TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e



La case de l’Oncle Dom : le pavillon noir flotte sur la marmite... gamelles en prévision ?

L’édito de Dominique Gobert



Il serait temps que ces Assises de l’Aérien se tiennent enfin. Certes, Président Macron est très occupé avec la SNCF. Il n’empêche que le transport aérien français est dans une situation critique et que ça va pas en s’arrangeant. A preuve, les déboires que risque de connaître Corsair sur la desserte de Madagascar…


Rédigé par le Mercredi 28 Février 2018

Il est temps, maintenant, que toutes nos compagnies fassent, enfin, front commun. Il en va de la vie de milliers de salariés… et bien entendu, du pavillon français - Photo Pixabay rawpixel
Il est temps, maintenant, que toutes nos compagnies fassent, enfin, front commun. Il en va de la vie de milliers de salariés… et bien entendu, du pavillon français - Photo Pixabay rawpixel
Président Macron, dans sa boulimie de transformer le pays en une nation moderne, ce qui est totalement louable, vient de s’attaquer aux transports en France, sur la SNCF en particulier.

Il n’a pas tort. Il est enfin temps de passer du transport ferroviaire du 19ème siècle, de la locomotive à vapeur et de la Bête Humaine au train à grande vitesse et à la concurrence « normale » en Europe.

Il est temps de donner à nos compagnies, qu’elles soient ferroviaires ou aériennes, les moyens de nos ambitions. Je suis d’ailleurs pratiquement certain que la réforme SNCF se passera beaucoup mieux que ce que les grands experts le prédisent et que les syndicats n’auront pas les moyens de bloquer éternellement ce qu’ils considèrent comme étant des « propriétés personnelles ».

Pour l’aérien, le problème est aussi complexe. Hormis Air France, laquelle n’est pas pour autant en grande forme, le pavillon français est en danger quasi de mort…

Et le plutôt, parce que tard, ce sera trop tard et nos compagnies françaises devront s’adosser à des puissants, à moins que, véritable enjeu économique, ces dernières n’arrivent, enfin, à trouver une solution ensemble. On peut rêver...

Dominique Gobert - DR
Dominique Gobert - DR
En attendant, chacun se débrouille dans son coin et c’est loin d’être la panacée, jouant surtout à coups de tarifs à bas coûts (eh oui, j’aime ces mots), allant même vers un dumping tarifaire qui dépasse très souvent les coûts (encore) de fabrication.

A terme, c’est du suicide et on commence à s’en apercevoir, ce qui ne pourra plus durer : par exemple, un ticket sur la Réunion, vendu 400€ et qui demande quelque 750€ pour sa fabrication !

Et que, lorsque je constate qu’un ticket est vendu à San Francisco à 169€, je me dis qu'y a un truc qui tourne plus rond dans les turbines…

En revanche, il est clair que, au lieu de se tirer la bourre entre compagnies frenchies, il serait peut-être un peu temps de redéfinir les champs d’action des uns et des autres et surtout d’appliquer, enfin, une véritable politique du transport aérien français.

Et comme pour les projets envers la SNCF, d'harmoniser enfin les différences sociales, ce qui nuit, bien évidemment, à d'éventuels accords... fusionnels !

Un bon exemple, le cas de Corsair, compagnie pour laquelle, il est vrai, j’ai un peu d’affection...

Cette dernière, en attendant de s’adosser ou de « s’entendre » avec une autre compagnie (j’espère française), avait réussi à se positionner sur Dakar et le Sénégal. Avec l’appui des autorités du pays et une certaine indifférence des nos pouvoirs publics, malgré la réticence d’Air France.

CependantLe gouvernement français joue sur deux tableaux. Et le Sénégal, après avoir encouragé Corsair à se positionner sur cette liaison entre Paris et Dakar, commence à faire marche (ou vol) arrière.

Du coup je ne suis pas sûr que, malgré son succès, Corsair puisse continuer à bénéficier des droits de trafic sur cette ligne.

Maintenant, la compagnie se trouve confrontée au même problème sur l’axe France-Réunion-Madagascar. Tout ça parce qu’Air Austral, alliée à Air Madagascar, ne s’en sort indéniablement pas face à l’agressivité tarifaire de Corsair.

En même temps, Air Madagascar n’a jamais réussi à assurer en toute sérénité et surtout en toute réussite financière la moindre liaison entre la métropole et sa capitale.

Le ministre des transports malgache a beau dire qu’il est prêt à ouvrir son ciel et coopérer avec les autres opérateurs, il se doit de protéger sa compagnie nationale ! C’est bien de protéger, mais faudrait aussi comprendre que la concurrence est active et que l’on ne peut pas vivre éternellement des subventions de la communauté internationale…

Et que ça va bien comme ça ! Il est temps, maintenant, que toutes nos compagnies fassent, enfin, front commun. Il en va de la vie de milliers de salariés… et bien entendu, du pavillon français !

Ou alors, on vend tout aux chinoas… question de débrider le marché ?

Lu 2104 fois

Notez



1.Posté par landru le 01/03/2018 09:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est assez cocasse dans le même article de prôner le concurrence, "normale " pour le ferroviaire et dans un 2eme temps de la déplorer en quelque sorte lorsqu'il s'agit des compagnies aériennes qui bradent les billets d'avion.
Si on est pour le libre concurrence on accepte que des entreprises se cassent la figure à cause des décisions hasardeuses des dirigeants (pas que , je vous l'accorde)
Petit syndrome de schizophrénie ??

2.Posté par eurofans le 01/03/2018 11:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous avez raison Dom , il est temps que des compagnies comme Aigle Azur , Corsair Xl airways et aussi Air France réagissent sinon Gare!!!!!Mais vous avez des nouvelles justement des remaniements qui étaient annoncé par la presse début février?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle