TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone



La Réunion et les agents de voyages : "le métier est peut-être en train de mourir..."

Interview de Thierry Prengere, le président de LAhLANhLA



Ce n'est plus seulement un coup d'arrêt, mais tout simplement un coup de massue qui vient de s'abattre sur le secteur du tourisme. La 5e vague et le variant Omicron font des ravages sur le moral des troupes de l'industrie. Il suffit de traîner sur le HelpDesk pour lire la détresse de professionnels, las d'une année 2021 qui se termine comme 2020. Thierry Prengere, le président de LAhLANhLA et agent de voyages à la Réunion a rencontré le directeur de cabinet du préfet. Ce dernier lui a livré un terrible message sur l'avenir des agents de voyages...


Rédigé par le Dimanche 19 Décembre 2021

"J'ai l'impression que le métier tel qu'il existait, il y a encore pas si longtemps, peut être qu'effectivement, il ne sera plus", selon Thierry Prengere - Depositphotos @ikurucan
"J'ai l'impression que le métier tel qu'il existait, il y a encore pas si longtemps, peut être qu'effectivement, il ne sera plus", selon Thierry Prengere - Depositphotos @ikurucan
TourMaG.com - La semaine dernière, vous avez interpellé la préfecture de la Réunion, suite à la décision d'interdire les voyages vers l'Île Maurice. Avez-vous été reçu avec l'Association des indépendants du tourisme et des loisirs (AITL) ?

Thierry Prengere :
Nous avons été reçus à la préfecture pour savoir pourquoi tous les Français peuvent se rendre à Maurice et pas les Réunionnais.

La raison réside dans la capacité limitée de pouvoir accueillir des malades notamment aux soins intensifs dans les établissements de la Réunion.

Dans le même temps, les autorités pensent que le variant Omicron circule allègrement à Maurice, sans que les autorités locales puissent vérifier, puisqu'elles n'ont pas la capacité à séquencer le virus.

Des raisons et explications que nous entendons parfaitement.

Agent de voyages : "le métier est peut être en train de mourir"

Voici le post dans le Helpdesk de Sabine Schneider dont fait mention Thierry Prengere - Capture écran
Voici le post dans le Helpdesk de Sabine Schneider dont fait mention Thierry Prengere - Capture écran
TourMaG.com - Vous aviez aussi parlé des aides avec la préfecture ?

Thierry Prengere :
Oui et c'est sans doute la partie la plus profonde sur nos échanges.

Notre argument a été de dire : quand un dispositif national empêche une catégorie professionnelle de pouvoir travailler, de facto un plan d'aide est mis en place. C'est le cas pour les discothèques.

Sauf que cette fois-ci, la décision est régionale, puisqu'elle provient de la préfecture/ Donc il n'est pas possible de bénéficier d'un plan particulier. En somme, le cabinet nous a promis de remonter nos demandes au niveau des ministères, mais qu'il n'y a pas grand-chose à en attendre.

Après la réflexion de fond qui a suivi, nous a profondément interpellés.

TourMaG.com - C'est-à-dire ?

Thierry Prengere :
Quand nous avons parlé des aides, il nous a été rétorqué qu'elles ne dureront que quelques semaines, pas des mois.

Et nos interlocuteurs, nous ont alors expliqué que si les aides ne sont que ponctuelles, c'est pour nous laisser le temps de nous remettre en cause.

Globalement, le message a été que le covid et ses complexités, comme les fermetures de frontières ou administratives, n'allaient pas durer quelques semaines, mais perdurer sur du long terme.

TourMaG.com - Qu'avez-vous déduit de cette réflexion ? Même si, elle est sans doute personnelle et propre à la personne qui l'a proférée.

Thierry Prengere :
Peut être que nous faisons partie d'une industrie qui n'est pas vouée à perdurer.

Au même moment, sur le groupe du HelpDesk, une agent de voyages a mis un post (voir photo) reflétant parfaitement cette pensée.

Cette femme faisait part de son absence de motivation et qu'elle préférait même que personne ne rentre dans l'agence, tellement vendre est devenu une source de stress.

Quand nous sommes ressortis de la Préfecture, avec les autres membres de l'AITL, nous nous sommes dit que le métier était peut-être en train de mourir.

Voyage : "Il est possible de voir une industrie mourir"

TourMaG.com - Le constat est dur. Que vous êtes-vous dit tous ensemble et à froid ?

Thierry Prengere :
Nous avons demandé ce qu'entendait la personne de la préfecture par l'obligation de devoir nous "réinventer".

Aujourd'hui, nous vendons un billet d'avion, un hôtel et des activités, je ne vais pas demander aux gens de tailler la haie du voisin ou de faire du jardinage. Avec 80% de notre activité dépendant de l'Île Maurice à la Réunion, comment se réinventer ?

Depuis cette phrase et ce post, ainsi que les commentaires d'agents de voyages situés tous en métropole, m'ont fait beaucoup réfléchir.

J'ai l'impression que le métier tel qu'il existait, il y a encore pas si longtemps, peut-être qu'effectivement, il ne sera plus. En France, il y a eu l'ère industrielle, avec ses hauts fourneaux, puis progressivement, ils ont tous disparu.

Il est possible de voir une industrie mourir.

TourMaG.com - Il est clair que le variant intervient au pire moment pour les agents de voyages. Nous pouvons aussi espérer un retour à la normale, si ce variant n'est pas si dangereux, je le dis avec de grandes précautions...

Thierry Prengere :
Tant que le secteur restera sous perfusion, il est toujours possible d'espérer une reprise.

Une fois la perfusion débranchée, comme c'est le cas actuellement, cela devient plus compliqué. Quel serait l'intérêt de l'Etat de maintenir sous perfusion une industrie qui est vouée à disparaître ou du moins à décroitre ?

Vous savez lors d'une réunion à Bercy, un conseiller du ministère avait dit que le gouvernement n'allait pas lâcher de l'eau dans du sable, donc donner de l'argent pour rien.

Distribution : "le marché est voué à se contracter"

TourMaG.com - Votre crainte est que l'Etat abandonne la distribution et l'industrie, faute d'avenir pour celles-ci ?

Thierry Prengere :
Quand je lis l'interview de Valérie Boned dans TourMaG.com, j'ai pris peur.

Non pas sur la qualité du travail de la secrétaire générale des EDV, loin de là, mais plutôt suite aux réponses du gouvernement. Nous arrivons au bout du chemin, le pouvoir ne veut plus bouger pour nous soulager.

Le problème c'est que la perfusion n'est prévue que pour quelques semaines, puis au prochain variant, nous risquons d'y passer. Le marché est voué à se contracter.

Aujourd'hui, quand je regarde les dossiers qui me sont envoyés, pour racheter des agences de voyages, la grande majorité n'est pas valorisable. Nous faisons face à des prochains mois très difficiles, j'en ai bien peur.

Dans le même temps, la vente en ligne n'a pas diminué bien au contraire, les acteurs digitaux prennent toujours des parts de marché.

Nous sommes en période électorale, avec des interlocuteurs qui ne savent pas s'ils seront là dans quelques mois. C'est pénalisant au moment de prendre des décisions.

Du coup, nous perdons un temps monstre et je doute que toutes les entreprises puissent tenir encore de longs mois.

TourMaG.com - Une partie de la profession a l'air à bout de souffle, après presque 2 ans de crise...

Thierry Prengere :
Exactement, puis nous ne savons pas ce qui se passera après Omicron.

Si dans le premier trimestre 2022, les réservations ne repartent pas, alors que les entreprises vont devoir rembourser les avoirs et aussi les PGE... nous sommes dans un cercle vicieux.

Agence de voyages : "nous aimerions avoir le retour du Fonds de Solidarité..."

TourMaG.com - Que serait-il souhaitable pour soulager l'industrie? Avoir de la visibilité sur le soutien de l'Etat, par exemple ?

Thierry Prengere :
Tout d'abord, nous aimerions une approche spécifique pour la Réunion.

Autant une agence en métropole peut encore vendre des billets pour différents pays européens, autant une fois que Maurice est fermée, nous n'avons plus aucune possibilité de travailler.

Nous aimerions avoir le retour du Fonds de Solidarité, à la différence près que le critère d'éligibilité ne tienne pas compte de la baisse du chiffre d'affaires. Cette aide n'alimente que les entreprises qui avaient un bilan avant la fin de l'année 2019.

Actuellement, il n'y a pas seulement un trou dans la raquette, mais vous avez toute la balle qui passe au travers. Nous allons faire remonter à nos députés, la problématique des agences de la Réunion.

Notamment, nous aimerions que le coût des vacances qui pèse sur les entreprises soit en partie pris en charge. Nous ne sommes pas en mesure de tous payer les vacances de nos collaborateurs.

Pareil sur les cotisations sociales des mandataires, certains mandataires ne se versent pas de salaires depuis deux ans.

Je tenais à signaler que nous sommes contents que les EDV aient repris le relais de nos demandes sur l'Île Maurice.

Pour conclure, nous avons besoin de visibilité.

Romain Pommier Publié par Romain Pommier Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Romain Pommier
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 15772 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par La desh le 21/12/2021 06:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le gouvernement peut rêver pour sa 3ème dose si on ne peut pas voyager. Ce préfet ne se rend pas compte que c'est pas le moment d'imposer ce genre de truc et en plus nous sommes les seuls à ne pas pouvoir y allait
alors qu'on est à côté. Le président l'a dit qu'il faut vivre avec.

2.Posté par De Biasi Patrick le 22/12/2021 17:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il y a beaucoup de vrai dans cet article mais il y a aussi un paramètre qui semble être oublié : les personnes qui voyagent !!! Ces dernières sont maintenant vaccinées et pas seulement contre le Covid : elles sont vaccinées contre les mauvaises nouvelles et les restrictions, immunisées contre la sinistrose ambiante et les pisse-froids ! Toutes ces personnes repassent les portes des Agences dès que les vents sont favorables et la moindre occasion se valide par un voyage. De plus ces voyages ils préfèrent les faites avec une Agence plutôt que par trucmuche.Com qui jamais ne répondra quand la galère viendra.
Alors oui il va falloir se réinventer, oui il va falloir s’accrocher pour ne pas se laisser aller à une mélancolie mortifère mais pour rappel et puisque maintenant je suis devenu un de ces dinosaures du tourisme (j’y suis tombé dedans un jour de 1995…!), je vous rappelle qu’à chaque crise majeure on nous a vus morts et enterrés. Moi je dis non, non car je crois en ce métier et ses vertus cardinales qui rendent les gens qui voyagent heureux. J’ai toujours été d’un naturel confiant et enthousiaste et malgré ces deux années de vache apathique j’y crois toujours et encore ! C’est l’apanage de l’expérience qui me fait penser cela mais c’est aussi les exemples récents comme chez nos amis les ricains qui ont vu le nombre des agences redémarrer une fois qu’ils se sont rendus compte que c’était pas si mal que d’avoir un humain qui vous parle de voyages !! Je me trompe peut-être mais il ne faut jamais oublier qu’il est ancré au plus profond de notre être cette envie de découverte cette curiosité dévorante qui nous pousse à aller voir ailleurs ce qui s’y passe. Alors oui le chemin est dur et oui il y aura de la casse en route mais ceux et celles qui vous disent que le métier est mort sont certainement ceux et celles qui le souhaite… Alors du coup et comme c’est le temps de se souhaiter des vœux :’laissez-moi vous souhaiter mille et une belles choses : un bon cocktail au bord d’une plage paradisiaque, un coucher de soleil en plein safari, un repas improbable avec des inconnus au large sourire (sans être masqué si possible !), un baiser volé sur une volée de marches de pierres millénaires…
Nous les Agents de Voyages en tout cas on sera là pour vous accueillir et vous envoûter une fois de plus… quand le Co-vide aura cessé de rendre fous les dirigeants qui comme des dirigeables devraient redescendre sur terre de temps à autre ^^
Patrick De Biasi - Patron pas désenchanté !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus





































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias