TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



Fram : entre 300 et 350 emplois seraient menacés par un PSE

Le comité d'entreprise aura lieu ce jeudi 21 juin 2012



Six mois après l'arrivée d'Olivier de Nicola à la tête de Fram, le tour opérateur organise un important Comité d'entreprise ce jeudi 21 juin 2012. Un rendez-vous qui risque de marquer l'histoire de l'entreprise, actuellement en situation délicate. En effet, le PDG pourrait y annoncer la mise en place d'un plan de sauvegarde de l'emploi qui menacerait entre 300 et 350 postes.


Rédigé par Pierre Coronas le Mardi 19 Juin 2012

Olivier de Nicola pourrait annoncer la mise en place d'un plan de sauvegarde de l'emploi au cours du comité d'entreprise du 21 juin 2012 - Photo DR
Olivier de Nicola pourrait annoncer la mise en place d'un plan de sauvegarde de l'emploi au cours du comité d'entreprise du 21 juin 2012 - Photo DR
Le prochain comité d'entreprise (CE) de Fram qui se déroulera jeudi 21 juin 2012 promet d'être mouvementé.

A l'issue de cette réunion, les salariés du voyagiste risquent d'apprendre des nouvelles désagréables.

En effet, selon nos informations, Olivier de Nicola, président du directoire, devrait annoncer la mise en place d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE).

Ce dernier menacerait entre 300 et 350 postes chez le tour opérateur toulousain.

Des mesures que le nouvel homme fort de l'entreprise aurait décidé de prendre à la suite de sa phase d'audit entamée au moment de sa prise de fonction en décembre 2011.

Elles seraient notamment motivées par la situation financière de plus en plus délicate du TO.

Certaines sources évoquent un effritement de son « trésor de guerre ». Sur un matelas de 140 millions d'euros disponible en juillet 2005 au moment où Georges Colson a quitté la présidence du directoire, Fram ne disposerait plus, à l'heure actuelle, que de 60 millions d'euros de cash.

Le déficit se creuse année après année

Bien sur, on trouve toujours pire ailleurs, comme le résume bien une responsable d'agence Fram dans le Sud de la France.

"Je ne suis pas plus inquiète que si je travaillais pour Thomas Cook", explique-t-elle. Et il est vrai que le voyagiste français semble moins souffrir que ses homologues TUI et Thomas Cook.

Pas coulé mais touché quand même. Le TO a terminé l'exercice 2010 avec un déficit de 13,7 millions d'euros. Si aucun résultat pour 2011 n'a encore été dévoilé, des estimations de février 2012 tablent sur une perte d'environ 11 millions d'euros, couplée à une baisse de -7% du chiffre d'affaires.

L'entreprise, considérée comme un précurseur depuis sa création en 1949, connaît, depuis quelques années, une lente descente aux enfers. Malgré sa taille, elle n'est pas parvenue à se défaire de sa culture d'entreprise très familiale.

Une organisation qui ne permet pas un renouvellement efficace des effectifs et ne favorise pas l'émergence des revendications syndicales qui pourraient pourtant permettre à la société d'évoluer.

Une saga familiale agitée

Il faut dire que l'histoire de Fram est loin d'être "un long fleuve tranquille" ! Pourtant tout avait bien commencé pour ce TO fondé et dirigé par Philippe Polderman, ancien militaire de carrière.

Rapidement, le fondateur intègre Georges (Colson), enfant issu du premier mariage de sa femme, et Marie-Christine (Chaubet) à la direction.

Pendant les 30 années qui suivent, tout va bien pour le voyagiste qui va vite prendre de l'ampleur et devenir un des leaders sur son marché en France. Mais le passage au 21e siècle va être délicat pour l'entreprise.

En effet, de nombreux événements viennent fragiliser le secteur du tourisme (attentats du 11 septembre 2001, épidémie de Sras en Asie, guerre en Irak...).

Si bien qu'en 2003, Fram est déficitaire pour la première fois de son histoire. Entre temps, Georges Colson a pris la suite de son beau-père à la tête de l'entreprise. Mais, fragilisé par ces mauvais résultats, il se voit forcé de laisser les rennes à sa demi-sœur.

S'ensuit alors une longue guerre fratricide au cours de laquelle les deux principaux intéressés ne s'épargneront aucun coup bas.

Tout y passe : les prud'hommes, les poursuites pour un rachat abusif de 21% du capital, une plainte pour abus de bien social, un putsch de Georges Colson, une tentative de contre-putsch de la part de Marie-Christine en 2010...

Olivier de Nicola doit à tout prix redresser Fram

En décembre 2011, les salariés de Fram se sont mis en grève pendant 4 jours. Une première pour le TO toulousain - Photo FR3 DR
En décembre 2011, les salariés de Fram se sont mis en grève pendant 4 jours. Une première pour le TO toulousain - Photo FR3 DR
Et les choses ne vont pas s'arranger car. le 13 décembre 2011, les salariés du TO se mettent en grève à l'appel de la CGT.

Ils protestent contre la suppression de leur prime annuelle et obtiennent gain de cause Antoine Cachin quitte alors la présidence du groupe et Olivier de Nicola lui succède.

La mission de ce dernier est claire : redresser l'entreprise rapidement afin de préserver son indépendance.

Ce diplômé de la promotion 1988 de HEC, ne se voile pas la face. "L'entreprise ne va pas bien", assure-t-il au moment de sa prise de fonction.

Mais, pour autant, il reste optimiste et souhaite tout mettre en œuvre pour que Fram retrouve les chemins de l'innovation qui, selon lui, "est inscrite dans [ses] gènes."

Parmi ses projets pour rentabiliser le groupe, cet ancien de Thomas Cook et de Go Voyages mise sur le développement du digital. Il a ainsi exprimé son intention de développer les ventes directes en ligne via l'utilisation de solutions mobiles.

Mais, 6 mois après son arrivée, il semble que ses bonnes intentions n'aient pas suffi pour engendrer les résultats escomptés.

C'est pourquoi, dans un contexte de crise, le personnel de Fram risque d'en faire les frais avec la mise en place d'un bien mal nommé plan de sauvegarde de l'emploi. Celui-ci paraît aujourd'hui inévitable pour la direction du TO.

Selon le service presse de Fram, Olivier de Nicola a prévu de communiquer officiellement "dans le courant de la deuxième semaine de juillet 2012". Il faudra donc encore patienter quelques semaines avant d'en savoir plus sur l'avenir de l'entreprise. Affaire à suivre...


( Pour tout connaître de l'histoire, lire : FRAM : ''Le Point'' sur la saga familiale)

Lu 6418 fois

Notez



1.Posté par François Filloux le 21/06/2012 09:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand on passe de l'ère familiale à l'ère des grandes écoles, du 20ème siècle au 21ème sans remarquer les virages occasionnés par Internet , la mondialisation, l'oeil rivé sur les chiffres avec le grand écart qui se creuse entre le producteur et son client final, on assiste forcément au démembrement des petites et grandes entreprises quelque soit le secteur d'activité.
Revenons au gros bon sens et à la relation commerciale, même si ce n'est pas la panacée, ce sera mieux faire reculer l'échéance d'une faillite ou d'un rj, car en appauvrissant les entreprises de leurs employés qui sont le fondement de la réussite sur le marché on prend le risque tout simplement de ne pas se relever au moment où ça repartira.

2.Posté par haras le 21/06/2012 10:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
les responsables sont tous simplement la direction qui n'a jamais su prendre les bonnes décisions....

- Évolution et technique, informatique et téléphonique inadaptées
- Éclatement sur plusieurs sites
- Restructuration de la production, des groupes et du CSAV
- Pas de management
- Pas de reporting
- Pas de formation des salariés
- Pas de veille concurrentielle et technologique


......

3.Posté par valise le 21/06/2012 15:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
10 m € de pertes en 2011 chez Fram et 20 m € distribués aux actionnaires ces 2 dernières années ?
Actionnaire Fram directeur (trice),
chargé de projet (?)
chef de projet (lesquels)
membre du directoire, du conseil de surveillance et nièce, neveu, fils, cousin,
emplos fictifs (certains on se demande à quoi ils servent avec des postes bidons qui ont été créer suite à des réorganisations ou d'arrêt d'activité de service)
ancien militaire (double solde !!)
retraitéE qui travaille encore ,etc...

On Cette consanguinité sans contre-pouvoir et dénuée de talent a précipité la chute de la pépite Fram sûrement plus que la crise non?

4.Posté par No name le 21/06/2012 16:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si ce PSE peut au moins permettre de sauver l'entreprise... Trop de pros du tourisme cachent leur mauvaise santé et pointe du doigt ceux qui vont mal sans rien faire pour aller mieux.
Le secteur est difficile, et malheureusement les premières victimes sont les salariés, même si les responsable de ces fiascos économiques sont les dirigeants sur diplomés mais loin d'être surdoués...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.

TourMaG.com DMCmag.com TourMaGEVENTS.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips