TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



La case de l’Oncle Dom : Faillite de Primera mais pas la dernière... il suffit !

L’édito de Dominique Gobert



Et Hop ! (sans malice mais sait-on jamais), à minuit lundi soir, une compagnie arrivée à grands renforts de trompettes sur le marché européen fermait ses vols et sa porte, sans prévenir personne, tant ses passagers que ses propres salariés… et prenait la poudre d'escampette !


Rédigé par le Mardi 2 Octobre 2018

Quand même, on ne dépose pas le bilan d’une société, quelle qu’elle soit, du jour au lendemain. A moins que les dirigeants aient, jusqu’au bout, cru en un miracle ? - crédit photo : Alan Wilson wikicommons
Quand même, on ne dépose pas le bilan d’une société, quelle qu’elle soit, du jour au lendemain. A moins que les dirigeants aient, jusqu’au bout, cru en un miracle ? - crédit photo : Alan Wilson wikicommons
Et tout le monde reste planté sur le tarmac.

Beaucoup d’ailleurs, tant passagers que collaborateurs de Primera Air, auront découvert, grâce à la presse, le crash du transporteur ce qui, faut l’avouer, est totalement dégueulasse !

Parce que, quand même, on ne dépose pas le bilan d’une société, quelle qu’elle soit, du jour au lendemain.

A moins que les dirigeants aient, jusqu’au bout, crû en un miracle, on ne joue pas avec ses clients et ses distributeurs. Quid de ces passagers pour qui leur vol prévu ne serait-ce qu’aujourd’hui ?

Et qui comptaient pour la plupart partir se détendre, rejoindre une famille ou se rendre à un engagement important ? Quid également de ces agences de voyages qui ont vendu en toute confiance un vol à leurs clients ?

Et, comme d’habitude, personne pour répondre à ces questions…

Et c’est hélas, loin d’être fini !

Encore une fois, je remarque que cette Europe, en laquelle il faut croire, n’est toujours pas à la hauteur, loin de là. Particulièrement dans le secteur du transport aérien.

Dominique Gobert
Dominique Gobert
Sans vouloir faire de la discrimination populiste et malvenue, il faut quand même remarquer que ces « nouvelles compagnies », venues du nord sans vraiment participer à la marche de l’Europe, se sont engouffrées à ailes déployées sur le secteur, profitant des carences de l’Europe, notamment sur les droits de trafic.

Résultat, des tarifs qui frisent la vente à perte, un gangrénage du secteur, y compris envers les compagnies traditionnelles et la chute inéluctable. Sans compter le pétrole, nerf de cette guerre absurde et destructive…

Indolence totale des grands « penseurs » de Bruxelles, incapables d’harmoniser quelques règles simples et qui préfèrent s’occuper de la taille « légale » des concombres ou des radis, par exemple. Sans oublier de contraindre les distributeurs à « assumer les carences de ces transporteurs » et rembourser les clients à leur place.

Parce que, faut-il le dire encore et encore, alors que les agents de voyages, billettistes et autres professionnels sont contraints à des assurances coûteuses, jamais les compagnies aériennes n’ont été soumises à la moindre caisse d’assurance.

Et que IATA refuse de changer quoi que ce soit…

Dans le cas de Primera Air par exemple, cette compagnie ne faisait surtout pas partie du BSP. Non, trop coûteux, tous les billets étaient payés « au cul de l’avion » et par carte de crédit.

Donc, pratiquement pour les passagers ou les agences de voyages, aucun moyen de récupérer le moindre fifrelin. Sans oublier les taxes diverses et variées qui se sont englouties aussi dans la faillite !

Bien sûr, les grands voyagistes ou plateformes de réservation, genre Resaneo ou Misterfly vont tout faire pour aider et reprotéger leurs clients… Ils ne peuvent pas faire autrement, mais à quel prix ?

Oh, bien sûr, y’a toujours les opportunistes qui guettent la moindre occasion. On ne peut que sourire tristement lorsque l’on assiste à ces déclarations de Norwegian, « prête à recueillir les passagers en perdition de Primera ». Enfin, pas recueillir, mais « offrir des tarifs spéciaux de rapatriement des passagers de Primera » … Pas de petits profits !

C’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité, mais bon, pour une compagnie qui avoisine une dette de quelque 2 milliards d’euros, est-ce bien vraiment raisonnable ?

Il suffit !

Dominique Gobert Publié par Dominique Gobert Editorialiste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Dominique Gobert
  • picto email

Lu 1931 fois

Notez



1.Posté par serge13 le 03/10/2018 05:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est fou quand même: lorsqu'il s'agit de Ryanair, on oublie Bruxelles et sa directive selon laquelle une entreprise Européenne a 100% le droit de venir s'installer en France et garder le droit de son pays initial, et là pour Primera c'est la faute de Bruxelles car je vous cite "incapable d'harmoniser quelques règles simples…". Il faudrait savoir Mr Gobert…. Deux poids deux mesures, est ce votre devise, ou est ce que tout simplement vous écrivez vos articles dans la hâte? Bruxelles a fait ce qu'il fallait. Cette compagnie a mal géré son budget voilà tout.

2.Posté par Fresneau le 03/10/2018 13:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et on ne parle pas des personnels de bord qui se retrouvent non payés du mois de septembre, abandonnés sur le tarmac de newark lundi soir, qui doivent payer leur vol de retour à Londres ou paris et ne peuvent pas faire valoir leurs droits de licenciés économiques. Oui que fait l'europe pour ces salariés

3.Posté par redbar le 03/10/2018 17:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comme à votre habitude Monsieur GOBERT deux poids deux mesures dans vos commentaires… On anticipe ces derniers le jour où XL et Corsair subiront le même sort. Et je ne parle même pas de Norwegian si cela devait être le même cas. La place sera alors libre aux cartels des grandes compagnies qui auront tout fait pour couler la concurrence des Low Costs et venir de nouveau se gaver sur le dos des consommateurs qui pourront payer leurs tarifs abusifs. A ce monent là vous vous souviendrez de PRIMERA et les autres.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.

TourMaG.com DMCmag.com TourMaGEVENTS.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips