TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



La case de l’Oncle Dom : distributeurs et producteurs, le mur des lamentations...

L’édito de Dominique Gobert



A croire que Jean Korcia, œil clair et malicieux, possède cet art subtil de susciter aux producteurs quelques réflexions sur leurs relations parfois délicates avec les distributeurs ! Le dernier Congrès Manor à Marrakech, par exemple, en atteste…


Rédigé par le Lundi 22 Octobre 2018

Le secteur va dans le mur selon le patron de Jet Tours, mais les TO peuvent stopper la machine, à condition de se réunir - Crédit photo : Depositphotos.com @lightsource
Le secteur va dans le mur selon le patron de Jet Tours, mais les TO peuvent stopper la machine, à condition de se réunir - Crédit photo : Depositphotos.com @lightsource
Pour une fois, je n’ai pas eu l’avantage d’assister à ce congrès, lequel, curieusement, me fait penser à celui de Rome, il y a déjà quelques années…

Encore qu’à Rome, c’était encore mon amie Madame Korcia qui s’occupait de l’hébergement, nettement mieux que la prestation de Marrakech, si j’en crois mes agents spéciaux sur place !

Mais là n’est pas la question, encore que…

Parce que, comme à Rome, et juste avant le Congrès de Selectour, objet de toutes les réflexions, les voyagistes ont remis sur le tapis l’éternelle question de ces relations distributeurs-producteurs.

Curieusement d’ailleurs, ce sont les mêmes voyagistes qui, sans cesse sur le métier, remettent leur ouvrage, avec quelques évolutions.

A Rome c’était Izaguirre et TUI qui avaient lancé le bal, cette fois, c’est Delord et Jet tours qui ont lancé l’assaut. Suivi, comme à Rome par Azouze, lequel reste finalement assez constant dans la démarche.

Mais cette fois, alors qu’à Rome l’ensemble des réseaux de distribution étaient concernés, cette fois-ci, c’est Manor qui sert d’introduction, si je puis me permettre, à la finalisation ou pas, des négociations entre les producteurs et Selectour !

Dominique Gobert - DR
Dominique Gobert - DR
Voyez, cher Jean Korcia, vous et votre réseau qui ne représentez qu’environ 15% de la distribution loisirs, vous êtes incontournables !

« Tout le secteur va droit dans le mur », telle est la diatribe entamée par le patron de Jet Tours /Thomas Cook en France, face à ces négociations qui durent et durent encore avec Selectour et dont les « résultats » devraient être annoncés lors du prochain Congrès à Dubaï en décembre prochain !

Bien évidemment, TUI s’est engouffré dans la brèche ouverte par Jet Tours, toujours suivi par Costa, lequel avait déjà « donné » lors du Congrès Manor à Rome. Il en a même rajouté une couche en expliquant que « le point de non-retour était atteint » !

Difficile, même pour un observateur averti, de juger, encore que. A force de tirer sur la ficelle, tant va à l’eau la cruche qu’elle se casse (ou quelque chose d’approchant, mais bon, on ne va pas faire dans le détail) …

Tel Salomon, j’aurais tendance à dire que Delord n’a pas tort en parlant « d’appauvrissement de la chaîne du tourisme ». En revanche, il a raison en « doutant » de ce fameux pilotage des ventes, réel certes dans un réseau intégré, tel Havas, mais parfois très aléatoire dans un réseau volontaire, tel Selectour ou un autre !

En même temps, si certains TO « industriels » ne rêvent que de distribution « directe » ou du moins, de prix « promos » non commissionnées, il faut aussi repenser le modèle. Encore que si je ne m’abuse, tout ceci soit en question depuis des années et que personne n’a jamais émis la moindre proposition… si ce n’est que « c’est trop cher ».

Quant à la désintermédiation, elle devient de plus en plus réelle, c’est vrai, mais c’est loin d’être encore une réalité claire et nette !

Réforme dites-vous ? Certes, mais elle ne peut venir que des TO, lesquels sont quand même, j’ose le dire, parfois les « otages » de cette distribution, laquelle trouve aussi grâce aux TO, les moyens de vivre « grassement », tant dans le fonctionnement de ses « têtes de réseau » que dans les « opérations marketing » pour être politiquement correct.

En même temps, tout ceci n’est-il pas un feu de paille ? Les TO hurlent (avec raison surement) au loup, mais sont-ils capables de mener une action commune ? Non !

Et combien ont proposé, afin d’accéder au « Top » du référencement, des commissions pouvant aller, si je suis bien informé, à quelque 19% ? Deux points de plus que le barème officiel…

Depuis Rome, rien n’a trop changé finalement. Et Rome, c’était quand ? 4 ans ? 5 ans ou... 753 av. J.-C. ?

Roooh !

Dominique Gobert Publié par Dominique Gobert Editorialiste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Dominique Gobert
  • picto email

Lu 1097 fois

Notez



1.Posté par mille sabords le 23/10/2018 09:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Selectour tirera ses marrons du feu encore une fois pour trois ans .... (Cela fera les bonnes affaires de L.Abitbol, le temps de faire face aux retours sur investissements exigé de ses " financiers." ..).. Peut être la dernière fois parce que d'ici décembre , les TO ne sont pas prêts à changer radicalement le modèle économique de la distribution pourtant indispensable.
Un tel chantier nécessite une organisation certaine et une participation active des TO . Quid du CETO qui n'anime aucun débat sur la question?.
Le Cercle d'Etudes des Tour-Opérateurs regroupe des professionnels volontaires qui échangent leurs idées et approfondissent des sujets de réflexion communs à leur métier...Qu'en est il de l'envolée des super commissions déraisonnables ?
Comme le décrit Delord ( je partage son analyse) « l’appauvrissement de la chaîne du tourisme » est en route , la désintermédiation qui viendra par le consommateur fera le reste.. .
A contrario l'activité Affaire semble avoir encore de belles années devant elle même si les contraintes sont nombreuses , c'est pourquoi Jean Korcia , perspicace et fin limier a lancé l'introduction du congrès Selectour ........Le malaise TO -Distribution persiste.

2.Posté par YAMS SAS le 23/10/2018 11:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut tourner sa plume 7 fois sur sa page avant de s 'autoriser d'aussi mauvais jeu de mot:
Un titre lamentable !

3.Posté par idress le 23/10/2018 12:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour

le souci n'est pas seulement le commissionnement. Le souci, c'est la relation client !!!!! je suis desolé de le dire, mais deleguer sa relation client ( par telephone le plus souvent) à des agences/reseaux que je ne nommerais pas, c'est l'assurance de la deception. Alors, en plus, il faut donner une grasse commission à ces gens........ Mais , il est normal, sain, voir meme urgent que des gros TO reprennent la main sur leurs relations clients, ce qui ne signifie pas se passer des agences.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.

TourMaG.com DMCmag.com TourMaGEVENTS.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips