Nos bureaux sont fermés du 01/08 au 21/08. Retour de la newsletter quotidienne le 22/08/2022. Bel été !
TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


La SNCF veut détourner 78 millions de passagers de l'avion et de la voiture d’ici 2032

3e convention nationale de l’AFTM dans les locaux de Fédération française de football



C’est au siège de la fédération française de football (Paris 15e) que l’AFTM a organisé, jeudi 30 juin, l’une de ses conventions nationales annuelles. « Dans ce lieu qui sort de l’ordinaire », selon les mots de Michel Dieleman, président de l’association, la SNCF a pu faire passer des message avec, en fil rouge, l’ambition d’être un transporteur toujours plus vert.


Rédigé par le Lundi 4 Juillet 2022

Jeudi 30 juin, au siège de la Fédération française de football, les représentants de la SNCF ont échangé avec les adhérents de l'AFTM - Depositphotos.com
Jeudi 30 juin, au siège de la Fédération française de football, les représentants de la SNCF ont échangé avec les adhérents de l'AFTM - Depositphotos.com
Trois représentants de la SNCF, Valérie Darmaillacq, directrice du développement durable, SNCF TGV Intercités, Sylvain Labesse, directeur grands comptes et ventes aux entreprises TGV et Sylvie Humbert, directrice marketing et distribution internationale ont pris du temps, dans le cadre de la 3e convention nationale de l'AFTM, pour présenter aux acheteurs et travel managers les actualités du transporteur.

Valérie Darmaillacq assume parfait le choix fait par la SNCF de se comparer aux autres transporteurs pour mettre en avant son bilan carbone flatteur, « 50 fois moins que la voiture, 80 fois moins que l’avion » et, on l’a appris lors de cet évènement, « douze fois moins que la voiture électrique ».

Le transporteur, qui a pour objectif d’utiliser « d’utiliser 50% d’énergie renouvelable d’ici 2026 », sensibilise aussi ses collaborateurs à cet engagement : « A nous d’être des prescripteurs. Aujourd’hui, 15% des chefs de bord annoncent à nos clients les économies de carbone réalisées grâce à leur choix de prendre le train ».

La SNCF a ainsi l'intention de multiplier les fermes solaires sur une partie des friches dont elle dispose le long des voies ferrées, pour produire de l'électricité renouvelable sur des terrains inutilisés.

C’est l’objet du programme Planète Voyages qui permet, au sein de SNCF Voyageurs, à chaque direction de concevoir et déployer une démarche environnementale.

Attirer 78 millions de passagers d'ici 2032

« Très à l’aise avec le principe de la comparaison », Valérie Darmaillacq reconnait toutefois que la publicité d’Eurostar qui s’adressait aux compagnies aériennes avec ce message « les compagnies sont vertes de jalousie » était sans doute « malvenue ».

Elle a d'ailleurs salué tout le travail des compagnies aériennes pour voler plus propre.

Objectif assumé du programme Planète Voyages : attirer 78 millions de nouveaux passagers d’ici 2032 en les détournant de la voiture et de l’avion. Cela représente 41 millions de voyageurs en France, 37 millions de voyageurs à l’international.

Un transfert qui représenterait 288 kilos tonnes de CO2 évités chaque année.

Comme l’a souligné au micro une travel manager, s’il est bien un obstacle au développement du train, c’est le prix, qui peut faire faire oublier aux entreprises l'empreinte carbone : « Sur l’axe Paris-Montpellier, vous affichez des tarifs qui sont supérieurs de 30% à ceux de l’aérien ».

Au-delà de toutes les solutions tarifaires proposés aux voyageurs d’affaires et rappelées à cette occasion, Valérie Darmaillacq a tenu à souligner une distorsion de concurrence, « le kérosène n’est pas taxé ».

Evidemment, la question du prix est sur toutes les lèvres. La SNCF est la première consommatrice d’électricité en France, Jean-Pierre Farandou, son PDG, n’a pas caché que l’option d’une augmentation tarifaire était sur la table.

Vente de Ouigo : les négociations EDV/SNCF n'ont toujours pas abouti

La SNCF veut détourner 78 millions de passagers de l'avion et de la voiture d’ici 2032
Rendre accessible le train à toute typologie de clientèle pourrait aussi passer par la possibilité de faciliter l’accès aux TMC des ventes Ouigo.

Si les représentants de la SNCF n’ont pas fait de commentaires sur « les négociations en cours avec les Entreprises du Voyage », ils ont rappelé, par l’intermédiaire de Sylvain Labesse que l’offre avait été taillée pour du loisir sur un modèle low cost : « Notre posture a évolué, nous sommes aujourd’hui d’accord pour aider les agences ».

Il se trouve, en effet, que les horaires d’un Ouigo, au-delà du prix, séduisent de plus en plus les voyageurs d'affaires. Ainsi, après avoir intégré l’offre Ouigo depuis un mois, une agence affaires note que « 15% des voyageurs l'utilisent » sans constater de baisse sur les ventes de TGV Inoui.

On peut facilement en déduire que les voyageurs d’affaires qui utilisent Ouigo se passent des services de l’agence de l’entreprise.

Par ailleurs, grâce à des partenariats ou en propre, la SNCF, on ne le sait pas toujours, propose, depuis les métropoles françaises, 150 destinations en Europe à grande vitesse accessibles en moins de quatre heures. «

Et le point de bascule s’étiole de plus en plus, souligne Sylvie Humbert, directrice marketing et distribution internationale. 25% des Allemands sont prêts à faire sept heures de train ».

On n’y est sans doute pas en France, mais là, aussi, on note des évolutions : « Pour les entreprises, le seuil est passé de trois à quatre heures » note Sylvain Labesse.

Côté nouveautés, Paris-Berlin sera lancé en 2024 et, en Espagne, Ouigo España, « première offre domestique hors de France » est amenée à se développer. On n’oublie pas le rapprochement d’Eurostar et Thalys qui va entraîner de nombreuses synergies.

Laurent Guéna Publié par Laurent Guéna Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Laurent Guéna
  • picto Linkedin
  • picto email


Lu 1385 fois

Tags : AFTM, SNCF
Notez

Commentaires

1.Posté par Figuier le 05/07/2022 09:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pitoyable comme elle est, la sncf finira bien par disparaître du tableau… à moins qu'on paye les cheminots à rien faire… encore un billet d'annuler à 48h du départ… qui peut encore se fier à u ne telle engeance…

2.Posté par Aude le 06/07/2022 17:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et comment vont- ils s'y prendre?
Ce serait bien qu'il soit question de revoir la politique tarifaire. Beaucoup trop d'exemples où l'avion coûte 3 fois moins cher que le train.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus





































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias