TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Susan Soba (IRT) : La Réunion met le cap sur la reprise ! (Vidéo)

L'interview vidéo de Susan Soba, directrice générale de l'IRT



Présente en force sur l'IFTM Top Resa, la Réunion a les yeux tournés vers la reprise. Après une période de confinement entre le 31 juillet et le 18 septembre 2021, l'étau se desserre sur l'Ile Intense. Susan Soba, Directrice générale de l'Ile de la Réunion Tourisme souhaite désormais mettre le cap vers la fin d'année et espère que le rebond sera, cette fois, définitif ! Interview.


Rédigé par le Mercredi 6 Octobre 2021

La situation sanitaire s'améliore à la Réunion et l'étau se desserre.

Après avoir supprimé les restrictions de déplacement à plus de 10 km du domicile mi-septembre, le couvre-feu a été levé le 4 octobre dernier.

"Désormais nous pouvons profiter de notre île. La situation sanitaire s'améliore et nous sommes très dynamiques auprès de nos partenaires pour les inciter à choisir la Réunion pour cette fin d'année" explique Susan Soba, Directrice générale de l'Ile de la Réunion Tourisme (IRT) présente sur l'IFTM Top Resa.

La destination met donc le cap sur la fin 2021 : "Nous allons déployer un grand plan média pour soutenir cette reprise.

Nous espérons que ce sera une fin d'année qui marquera un rebond définitif sur 2022. Nous espérons également que c'est la fin d'un stop and go permanent et que nous pourrons parler de relance"
ajoute la directrice de l'IRT.

La délégation réunionnaise, venue en force sur le salon de l'IFTM Top Resa compte évidemment sur les agences de voyages pour envoyer leur client visiter l'Ile Intense.

"Nous souhaitons également continuer à nouer des liens avec les distributeurs, nous avons signé de gros partenariats. Nous sommes à leur disposition. Nous sommes une destination rassurante nous avons des repères sanitaires. La Réunion les attend !" lance Susan Soba.

Pour rappel, depuis le 4 octobre les modalités de déplacements aériens ont évolué. Les voyageurs de plus de 12 ans en provenance ou à destination de La Réunion doivent justifier d’un schéma vaccinal complet pour se déplacer. Le test RT-PCR n’est plus obligatoire dans les deux sens de voyage.

Seules les personnes non-vaccinées devront justifier du résultat d’un test RT-PCR négatif de moins de 72h ou du résultat d’un test antigénique de moins de 48h pour voyager. Ils devront également justifier d’un motif impérieux.

Céline Eymery Publié par Céline Eymery Rédactrice en Chef - TourMaG.com
Voir tous les articles de Céline Eymery
  • picto Facebook
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 1794 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par ACSP-REUNION le 07/10/2021 19:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Où est la dimension écologique ???
La Réunion réelle n'est pas celle vantée dans tous les médias, loin s’en faut ... Si vous y venez, MERCI de RESPECTER sa population, sa faune sensible et ses paysages.

La responsabilité en séjour touristique (puisque l’avion est le seul moyen d’entrer et de sortir de la Réunion) est de minimiser localement votre impact écologique, BOYCOTTEZ systématiquement les survols touristiques aériens qui sont devenus un fléau par leur pollution sonore et chimique !

C’est un scandale contre lequel depuis quelques années plusieurs associations et collectifs se battent. Vous le constaterez par vous-mêmes, les lagons de l’ouest, du sud (Saint-Pierre), sont survolés sans vergogne, les sites de montagnes, pareil, La Réunion est une île dénaturée !!!
Par beau temps, pas de rando sans le bruit abrutissant des hélicos et autre engins aériens motorisés !

A la différence d’autres régions du monde qui ont su évoluer, les dirigeants de cette île n’ont toujours pas compris que notre issue est un modèle de tourisme vert et éco-responsable ! Et que le modèle polluant à tous niveaux est à changer.
A nous toutes et tous de se comporter en responsabilité.

De plus, PAS BESOIN de survol aérien coûteux et anti-écologique pour voir d’en haut des zones de La Réunion. Il y a des points de vue facilement accessibles, même aux handicapés. Maïdo pour observer le cirque de Mafate, Bélouve pour le cirque de Salazie, La Fenêtre pour le cirque de Cilaos, la Pas de Bellecombe-Jacob pour le Piton de la Fournaise ….
BOYCOTTER les survols touristiques aériens est un acte civique qui démontrera votre respect de La Réunion.
Utiliser votre argent dans des structures locales respectueuses de l’Environnement sera bien plus gratifiant dans votre séjour que de contribuer à toujours plus de profit par exemple des sociétés d’hélicos polluantes.

Vous voulez en savoir plus, connaître une réalité quotidienne qui avait atteint son paroxysme en 2019 avant covid, réalité soigneusement occultée par tous les médias locaux …. et nous ne laisserons pas ce modèle touristique nocif reprendre !

2.Posté par Reunion-Tourisme.com le 09/10/2021 09:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tous les voyants sont au vert pour partir en voyage à destination de l'île de La Réunion. Il est temps de préparer son séjour sur le site web https://www.reunion-tourisme.com
Un tourisme vert et des activités intenses seront la feuille de route de vos prochaines vacances pour découvrir cette magnifique île de l'Océan Indien.

3.Posté par Jean Thevenet le 10/10/2021 07:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LE TOURISME À LA RÉUNION EST UN DRAME ÉCOLOGIQUE ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL.

Le niveau de nuisance 2019 a été un summum avec le survol de 60 à 100 hélicos jour sur jour + les ULM dans les cirques, les lagons et le volcan: Entre 20 et 100 survols par jour, 300 jours par an!
Plus de 1000 heures de nuisances sonore cumulées par an durant des décennies ont pollués en ces lieux les souvenirs et laissé un traumatisme durable se manifestant par une surdité de la population.

156 milliards d'euros par an en France est le coût social du bruit (vérifiez: faites google search "coût social du bruit").
Dans ce contexte on nous impose le vacarme des baptêmes de l'air jusque dans le Parc National ALORS QUE CE N'EST PAS UNE NÉCESSITÉ (on accède très facilement à la vue de quasiment tous ces lieux par la route, avec une paire de jumelles).
Cette ambiance sonore incite à un incivisme ambiant généralisé, du bruit par dessus le bruit, des touristes hurleurs dans la nature. Les temples naturels, les zones de recueillement, les villages qui aspirent au calme et à l’apaisement sont justes des foires où les gens se défoulent et saccagent la nature sans même sans rendre compte.
Même là où ça "ne gêne personne", les ultimes refuges de la faune et flore, le bruit aérien n'est pas sans conséquence sur les oiseaux, toutes les études dans le monde l'ont démontré, ainsi que les batraciens, les insectes, et la flore elle même qui en dépend. Les forêts de la Réunion sont en train de mourir et l'urbanisation acoustique accélère leur perte.

- L'ÎLE INTENSE" est devenue l'île du BRUIT INTENSE, ce slogan a induit un comportement touristique agressif dont on devait sortir pour préserver les lieux.
"La Réunion l'île d'émotion" était le slogan qui devait remplacer "l'Île Intense" pour en sortir mais le vacarme généralisé empêche de s'émouvoir et contempler dans la nature: une clientèle apaisée ne pouvait pas être intéressée par l'ÎLE DU BRUIT ou en réalité on peut juste s'en mettre "plein la vue" mais en se bouchant les oreilles on en s'accompagnant de musique forte: alors on a repris "l'Île intense" qui connaît le succès.
Quoi de mal à ça? On a fait de la Réunion "un parc de loisirs, grandeur nature" que l'on visite en hurlant et en pétaradant, ce mode de visite incompatible avec la conservation de la nature partie de l'identité réunionnaise, et à l'opposé des chartes du Parc National et de l'UNESCO.

Le tourisme aérien est le plus gros pollueur dans tous les grands espaces naturels: tous les lieux épargnés par l'urbanisation de l'île sont devenus une déchetterie acoustique, sans parler plus de la consommation effarante des aéronefs et de la pollution chimique quand un hélicoptère lâche autant de particules fines en une heure qu'une voiture utilisée pendant un an, pollution dispensée au dessus des espaces les plus vulnérables de la Réunion, les forêts primaires, les mousses, les zone de récolte de l'eau de pluie en amont.

Le "SENTIER FAH-ÂME" est une opération marketing touristique dangereuse pour la Faham, une orchidée déjà en voie de disparition pillée en forêt pour servir en tisanes dans les gîtes et vendre au marché. On ne voit plus de buissons de faham depuis les sentiers, seulement des reliques avec quelques pousses rescapées!
Toute nature qui était intacte, belle et sentait bon a été massacrée, les plantes "intéressantes" sont arrachées par des braconniers qui surfent sur la nouvelle mode "renouer avec la nature et les traditions" et vendent "la culture locale". Avec la mode du retour aux tradition et naturelle, ces ventes et le pillage ont augmenté.
Problème de communication, de sensibilisation qui met la nature en danger, mais puisque ça se vend. En vérité, on brade l'île au plus vite, tout simplement, sans voir plus loin que la saison en cours.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >












































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias