TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone



Médecin régulateur dans l'assistance : les globe-totters de l'urgence



Leur mission : organiser et accompagner la prise en charge médicale ou le rapatriement sanitaire des clients de la compagnie d'assistance qui les emploie. Les médecins régulateurs sont des urgentistes d'un nouveau type. Leur terrain d'action ? Le monde entier !


Rédigé par ASSUREVER le Dimanche 27 Février 2022

Quelle est la journée type d'un médecin régulateur ?

Être directeur médical d'un groupe d'assistance c'est encadrer parfois une centaine de médecins organisant et accompagnant des rapatriements sanitaires. Le directeur médical assure l'interface entre les chargés d'assistance, la direction générale et les médecins, il se porte garant de l'éthique de son équipe et du respect des règles déontologiques, il s'implique dans les démarches commerciales auprès des plus gros clients...

Ce qui ne l'empêche pas d'enfiler sa blouse blanche et de chausser son stéthoscope pour rejoindre un groupe Samu où il peut continuer d'exercer.

La médecine d'urgence constitue le principal vivier de l'assistance. Les praticiens y ont la même culture et les mêmes techniques. Afin qu'ils restent en contact avec la réalité, les Directeurs médicaux insistent pour que les médecins régulateurs continuent d'exercer en hôpital : aux urgences, en réanimation ou au Samu. C'est le seul moyen pour eux de rester dans le coup dans un milieu qui évolue à une vitesse impressionnante.

Voilà pourquoi les médecins d'assistance ne travaillent pas à temps plein : ils cumulent leurs fonctions avec un (ou plusieurs !) temps partiel en hôpital. Ce qui ne simplifie pas la gestion des plannings ! Tout comme un service d'urgences hospitalières, une compagnie d'assistance ne connaît ni dimanche ni jour férié : au moins deux médecins régulateurs doivent être en permanence sur le pont pour examiner le cas des clients qui appellent au secours et, éventuellement, organiser leur rapatriement sanitaire.

Certaines décisions sont très difficiles à prendre. Mais ce ne sont pas forcément celles auxquelles on pense : quand un touriste a une crise d'appendicite au fin fond du désert de Gobi, son rapatriement s'impose. En revanche, en cas d'anévrisme à Tokyo ou à Bangkok, la question est plus délicate : est-il prudent d'imposer un long voyage au malade, alors que le système hospitalier local est performant ?

i[Si rapatriement il y a, vaut-il mieux réserver plusieurs places sur un avion de ligne [qui effectue une liaison directe], ou affréter un avion sanitaire, plus performant au plan médical, mais incapable de couvrir de si longues distances sans imposer plusieurs décollages et atterrissages au malade ? ]i

C'est à ces questions délicates que les médecins régulateurs doivent répondre.

Un bon médecin régulateur se juge en effet à sa capacité à prendre rapidement des décisions qui peuvent être extrêmement lourdes de conséquences. Organiser une prise en charge ou un rapatriement, c'est comme rédiger une prescription médicale. Cela engage la responsabilité du médecin.


Des hommes d'expérience triés sur le volet

On comprend mieux pourquoi les médecins régulateurs sont des hommes d'expérience, triés sur le volet : ils ont forcément plusieurs années d'expérience dans la médecine d'urgence, et ont fait la preuve de leur sang-froid et de leur sens de la décision sur le terrain, en effectuant des rapatriements sanitaires.

Le recrutement se fait essentiellement par cooptation. Les médecins régulateurs ou transporteurs signalent leurs collègues urgentistes qui leur semblent aptes à s'engager dans la voie de l'assistance médicale.

Une carrière dans l'assistance commence forcément par un passage sur le terrain, en tant que médecin transporteur : il s'agit alors d'effectuer les rapatriements sanitaires préconisés et organisés par les médecins régulateurs. Un bon transporteur doit avoir l'esprit d'initiative, pour être capable de se débrouiller dans tous les pays, dans toutes les circonstances.

Les médecins d'assistance fonctionnent en équipe : le rapatriement est l'aboutissement d'un travail commun, organisé dans les moindres détails. Le médecin transporteur ne peut se permettre de tout modifier de son propre chef, sans en référer à l'équipe de régulation.

La régulation est sans conteste l'activité reine de l'assistance : c'est une forme de consécration pour un médecin transporteur, après quelques années de bons et loyaux services dans les avions et les hôpitaux du monde entier.

Quand un médecin transporteur semble apte à devenir un bon régulateur, il est formé puis "tutorisé" pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois, afin qu'il intègre son nouveau métier. Si les médecins urgentistes se tournent vers l'assistance, c'est généralement pour découvrir une nouvelle forme de médecine et goûter à l'aventure. Mais ils finissent souvent par se lasser des longs voyages en avion, du décalage horaire, des passages trop rapides dans des pays du bout du monde. Ils apprécient alors de se voir proposer un poste de médecin régulateur.

Les qualités requises ?

1. Une expérience des urgences
La médecine d'assistance requiert les mêmes qualités et repose sur les mêmes techniques que la médecine d'urgence

2. Une bonne écoute
Un médecin régulateur n'examine jamais son patient en direct. Il doit comprendre son état à travers ses mots, ceux de l'entourage et ceux du médecin local, qui n'a pas la même culture et ne parle pas la même langue que lui

3. Le sens de la décision
Face à des événements complexes, il faut trancher rapidement et se sentir capable d'assumer

4. La maîtrise des langues étrangères
L'anglais est indispensable. Toute autre langue est la bienvenue

5. Le goût des voyages
Ces médecins doivent avoir une expérience du rapatriement sanitaire. Il leur arrive d'aller retourner sur le terrain. Ils ont rarement l'occasion de faire du tourisme, mais ils doivent être débrouillards et résistants pour se sortir de toutes les situations

Lu 2420 fois
Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 27 Mars 2022 - 21:00 Comment bien gérer ses devises à l'étranger ?




































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias