TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e

logo TourMaG  




Recrutement, zones à faibles émissions : les autocaristes attendent des réponses

La FNTV en congrès ont reçu le ministre Clément Beaune


La Fédération Nationale des Transports de Voyages (FNTV) tenait ce 16 novembre 2022 son congrès à la Maison de la Chimie. Les dossiers sont similaires à d’autres secteurs du service, leur approche est résolument pragmatique et souvent innovante.


Rédigé par le Jeudi 17 Novembre 2022

Jean-Sébastien Barrault, président FNTV, Clément Beaune, ministre des Transports, Ingrid Mareschal, déléguée générale FNTV (©BC)
Jean-Sébastien Barrault, président FNTV, Clément Beaune, ministre des Transports, Ingrid Mareschal, déléguée générale FNTV (©BC)
Jean-Sébastien Barrault, le président de la FNTV, espérait un congrès de la reprise dans des conditions meilleures que les deux années de crise qui se sont traduites par 80% de baisse d’activité.

Mais si les marchés publics – transports scolaires et réguliers – sont là, si même l’activité occasionnelle des groupes de touristes reprend de la vigueur, une nouvelle accumulation de difficultés freine la croissance du chiffre d’affaires.

Deux sujets majeurs ont longuement occupé les débats du congrès et les interventions du ministre invité : les difficultés de recrutement des chauffeurs de véhicules et la transition énergétique dans un contexte de renchérissement du carburant et de généralisation des zone à faibles émissions (ZFE).

Lire aussi : Comment générer de bonnes retombées touristiques lors des JO 2024 ?

Comme l’expliquait le vice-président de la région des Hauts-de-France en charge des mobilités, Franck Dershin, les transports régionaux sont indispensables à la qualité de vie locale et mobilise 365 millions de financements, 212 000 enfants, sur 1 200 trajets différents et 220 000 kilomètres cumulés quotidiennement par 3 200 chauffeurs. Et c’est bien là que le bât blesse.


5 000 chauffeurs ont disparu pendant la crise

Une grande table ronde sur les solutions du recrutement (©BC)
Une grande table ronde sur les solutions du recrutement (©BC)
Il manquait – au niveau national – 8 000 chauffeurs au début de l’automne pour effectuer tous les transports.

5 000 ont disparu des entreprises pendant les deux ans de crise et malgré toutes les campagnes de recrutement et de mobilisation, il en a manqué encore près d’un millier au final. Patrons, mécaniciens, employés au bureau… tous ceux qui avaient un permis ont été mis à contribution pour éviter les ruptures.

Quid de l’année prochaine ? La FNTV, ses entreprises, Pôle Emploi, les Régions autorités organisatrices des mobilités et le ministère ont lancé les initiatives dans toutes les directions.

Personne ne crie victoire encore, mais il faut reconnaître à entendre les interventions des uns et des autres que les solutions se dégagent grâce à des opérations « coup de poing » de Pôle Emploi qui a travaillé sur des fiches « profil » élaborées par le staff de la FNTV pour identifier les candidats qui pouvaient bénéficier de formation accélérée.

Un travail de fond a été lancé, en communication, en formation, en adaptation pour rattraper la pyramide des âges du secteur qui cumule 55% de chauffeurs de plus de 45 ans, qui ne seront plus là dans un peu plus de dix ans. Permis à 18 ans, réforme de CAP, Préparation Opérationnelle à l’Embauche, les dispositifs se mettent en place.

Zones à faibles émissions (ZFE) et bio-carburant devraient pouvoir faire bon ménage

Jean-Sébastien Barrault s'adresse directement au ministre des Transports (©BC)
Jean-Sébastien Barrault s'adresse directement au ministre des Transports (©BC)
Il reste le défi majeur de la décarbonation de la profession avec un objectif de 0 Émissions à l’horizon 2050. Quand 90% du parc roule encore au gasoil comment opérer une transition énergétique, sur laquelle tout le monde s’accorde, de manière harmonieuse et viable.

En multipliant les Zones à Faibles Émissions (ZFE), les métropoles semblent vouloir faire la chasse systématique aux autocars de tourisme et autobus en général. 11 ZFE sont déjà en vigueur et 40 supplémentaires sont en préparation. Le petit cheval est déjà mort, les entreprises autocaristes auront du mal à lui survivre dans ces conditions.

Encore une fois, avec l’attention manifeste du ministre Clément Beaune, le président Jean-Sébastien Barrault a égrené les propositions : accepter les bio-carburants comme une alternative à la propulsion au gaz liquéfié, à l’électricité en attendant les solutions à l’hydrogène ; et surtout il a plaidé pour un changement de vision de certaines municipalités pour qu’elle considère bien l’autocar comme un outil de la mobilité collective douce au même titre que le train ou le tramway.

"Une fédération professionnelle exemplaire, toujours au rendez-vous des crises"

"Une fédération professionnelle exemplaire", selon Clément Beaune (©BC)
"Une fédération professionnelle exemplaire", selon Clément Beaune (©BC)
Dans son intervention, Clément Beaune a salué avec insistance l’exemplarité de la FNTV « toujours au rendez-vous des crises avec des solutions pratiques ». Il s’est présenté comme un ardent défenseur de tous les modes de transports collectifs, dont l’autocar, pour gagner les arbitrages qui sont encore possibles, notamment pour l’accès à un carburant moins cher et des aides aux nouvelles motorisations.

Il compte bien faire passer une forme d’harmonisation des conditions d’accès aux ZFE pour les véhicules collectifs même si – de par la loi – les municipalités ont une forte autorité règlementaire sur ce qui s’y passe.

Les grands événements de 2023 (Rugby) et 2024 (Jeux Olympiques) seront révélateurs d’un changement d’esprit alliant le pragmatisme à l’ambition écologique.

Lire aussi : Pénurie de carburant : quelles conséquences sur le voyage ?


Bruno Courtin Publié par Bruno Courtin Responsable rubrique Partez en France - TourMaG.com
Voir tous les articles de Bruno Courtin
  • picto Facebook
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 2359 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par Mika le 07/11/2023 16:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

La complexification des itinéraires à cause des ZFE obligent à considérer les vignettes Critair de chaque véhicule handicapent fortement les préparations d’itinéraires. Ils impactent souvent le prix du devis à la hausse pour nos clients. Elles ne permettent pas une vision claire pour le renouvellement de la flotte. Ce n’est ici que quelques points.

Bref, si l’on ajoute à cela l’augmentation progressive de la TVA de 5,5 % à 7 % puis de 7 % à 10 % pour nos autocaristes, on comprend facilement que toutes ces augmentations sont supportés soit par le client final, ce qui ne favorise pas le secteur du tourisme de groupe ou bien par l’autocariste lui-même qui n’a plus forcément de marge de manœuvre actuellement.

Parfois on se demande si tout cela n’est pas orchestré.

Cordialement. Mika d’ADF.

Nouveau commentaire :

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Juillet 2024 - 15:34 Renfe a transporté 620 000 passagers en France




































TourMaG.com
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Bing Actus
  • Actus sur WhatsApp
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias