réacheminement vers leur destination finale.


Les passagers de ces vols annulés ont droit dans tous les cas, quelles que soient les circonstances de l’annulation, au remboursement du prix du billet. L’émission d’un bon « vol » (EMD) ou d’un report ne peut leur être imposée.

(...) « Il convient de distinguer cette situation des circonstances dans lesquelles le transporteur annule le voyage et ne propose qu’un bon au lieu d’offrir le choix entre un remboursement et un réacheminement. Si le transporteur propose un bon, cette offre ne peut pas affecter le droit du passager d’opter plutôt pour un remboursement ».

Or nous constatons aujourd’hui que certaines compagnies aériennes membres d’IATA refusent de procéder au remboursement des billets de vols annulés et procèdent systématiquement à l’émission de bons de voyage (EMD) ou d’une proposition de report, en violation manifeste des dispositions du Règlement (CE) précité.

(...) IATA ne peut pas continuer de percevoir via le Plan de Facturation et de Règlement (BSP) le prix des billets émis sur des compagnies aériennes qui annulent les vols et en refusent ensuite le remboursement

En conséquence, nous mettons en demeure IATA de rappeler et imposer à ses Membres l’obligation au respect du Règlement (CE) n° 261/2004 d’une part, et de la résolution 824r du Manuel de l’Agent de Voyages, d’autre part ; et de procéder conformément aux dispositions de l’article 1220 du Code civil, à la suspension des paiements via le Plan de Facturation et de Règlement (BSP) et à la mise en place du paiement des seules sommes dues aux compagnies aériennes au titre :

- Des billets correspondants aux vols effectivement opérés,

- Des billets des vols annulés auprès des seules compagnies aériennes qui se sont expressément engagées à procéder aux remboursements des vols annulés dans le respect du règlement (CE) nº 261/2004 et des Résolutions IATA

(...)avec l’appui des Entreprises du Voyage, nous emploierons tous les moyens, y compris judiciaires, pour obtenir la restitution des fonds remis au nom de nos clients dont les vols ont été annulés et qui ne seront pas remboursés en application des dispositions du règlement (CE) 261/2004 et de la résolution 824r du Manuel de l’Agent de Voyages.

Nous nous réservons par ailleurs le droit d’informer nos clients affectés de leur droit d’adresser une plainte auprès de la DGAC (...),

Groupe de travail

* Groupe de travail constitué de Isabelle Rech (CWT - présidente de l’APJC), Valérie Sasset (BCD - présidente de la commission transports) , Nicolas Brumelot (MisterFly), Guillaume Teissonnière (Edreams-Odigeo) ; Jean-Pierre Mas (EdV) ainsi que Bird & Bird (avocat conseil), Valérie Boned et Guillaume Beurdeley (EdV).

Adhérez aux EDV


Lu 13588 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par BALADI le 27/03/2020 08:55
Bravo ! Enfin une bonne idée qui fera son chemin ! Beaucoup plus valable que la répétition , en beaucoup moins bien, de la démarche du président de Mr Fly.
Bravo JpM ! Il faut rendre gorge à IATA qui étouffe lentement les agences de voyages!
Basta !

2.Posté par mille sabords le 27/03/2020 09:27
c'est le moment avec l'ECTAA ( force européenne) de démonter le monopole délirant de IATA qui n'est que la volonté des compagnies aériennes sans foi ni loi alors qu'elles vont recevoir le soutien de chaque gouvernement pour survivre...Ce qui n'est pas le cas des agences de voyages.
Le moment est propice pour l EDV et les autres instance professionnelles d' attaquer la pieuvre IATA qui voit dans la situation actuelle dramatique pour chacun d'entre nous, le moyen de renforcer sa puissance internationale autonome en fragilisant davantage les agences de voyages qu'elle n'a de cesse de pressuriser.
Ne pas perdre de vue que lors des deux dernières conventions annuelles le président IATA n'a pas caché( à travers les lignes) la volonté de supprimer les intermédiaires.... agences de voyages .
Profitons du confinement pour travailler les dossiers juridiques contre IATA car c'est à mon sens vital pour la survie des agences de voyages,
IATA n'est pas invincible , un colosse a toujours à un moment ou un autre les pieds d'argile. C'est le moment d'agir car les actions de IATA actuellement ne sont pas acceptables et contraires aux décisions gouvernementales.

3.Posté par Bernard Benhamou Privileges voyages le 27/03/2020 10:39
Mes plus hautes félicitations aux équipes EDV
Avec Vous sans modération

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

































  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • GooglePlay
  • appstore
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • CampingMag
  • Partez en France
  • MontagneMaG
  • Ditex
 
Site certifié ACPM l'Alliance