TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Chemise déchirée : Air France, interdite de licenciement ?

elle lance un recours auprès du ministère du travail



L'inspection du travail a refusé le licenciement d'un délégué du personnel accusé de violences pendant l’épisode de la chemise déchirée le 5 octobre 2015. La compagnie refuse cette décision et lance un recours auprès du ministère du travail.


le Vendredi 22 Janvier 2016

Les salariés d'Air France venus manifester leur soutien aux 5 employés convoqués devant le tribunal pour violence. DR-LAC
Les salariés d'Air France venus manifester leur soutien aux 5 employés convoqués devant le tribunal pour violence. DR-LAC
Nouvel épisode dans l’affaire de la chemise déchirée.

Jeudi 21 janvier, l’inspection du travail a refusé d’autoriser le licenciement du délégué du personnel CGT pour faute lourde, suite à des faits d’agression physique lors de la manifestation du 5 octobre 2015.

L’autorité administrative a estimé qu’il n’y avait aucun élément probant de violence intentionnelle dans l’attitude du salarié.

La compagnie a immédiatement réagi et a décidé de former sans délai un recours hiérarchique auprès du Ministère du Travail.

"Air France rappelle son attachement inconditionnel à ses valeurs fondamentales, parmi lesquelles le refus de la violence", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Pour rappel, cinq salariés sont poursuivis devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour violences après la manifestation du 5 octobre dernier au cours de laquelle le DRH avait perdu sa chemise.

Leur procès a été renvoyé au 27 mai 2016, la juge préférant prendre son temps face à la complexité de l'affaire.

Malgré cette affaire, le dialogue social se poursuit.

Depuis, quatre employés ont été licenciés. Leurs salaires sont assurés par deux cagnottes alimentées par leurs collègues à hauteur de 40 353 euros et 12 255 euros.

Le cinquième accusé, délégué du personnel était protégé par son statut. La direction avait donc besoin de l'aval de l'inspection du travail avant de pouvoir le licencier. Ce qui lui a été refusé.

Pour Miguel Fortea, le secrétaire général CGT Air France, cette décision prouve que la compagnie veut museler toute opposition sociale en inculpant injustement des employés.

"Manuel Valls a encouragé la direction à prendre des sanctions exemplaires en nous qualifiant de voyous. Mais en réalité, la direction n’a pas été en mesure de trouver les vrais responsables de l’arrachage de chemise".

Il se veut cependant rassurant et espère que ce nouvel épisode ne viendra pas ternir le dialogue social tout juste naissant avec le nouveau DRH, Gilles Gateau. "Il incarne le renouveau, nous voulons lui laisser le temps de s'adapter et lui donner une chance".

Lu 1417 fois

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >



Dernière heure














TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
CruiseMaG
CampingMaG
La Travel Tech
Partez en France
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

AirMaG Brochures en ligne CampingMaG CruiseMaG DMCmag
La Travel Tech Partez en France TourMaG Voyages Responsables Welcome to the travel