TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


J'ai passé une journée avec un contrôleur aérien dans sa tour...

Découverte du centre de contrôle d'Athis Mons, en région parisienne



Discuter avec 20 pilotes en même temps, gérer le trafic des avions qui volent à 30 000 pieds, suivre la trajectoire de 4 000 vols par jour en période de pointe : tel est le quotidien de Kevin Sheehan, contrôleur aérien dans le centre d'Athis Mons, au sud de Paris. TourMaG.com vous fait découvrir le parcours et l'état d'esprit d'un professionnel bien conscient des futurs défis auxquels doit faire face son métier.


le Vendredi 18 Avril 2014

Kevin Sheehan et l'un de ses collègues à leur table de travail - Photo LAC
Kevin Sheehan et l'un de ses collègues à leur table de travail - Photo LAC
"Lorsque mon père est venu visiter mon lieu de travail pour la première fois, il a pensé à une salle de casino, mais en bien plus calme !"

Kevin Sheehan est contrôleur aérien au centre d'Athis Mons, dans le sud de Paris, pas bien loin de l'aéroport d'Orly.

Un lieu appelé centre de contrôle en route où sont guidés tous les avions qui passent au dessus de la grande région parisienne, volant jusqu'à 30 000 pieds.

"Les voyageurs imaginent souvent qu'une fois en l'air, l'avion vie sa vie, alors qu'il garde constamment un contact avec le sol" explique Kevin Sheehan.

Il existe cinq centres en France : Reims, Brest, Bordeaux, Aix-en-Provence et Athis Mons, chacun en charge d'une zone géographique bien précise.

Celui d'Athis Mons est le 4ème centre européen, comptant près de 380 contrôleurs aériens qui gèrent notamment Orly, Roissy, le Bourget, Beauvais ainsi que tout le trafic jusqu'à la frontière belge.

Et contrairement aux tours de contrôle installées dans les aéroports, ils n'ont pas de belle vue sur le tarmac.

Les contrôleurs s'occupent en moyenne de 1,15 million de vols par an, avec des pointes quotidiennes à 4 000 appareils sur l'été. "Nous pouvons parler jusqu'à 20 pilotes en même temps" précise Kevin Sheehan.

Concentration, rigueur et self-control : les maîtres mots de la profession

Une lourde responsabilité qui ne pèse pas sur l'ambiance, studieuse mais décontractée.

Les contrôleurs travaillent en binôme, l'un en contact avec les pilotes (le radariste), l'autre au téléphone (l'organique) pour gérer la trajectoire du vol vers les autres zones.

Un rôle qu'ils échangent toutes les heures avant de prendre une heure de pause, histoire de reposer leur attention.

Car la concentration, le self-control et la rigueur s'avèrent des qualités indispensables pour exercer ce métier.

Mieux vaut également être habile avec les chiffres tout en maîtrisant parfaitement l'anglais.

"Certains candidats au concours étaient d'excellents scientifiques mais n'avaient pas un niveau en langue suffisant, alors que c'est le coefficient le plus élevé" explique Kevin Sheehan.

Car pour intégrer cette profession, il faut avant tout réussir le sélectif concours de l'ENAC.

L'école ouvre chaque année des postes en fonction des besoins. En 2013, seules une quarantaine de places ont été disponibles, contre 200 à l'époque de notre contrôleur.

Une fois son diplôme en poche, le jeune doit encore suivre une formation qualifiante sur le site choisi, entre 18 mois et deux ans.

Son rythme de travail est décalé, avec trois jours opérationnels, puis trois jours de repos, le tout sur un cycle de 12 jours.

Il est également gratifié d'un salaire d'entrée à 5 000 euros, culminant à 8 000 euros en fin de carrière, pour 32 heures hebdomadaires.

Des revenus très souvent pointés dans la presse, où les contrôleurs sont traités de nantis.

Mais cette fourchette n'est pas vraiment éloignée de celle des ingénieurs ayant un niveau d'études similaire. Et inférieure de 20 à 50% à la moyenne de leurs homologues européens.

Les contrôleurs aériens collaborent avec les compagnies

Les contraintes de productivité touchent également sa profession. Même s'il assure ne ressentir aucune pression au quotidien, Kévin Sheehan se sait observé, conscient que son centre doit être plus productif - DR
Les contraintes de productivité touchent également sa profession. Même s'il assure ne ressentir aucune pression au quotidien, Kévin Sheehan se sait observé, conscient que son centre doit être plus productif - DR
D'ailleurs, loin d'être enfermés dans une tour d'ivoire comme on le leur reproche souvent, Kevin Sheehan et ses collègues semblent bien au fait des réalités commerciales du secteur.

"Nous comprenons parfaitement les contraintes budgétaires auxquelles sont confrontées les compagnies aériennes" assure-t-il.

Il affirme que les contrôleurs travaillent aujourd'hui de concert avec les compagnies, afin d'optimiser le tracé des nouvelles routes et de réfléchir à l'avenir du transport aérien.

"Notre premier objectif reste et a toujours été de faire prendre aux avions la route la plus courte" clame-t-il, en référence à la réglementation européenne qui espère faire gagner des kilomètres aux appareils en modifiant le tracé des cartes.

Pourtant, la ligne droite est une gageure dans un ciel truffé de zones militaires, interdites de survol.

De vastes territoires bien visibles sur les écrans de contrôles, que Kevin Sheehan et ses collègues tentent chaque jour d'éviter. "Heureusement, l'armée accepte aujourd'hui de collaborer avec nous, ce qui était encore inimaginable il y a 20 ans" s'exclame-t-il.

Il s'efforce également de regrouper les avions pour mieux gérer leur trajectoire sur une seule route et limiter ainsi leur temps de temps d'attente.

En effet, les contraintes de productivité touchent également sa profession. Même s'il assure ne ressentir aucune pression au quotidien, Kevin Sheehan se sait observé, conscient que son centre doit être plus productif.

"Certains aimeraient que les contrôleurs soient moins nombreux pour baisser les taxes. Mais cela engendrerait une plus grande attente des avions et donc une plus grande consommation de carburant. Il faut trouver le juste équilibre".

Il espère avant tout que les impératifs économiques ne l'emporteront jamais sur la sécurité du ciel.

Lu 45547 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par mathis le 18/04/2014 13:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Article très intéessant, bravo!
Question : Kevin Sheehan, c'est lequel sur la photo, le beau gosse ou l'autre?

2.Posté par François le 08/04/2015 20:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'article ne développe pas le pourquoi des grêves répétitives (tout les 2 ans) de ce corps de métier, avec un impact considérable sur l'économie (50 pc des vols annulés en moyenne => plusieurs millions de passagers cloué au sol) car les aiguilleurs ne sont pas satisfait de :
- 6500 € salaire mensuel moyen
- 97 jours de vacances par ans
- 32h de travail par semaine
- retraie a 59 ans ? (car travail pénible ???).
Ceci est irresponsable !

3.Posté par Patrick le 03/07/2015 09:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
+1 Francois

4.Posté par Nikolaï le 09/01/2016 00:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour, j'ai une question a vous poser, apres avoir fini une carrière en temps que contrôleur aérien pour l'armée de l'air, peut-on demander une affectation à ce métier ?

5.Posté par loki le 31/10/2016 10:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les contrôleurs aérien ont travaillé trés dur pour le devenir : BAC S avec mention +2/3 ans Prépa Math Sup math Spé + ENAC +Qualif
+ l'exercice de leur métier met en jeu des vies humaines! =stress, anxiété, risque de poursuite pénale (même si cool en apparence)
+ horaires décalés , horaires de nuit =espérance de vie réduite donc oui il faut partir en retraite plus tôt (tu te vois faire une nuit blanche de travail à 60 balais?) + conciliation vie de famille ou autre activité difficile

Avec un tel niveau d'étude et ces risques de sécurité il est Mérité qu'ils soient bien payés non?et qu'ils aient des jour de repos pour récupérer est physiologiquement nécessaire !

étant voyageuse régulière je dis heureusement qu'ils ont beaucoup de jour de repos car les accident sont souvent causés par manque de repos humain

bref le commentaire de François est déplacé

6.Posté par mARSA le 16/01/2018 18:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Loki, si je peux approuver, en partie, votre commentaire, je doute fort que vous fassiez le même lorsque ce sont les Pilotes ou Hôtesses qui font grève.
Les pilotes c'est aussi des études (non rémunérées elles contrairement aux controleurs) et meme payées de leur poche , et ce pour une durée équivalente. Leur salaire de début est nettement inférieur et ils n'ont que 46 jours calendrier de congés par an (97 pour les controleurs). Les 32h /semaine des controleurs sont souvent inférieurs car souvent "clearés" selon leurs termes c'est à dire qu'ils sont suposés travaillés, comptés comme tel , mais libérés d'activité car il y a assez de controleurs présents.
Les Hotesses et stew ont eux aussi un role essentiel de sécurité à bord, c'est meme leur premiere fonction bien avant le "commercial" et le service ... pour un salaire de debut à1800 euros
Pilotes et PNC( Hôt et Stw) doivent etre present à leur base entre 1h30 et 1h45 avant le vol mais ils ne sont payés que lorsque l'avion "bouge". Ils ne sont donc pas payés avant le vol ni quand les passagers débarquent ni en escale entre 2 vols. Leurs congés annuels : 46 jours calendaires egalement.
Ils n'ont pas de caisse de retraite specifique eux mais une retraite complémentaire (CRPN) qu'ils payent, pas de majorations pour travail les week end et jours feriés et une petite pour les vols de nuit, pas de bonification de 4 trimestres tous les 5 ans pour la retraite comme les controleurs aeriens, pas de majoration de leur pension si ils partent avant l'age légal (65 ans). Un navigant qui part avant ne touchera que sa retraite CRPN mais pas celle de la Securité sociale.

Donc en effet, il y a de tres gros abus et je ne parle pas des primes diverses et variées des controleurs

7.Posté par Matthieu le 08/06/2018 15:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Disons que contrôleur aérien est un métier cognitivement plus difficile que celui de pilote. ll est donc plus difficile de se qualifier, et à partir d'un certain âge, les capacités cognitives ne sont plus suffisantes pour travailler proprement; d'où l'intérêt d'un départ tôt en retraite. Ce n'est pas le cas pour les pilotes.

8.Posté par Reporter le 13/05/2019 01:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Mathieu: dire que le métier de contrôleur aérien est "cognitivement plus difficile que ce celui de pilote" me laisse perplexe. Car que ce soit dans un centre En Route ou dans une tour les opérations effectuées sont bien moins "complexes" que celles qui peuvent être demandées à un pilote dans de nombreuses situations. Cela ne retire en rien le niveau de concentration nécessaire et le stress qui peut en découler mais votre comparaison en terme de "capacité cognitive" est inappropriée.

9.Posté par Tita le 01/09/2019 17:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour tous ceux qui lorgnent avec jalousie sur les avantages du métier de contrôleur aérien (et qui occultent les inconvénients), je leur dit : vous auriez dû passer le concours ! Ce métier est accessible à tous ceux qui ont les capacités et s'en donnent la peine. Donc pas la peine de se plaindre et de jalouser si vous avez choisi autre chose, la balle est dans le camp de tout le monde !

10.Posté par Anaspik le 09/12/2019 11:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis d'accord avec Rita, et il faut tout comparer.
Beaucoup de gens voudraient avoir la paie, mais pas la responsabilité, les horaires décalés, et pas avoir à faire les études correspondantes...
Quand aux pilotes qui seraient de leur poche pour leur formation, il faut savoir de quoi on parle : il y a plusieurs filières pour devenir pilote. L'ENAC avec le concours EPL est la voie royale, et n''est pas payante...
Concernant la difficulté du métier, je ne m'aventurerais pas à comparer, ce sont 2 mondes différents, avec chacun ses spécificités, surtout que suivant la compagnie, l'ancienneté, le grade,.... le salaire et les conditions varient du tout au tout !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >








































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias