TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Soliderrance : quand la permaculture régénère le tourisme

Interview d’Adrien Ruffino, gérant fondateur



Petite nouvelle sur le marché, l’agence Soliderrance se lance dans l’aventure du tourisme durable ! Entre rencontres, éthique et permaculture, Soliderrance est un nouvel acteur sur lequel il va falloir compter.


Rédigé par le Mercredi 21 Septembre 2022

Les lieux que Soliderrance propose de visiter sont ancrés dans le territoire et le patrimoine local - crédit : Soliderrance
Les lieux que Soliderrance propose de visiter sont ancrés dans le territoire et le patrimoine local - crédit : Soliderrance
Soliderrance est une agence pas comme les autres. Entre culture et permaculture, elle promeut « des voyages solidaires et régénératifs ». En cherchant à rapprocher les voyageurs des populations locales - en l’occurrence, Colombiennes - l’agence souhaite valoriser le lien entre la terre et le vivant et donner du sens au tourisme.

C’est en tout cas ce que nous explique avec passion et enthousiasme Adrien Ruffino, son gérant et fondateur.

TourMaG.com - Pourriez-vous nous expliquer en deux mots ce qu’est Soliderrance ?

Adrien Ruffino :
Soliderrance c’est une agence qui propose de faire découvrir un pays à travers la permaculture.

On parle de voyages solidaires et régénératifs : régénérer, ça veut dire « ramener à un état antérieur jugé supérieur ». C’est ce dont la planète a besoin et c’est ce qui fait sens. On s’arrête, et on va à la rencontre de ceux qui s’intéressent à la terre et aux gens.

Ce sont des lieux spécifiques où le voyageur, s’il est curieux, peut apprendre et participer aux activités de celui qui le reçoit. Il y a des activités plus conventionnelles bien sûr, mais ce qu’on veut, c'est le laisser prendre le temps de la rencontre.

« La permaculture c’est un concept hollistique, ça n’est pas simplement planter des tomates à côté du basilic »

TourMaG.com - A la base, c’était un projet familial ?

Adrien Ruffino :
Mon père a créé l’association Soliderrance. C’est un grand voyageur, amoureux de l’Afrique qui a voulu partager sa passion en créant des voyages solidaires dans un village reculé au Sénégal, mais après un voyage il n’a pas pu renouveler l’expérience.

En 2019, un besoin de cohérence m’a fait quitter mon travail de responsable dans le management commercial. J’ai descendu la Cordillière des Andes pour apprendre la permaculture au fin fond de la Patagonie.

J’ai repris Soliderrance en 2021, je l’ai transformée en société, parce que je la voulais à la fois solidaire et commerciale. J’ai repris mes réflexes professionnels et j’ai imaginé des critères de sélection, rencontré des gens qui font du bien dans des lieux magiques, avec des chemins de vie incroyables et qui font sens.

J’ai choisi 9 lieux dans des zones touristiques mais reculées, à la rencontre d’indigènes dans le respect de leur culture, et avec pour dénominateur commun de prendre soin de la terre et des gens.

Adrien Ruffino
Adrien Ruffino
TourMaG.com - D’où le lien avec la permaculture ?

Adrien Ruffino :
La permaculture c’est un centre d’intérêt très fort. J’ai voulu aller loin, j’ai fait une formation certifiée. La permaculture c’est un concept hollistique, ça n’est pas simplement planter des tomates à côté du basilic c’est bien plus que ça.

Mais le terme « permaculture » est pas mal récupéré aujourd’hui et je ne voulais pas rentrer dans cette catégorie de gens qui l’utilise parce que c’est à la mode. Le mot permaculture n’apparaît pas, je parle de «faire découvrir le monde par l’intermédiaire de ceux qui prennent soin de la Terre et des gens pour une vie durable et en paix avec l’ensemble des êtres vivants qui les entourent.» Mais en réalité, ça correspond exactement au mode de vie permacole qu’on retrouve dans les lieux référencés par Soliderrance.

Nous sommes alignés sur les mêmes valeurs et dans une même démarche.

Des voyages solidaire et régénératif

TourMaG.com - Comment choisissez-vous les lieux que vous proposez ?

Adrien Ruffino :
J’ai établi 4 critères pour m’assurer que le voyage répondrait à sa promesse d’être « solidaire et régénératif ».

Premier critère : le tourisme ne doit pas être l’activité principale. Les personnes ont une activité qui tend à prendre soin de la terre et des gens, à régénérer le territoire et le revenu supplémentaire issu du tourisme va aider à faire vivre l’activité principale. Par exemple, une fondation en agroécologie, une réserve naturelle de 4 hectares, des gens qui travaillent dans la conservation de forêts, un collectif installé le long d’une rivière, une activité dans le social comme l’accompagnement d’enfant, etc.

Le deuxième critère : je m’assure que l’expérience est complète en prenant en compte les infrastructures : le logement doit être écoconstruit, avec un respect du cycle de l’eau, il doit utiliser des énergies renouvelables autant que possible et tendre vers la souveraineté alimentaire. Il faut que le voyageur se dise « whouahou, ils vont au bout de la démarche ».

Mon troisième critère, c’est l’intention et la capacité à transmettre. L’endroit compte, mais le principal, c'est de partager son choix de vie. D’être en capacité de proposer des ateliers, une introduction à la permaculture, des cours de danse ou autre, bref, du contenu à apporter au voyageur. Et la possibilité de communiquer avec eux.

Enfin, le dernier critère, c’est de pouvoir répondre aux règles sanitaires et de bien-être. Le voyageur doit évoluer dans un environnement naturel certes, mais je ne veux pas l’empoisonner, il doit aussi bien manger et bien dormir.

Des voyageurs conscients, raisonnables, curieux et tournés vers le partage

TourMaG.com - Il y a aussi des critères plus administratifs ? Vous proposez des séjours chez des familles, dans des associations ou des fondations… Il y a une règle ?

Adrien Ruffino :
La personne doit simplement être en mesure de m’envoyer une facture. La structure administrative importe peu, mais je suis vigilant là-dessus il faut faire les choses dans les règles.

Même chose en France d’ailleurs, j’ai bien potassé les lois, je ne voulais pas être un tour opérateur en autoentreprise, j’ai fait les choses dans les règles : immatriculation en mai 2021, garantie financière et assurance RCP… J’ai beaucoup appris.

Et j’ai aussi défini des critères pour les clients.

TourMaG.com - Il y a aussi des critères pour les voyageurs ?

Adrien Ruffino :
Oui, parce qu’on parle d’échange et de partage, ça va dans les deux sens !

Les voyageurs doivent être conscients de leur impact ; raisonnables dans leurs attentes, leurs envies et leurs modes de consommation ; curieux de découvrir, d’apprendre et de partager ; et tourné vers le participatif, aller voir ce que fait l’autre, essayer de participer et de comprendre.

« Soliderrance c’est du voyage de niche, très loin du voyage conventionnel  »

TourMaG.com - Concrètement, quels types de voyages propose Soliderrance ?

Adrien Ruffino :
Soliderrance propose des packages ou du sur-mesure, pour des groupes de maximum 8, voire 10 personnes. Mais ça peut aussi être une personne seule.

Les gens restent en moyenne 3 ou 4 jours sur le même lieu, ce qui donne le temps de connaître ceux qui les reçoivent et de faire des activités ou de les suivre dans leurs activités professionnelles.

On ne compte pas le transport, mais on prend les clients en charge à Bogotá. Ils peuvent être en séjour accompagné, avec un guide et des coûts partagés, ou bien en autonomie, en quel cas tout est booké par Soliderrance, je livre les informations et laisse les clients faire leur tour en mode back packing.

C’est d’ailleurs ce qui correspond le plus à ma clientèle. Soliderrance c’est du voyage de niche, très loin du voyage conventionnel, les personnes dont la sensibilité va vers ce type de voyage sont très indépendantes.

C’est aussi pour ça que l’accompagnement est très libre aussi, ce sont des suggestions, des intentions, des envies qu’ont ou n’ont pas les clients.

Dans un Club Med 5 étoiles, tout en donnant du sens au voyage

TourMaG.com - Vous-même, vous êtes accompagnant ?

Adrien Ruffino :
Je l’ai fait oui, pour une cliente et son fils au printemps ! J’essaie de faire en sorte que le client expérimente une autre vie, un autre chemin, que ça l’impacte réellement, mais en même temps ça n’est pas du volontariat, je veux que les personnes partent en vacances. Les accompagner, c’était l’occasion de tester.

On était dans les caraïbes, c’est l’un des endroits les plus attractifs. La cliente m’a dit qu’elle avait l’impression d’être dans un Club Med 5 étoiles parce qu’elle mangeait du poisson frais dans un environnement magnifique, mais en donnant du sens à son voyage.

TourMaG.com - Est-ce que la vente se fait en direct ?

Adrien Ruffino :
La cliente en question venait de la vente en direct, mais je suis un autodidacte, je démarre de zéro et j’ai besoin d’alliés. J’ai enfilé ma casquette de tour opérateur et je suis allée voir des agences locales, indépendantes qui partagent mes valeurs.

Je suis en train de préparer 3 programmes sur 12, 15 ou 21 jours pour une agence à La Rochelle.

Je travaille aussi avec Oasis Voyages pour qui je monte un voyage exclusif autour de la spiritualité, en Amazonie, autour de l’éveil en conscience à la faune et à la flore pendant 10 jours. Il y aura des cercles de parole, des rencontres, un côté spirituel dans le respect total des indigènes.

L’autre axe, c’est la vente aux comités d’entreprises. Je participe à deux salons à la rentrée, à Lyon et à Montpellier.

« bouleverser le monde du tourisme et faire entendre une autre voix »



TourMaG.com - Parlons empreinte carbone : la Colombie ça n’est pas à côté, avez-vous une action pour réduire l’impact ?

Adrien Ruffino :
Un voyage en Colombie depuis la France c’est en gros 3,2 T de CO2. Je ne vends pas le trajet en avion, mais la compensation, elle, est comprise dans le prix. Elle est de 60 €, que je reverse intégralement à Natura-Lien, une association qui développe un projet de forêt comestible en permaculture, « L'oasis de Bézier ».

TourMaG.com - Vous travaillez uniquement avec la Colombie, c’est un choix ?

Adrien Ruffino :
Je suis convaincu que l’humanité aurait à gagner si les différents peuples se connaissaient mieux et partageaient plus. Aller loin, ça a aussi du sens : ça permet d’apprendre et de s’enrichir des autres.

Mais dans l’idéal, pas tout de suite bien sûr mais plus tard, j’aimerais retourner vers l’Afrique puisque c’est le berceau de Soliderrance, et pourquoi pas autour du bassin méditerranéen ?

TourMaG.com - Quelles sont les prochaines étapes ?

Adrien Ruffino :
Je viens d’être accepté comme membre associé au réseau de l’ATES. L’idée est d’être accompagné pour avoir la labellisation d'ici à deux ans. C’est un réseau très exigeant donc c’est très intéressant pour moi. On démarre l’accompagnement là, en septembre 2022.

Je pense qu’on va travailler sur la réorientation vers une entreprise de l’économie sociale et solidaire, on va aussi challenger mes critères de tourisme équitable et solidaire, et puis je vais participer à la vie de l’association.

Parce que c’est le but, finalement : qu’on soit nombreux à bouleverser le monde du tourisme et faire entendre une autre voix.

Les Césars du Voyage Responsable

Rappelons que TourMaG et le Petit Futé organisent "Les Césars du Voyage Responsable".

Forts d’une audience mensuelle de plusieurs millions d’internautes, les deux titres assureront la promotion BtoBtoC des projets candidats.

Cet événement débutera en septembre 2022 avec la phase des votes qui durera jusqu'en février 2023.

La cérémonie des Césars du Voyage Responsable, quant à elle, aura lieu en mars 2023.

Si vous souhaitez candidater, prenez rendez-vous ci-dessous avec Fabien da Luz, DG associé de TourMaG.com.

A lire aussi : Césars du Voyage Responsable : “Il y a une urgence à agir dans notre métier…”



Lu 1412 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus








QUARTIER LIBRE
vous offre






























TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias