TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Commerciaux, forfaitistes
 les groupistes recrutent ! 🔑

Objectif : accompagner la reprise du voyage de groupes



Alors que l'activitĂ© reprend chez les groupistes, les difficultĂ©s Ă  recruter sont de plus en plus palpables. Le vivier s’est rarĂ©fiĂ© et les candidats sont devenus plus exigeants.


Rédigé par le Lundi 9 Mai 2022

Pour accompagner la reprise, les acteurs du tourisme de groupes recrutent - DR
Pour accompagner la reprise, les acteurs du tourisme de groupes recrutent - DR
Le voyage de groupes a retrouvé des couleurs ! « Les gens souhaitent repartir. Les CE se projettent sur 2022 et 2023 et les salariés adhÚrent à leurs propositions. Les voyages se remplissent trÚs bien », affirme Tanguy de la Porte du Theil, président du groupiste Le monde en direct.

« Nous notons une vraie volonté et envie des clients et responsables de groupes de voyager », confirme Laura Rolland, de Sabardu Tourisme. Mais, le marché à évolué depuis la crise.

« Leurs habitudes ont changé, il y a pas mal d'inscriptions de derniÚre minute, ce qui est difficilement gérable dans notre activité.

Avec les engagements auprÚs des différents prestataires nous avons des délais de rétrocession à respecter et le « last minute » est en ce sens, compliqué à anticiper »,
poursuit Laura Rolland, qui estime que la reprise de l’activitĂ© s’élĂšve Ă  hauteur de 60% des volumes de 2019, avec une majoritĂ© de voyages en autocar.

Pour JosĂ© Lopez et JĂ©rĂŽme de Valkenaere, les dirigeants de Voyages Plus, la reprise est lancĂ©e depuis le dĂ©but de l’annĂ©e et l’optimisme de mise : « Il y a encore quelques freins dus au Covid, mais une vraie envie de partir. »

Reste qu'en 2022, « l’activitĂ© devrait ĂȘtre en baisse de 30% par rapport Ă  2019 », selon Sylvain Lament, prĂ©sident du Cercle Ă©conomique des agences groupistes (CEAG).


Des recrutements en cours

Pour accompagner cette reprise, les acteurs du tourisme de groupes recrutent depuis plusieurs semaines.

A l’image de Syltours, qui recherche encore deux commerciaux. « Il a fallu restaffer les Ă©quipes aprĂšs la crise sanitaire », justifie Sylvain Lament, son PDG.

De son cÎté, Sabardu Tourisme, implanté dans la région PACA recherche activement pour un poste de commercial et un poste de forfaitiste et/ou conseiller voyage.

Chez Voyages Plus, deux postes de commerciaux sont Ă  pourvoir en Île-de-France et en rĂ©gion. « Des profils avec une expĂ©rience dans le tourisme, ce serait l’idĂ©al. Mais nous sommes ouverts Ă  des candidats simplement motivĂ©s, car les difficultĂ©s se sont accrues », prĂ©cisent ses dirigeants.

Les candidats en position de force

En effet, les difficultĂ©s de recrutement perdurent. « Il y a une tension par rapport Ă  l’avant covid-19. Certains salariĂ©s ont quittĂ© le secteur, ceux restĂ©s en poste travaillent au redĂ©marrage et n’ont pas l’intention de bouger.

La crise a mis fin au turn over. Le vivier a considérablement diminué »,
selon Tanguy de la Porte du Theil, dont la société Le monde en direct recrute un technicien back-office.

Autre constat : la reprise du marché de l'emploi doit conjuguer avec des candidats plus exigeants.

« Ils sont en position de force. Horaires, salaires, vacances
 ils s’attardent sur tous les dĂ©tails. Auparavant, nous avions un Ă©change, chacun, candidat et recruteur, essayant de se vendre.

Maintenant nous cherchons Ă  leur montrer tous les avantages qu’ils ont Ă  nous rejoindre »,
expliquent les dirigeants de Voyages Plus. Ils ont du choix, on est tous en train de recruter. »

« Nous avons peu de retours sur les annonces parues, des postulants avec quasi aucune expérience et des prétentions salariales hautes. Je pense que cela est dû au niveau d'études de ces jeunes travailleurs.

La motivation, elle, est... basse. Le covid, le
télétravail et les avantages que notre pays offre n'aident pas dans le processus de recrutement », se désole Laura Rolland, de Sabardu Tourisme.

L’attractivitĂ© du secteur est montrĂ©e du doigt par les recruteurs en peine. « Est-ce un secteur d’avenir ? Vous encourageriez vos enfants Ă  s’orienter vers le tourisme ? », interroge Sylvain Lament, PDG de Syltours et du CEAG.

« Dans un marchĂ© de l’emploi tendu, les offres des autres secteurs sont certainement plus intĂ©ressantes. Notre activitĂ© fait moins rĂȘver au lendemain de la crise sanitaire. Le niveau des salaires est plus bas que dans d’autres secteurs, malgrĂ© le fait que ceux des commerciaux groupes soient plus confortables que la moyenne », analyse Sylvain Lament, le PDG de Syltours et du CEAG.

Pour contrer ces difficultĂ©s, Syltours a recours Ă  la formation en interne. « Nous recherchons des profils atypiques. Dans le tourisme de groupe, ce ne sont pas les mĂȘmes relations qu’en agence. Nos expĂ©riences avec des Ă©coles n’ont pas donnĂ© grand-chose, alors nous formons en interne. C’est un choix stratĂ©gique », explique Sylvain Lament.

De son cÎté, Voyages Plus a revu sa grille salariale et participe à des jobs datings et des salons.

« Il y a de moins en moins de gens qui souhaitent venir dans le tourisme. On essaye de se diversifier, de passer par des moyens dont on n’avait pas besoin avant », concluent les patrons de Voyages Plus.

Caroline Lelievre Publié par Caroline Lelievre Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Caroline Lelievre
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 3625 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitÎt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus














































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos MĂ©dias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias