TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Tests PCR : l’ARS Île-de-France met les voyageurs à l’amende...

L'Editorial de Jean da Luz



Selon nos informations, une note interne de l’Agence régionale de santé d’Ile de France, aurait donné consigne aux laboratoires de sa circonscription de ne plus faire passer les voyageurs comme des clients prioritaires pour les tests PCR. Voilà qui pourrait tirer un trait définitif sur une industrie du tourisme française déjà exsangue…


Rédigé par le Mardi 22 Septembre 2020

Décidément, le sort s’acharne sur les professionnels du tourisme.

Après le Covid-19 qui a mis l’industrie à l’arrêt, ce sont les effets collatéraux de l’épidémie qui pourraient achever les voyagistes.

En effet, l’envie de performance du Gouvernement à tester, l’a conduit à imposer des cadences infernales.

Désormais ce sont près 1,5 million de personnes qui sont dépistées chaque semaine, grâce aux tests PCR.

Pour aller encore plus vite, d’autres catégories de test (salivaires, etc) vont être mises en place.

D’autres professions de santé ou non (Kinésithérapeutes, pompiers) viennent à la rescousse et pourraient bientôt pratiquer aussi des tests identiques.

Tout cela serait fort bien, si cette politique du “chiffre” n’avait ses limites... Tester c’est bien, connaître le résultat rapidement c’est mieux… Cela permet notamment d’éviter que les cas positifs ne continuent de contaminer les autres ?

Surtout que beaucoup d'entre eux passent à travers les mailles du filet et ne sont pas systématiquement contactées par les autorités médicales afin de s’auto-confiner…

Dans ces conditions, le remède est pire que le mal. Car les délais des laboratoires pour rendre les résultats, faute d'approvisionnement en réactif (sorte de révélateur de la Covid-19), dépassent en moyenne les 5 jours. Certains vont maintenant jusqu’à... 9 jours !

Des échéances qui s’allongent comme un jour sans pain, et qui sont aussi un piège mortel pour l’industrie du tourisme.

Déjà à la peine avec les restrictions des voyages en Europe et des continents (Asie, Amériques) quasiment inaccessibles, la tâche devient insurmontable pour les candidats au voyage.

Qui va prendre le risque de partir en réglant un billet d’avion sans savoir s’il sera en mesure d’embarquer parce que son PCR ne rentre pas dans dans les délais impartis ?

Qui va prendre le risque de payer un forfait dont il n’est pas sûr de pouvoir profiter si ses résultats s’avèrent positifs ?

Qui va prendre le risque après tout cela de se retrouver en “quarantaine” à l’étranger, parfois à ses frais dans un endroit qu’il n’a pas toujours choisi ?

Et comme tout cela ne suffisait pas, on apprend que l’Agence régionale de santé d’Ile de France s’est fendue d’une note aux laboratoires pour leur demander de donner la priorité à d’autres publics que ceux des voyageurs, désormais persona non grata.

Certes, Aurélien Rousseau, le directeur général de l'agence régionale de santé (ARS) de la région Île-de-France, avait déjà annoncé la couleur dans Le Journal du dimanche du 19 septembre dernier qui titrait : "Il faut assumer de donner la priorité aux prioritaires".

Ceci en oubliant un peu vite que tous les voyageurs ne partent pas forcément pour faire du tourisme et qu'ils ont aussi leurs priorités...

Mais si l'info est confirmée officiellement, alors il faut l'assumer et le dire haut et fort. Ceci pour deux raisons :

1) éviter aux voyageurs de s'escrimer à passer des tests dont il n'auront jamais les résultats dans les temps
2) dire clairement aux professionnels qu'ils peuvent tirer le rideau et aller à la pêche

Cela va sans dire mais ça va mieux en le disant...

La réponse de l'ARS d'Ile-de-France

Bonjour,

En réponse à votre demande, le protocole de priorisation n’a jamais mentionné les voyageurs comme « clients prioritaires ». Seuls les voyageurs en provenance de pays de la liste « très rouge » doivent avoir un résultat de test PCR négatif de moins de 72h pour entrer sur le territoire français. Des dispositifs de tests sont prévus aux aéroports de Roissy et Orly pour cela.

Voici la nouvelle doctrine :
- Priorité 1 : examens à visée diagnostique - Ces personnes doivent disposer d’un examen dans les 24h et obtenir les résultats dans les 24h suivantes.
o Personnes disposant d’une prescription médicale, personnes ayant des symptômes compatibles avec la COVID-19 ou encore sujets « contact », notamment ceux ayant été contacté par la CNAM ou les ARS dans le cadre des démarches de contact-tracing.
o Professionnels de santé et assimilés intervenant au domicile. Pour rappel, les professionnels de santé exerçant en établissement de santé ou en établissement médico-social doivent avoir accès un test au sein de leur structure de rattachement.
- Priorité 2 : examens à visée de dépistage - Ces personnes peuvent se faire dépister mais ne sont pas prioritaires. Le rendu des résultats est fonction de la capacité du laboratoire à traiter dans les délais impartis les indications prioritaires

Tout autre situation non citée précédemment, notamment les personnes souhaitant disposer d’un test dans le cadre d’un voyage, ou des dépistages préventifs organisés dans des établissements scolaires, des services publics ou des entreprises, sans lien avec un risque précisément identifié.

Bien cordialement,

Jean Da Luz Publié par Jean Da Luz Directeur de la rédaction - TourMaG.com
Voir tous les articles de Jean Da Luz
  • picto Facebook
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 13835 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par Cri le 23/09/2020 04:58
Avec ça si ce n’est pas inciter les gens à frauder, je ne sais pas ce que c’est!!!! Moi perso c ce que je ferai

2.Posté par JEANINE GUILLAUME le 23/09/2020 16:23
Et ceux qui attendent en France leur rapatriement avec test obligatoire au départ 48 ou 72 h comment font-ils ?

3.Posté par Magisson le 28/09/2020 07:05
C'est du grand n'importe quoi !!!!

4.Posté par Pierre le 28/09/2020 12:19
Honnêtement, l'ARS n'a pas les compétences pour se rendre compte de la situation ubuesque dans laquelle les pro du tourisme se trouvent. Tous les pays du monde vont demander (ça va être la norme) un test PCR de -72h... et en France, on fait rien pour dissocier les 2 priorités ! On a pas conscience que l'accès aux tests en temps et en heure pour les voyageurs est essentiel pour sauver un secteur d'activité ENTIER (et qui ne peut RIEN faire sans), est tout aussi important pour les personnes symptomatiques, essentiel pour sauver des vies.
HELP !!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.






QUARTIER LIBRE
vous offre

























  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • GooglePlay
  • appstore
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • CampingMag
  • Partez en France
  • Partez en France
  • Ditex