TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e



La case de l’Oncle Dom : tourisme au Burundi, la grande arnaque !

L’édito de Dominique Gobert



Je n’ai pas une estime particulière pour toutes ces agences de communication qui, moyennant finances, arriveraient à vendre de la glace aux esquimaux ou de la m… à un vidangeur. Néanmoins, quand c’est pour une cause juste, ça se souligne !


Rédigé par le Mercredi 16 Mai 2018

La Cour Pénale Internationale a autorisé le 25 octobre 2017 l’ouverture d’une enquête sur les crimes contre l’humanité qui auraient été commis au Burundi. - DR Google Map
La Cour Pénale Internationale a autorisé le 25 octobre 2017 l’ouverture d’une enquête sur les crimes contre l’humanité qui auraient été commis au Burundi. - DR Google Map
C’est un communiqué publié par la Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme (FIDH), en association avec l’agence We Are Social, qui a attiré notre attention.

Ça se passe au Burundi, ce petit pays d’Afrique de l’Est, au bord du lac Tanganyika, où il ne fait pas si bon vivre que ça.

Un pays pourtant que ses dirigeants se plaisent à décrire comme une sorte de jardin d’Eden, paisible, aux paysages idylliques. Bref, une carte postale en couleurs… qui est loin de refléter la triste et brutale réalité.

Depuis trois ans, en 2015, un Président qui dure et dure et dure encore, Pierre Nkunrunziza (pas facile à prononcer) maintient le pays sous un joug de fer. Dans quelques jours, ce roi président entend bien se faire réélire pour un mandat… indéterminé et au moins jusqu’en 2034 !

En trois ans, si j’en crois les organismes internationaux, plus 1 700 personnes ont été flinguées et des centaines de milliers d’autres tentent de fuir le pays.

Sans que les Nations Unies paraissent y marquer un quelconque intérêt !

Certes, j’entends déjà les commentaires, de ceux qui vont se demander ce que cette « banale » histoire vient faire dans le monde du tourisme…

Pas grand-chose, c’est vrai, puisque tout le monde s’en fout et que les caméras ne sont pas sur place.

La FIDH, afin d’attirer l’attention du monde dit « civilisé », a eu la bonne idée cependant de jouer le «tourisme ».

Et quoi de mieux que les réseaux sociaux pour accueillir cette nouvelle agence de voyages, Destination Burundi ?

Une belle campagne de promotion touristique, « I love Burundi », un pays jeune et dynamique, en pleine expansion.

Des paysages « à couper le souffle » comme on dit dans les bons grimoires publicitaires, des animaux en veux-tu en voilà, de quoi rendre malade mon ami Lebouteux et sa passion pour les grandes réserves de Tanzanie.

Quant aux habitants, un peuple gentil, accueillant, souriant. Bref, que du bonheur !

Ça me fait penser à un film du même acabit, diffusé il n’y a pas si longtemps que ça, vantant les mérites touristiques… de la Syrie.

Je l’avais d’ailleurs narré dans un de mes éditos mais je n’arrive pas à le retrouver dans nos archives !

Bref, la suite de ce petit chef-d’œuvre de cette vraie-fausse, (faut-il le rappeler) promotion est beaucoup plus réaliste : « On découvre que les voix qui vantaient les mérites du Burundi dans le film sont en fait... celles de réfugiés burundais, forcés à quitter leur pays.

Alors, si le Burundi est si beau, pourquoi 400 000 personnes ont-elles été contraintes de partir ?
»

Et là, je laisse la parole à la FIDH : « Ces trois dernières années, 400 000 Burundais ont dû quitter le pays, plongé dans une nouvelle spirale de violences et de répression depuis que son Président, Pierre Nkurunziza, a décidé en avril 2015 de se présenter à un troisième mandat, au mépris de sa Constitution.

Tortures, disparitions forcées, assassinats, arrestations et détentions arbitraires… le quotidien des Burundais, des opposants et de la société civile indépendante, a sombré dans la terreur.

Au point que la Cour Pénale Internationale a autorisé le 25 octobre 2017 l’ouverture d’une enquête sur les crimes contre l’humanité qui auraient été commis au Burundi.

Entre avril 2015 et le 6 mai 2018, la Ligue ITEKA a répertorié 1 710 meurtres, 486 cas de disparitions forcées, 558 victimes de torture et 8 561 arrestations arbitraires, majoritairement liés à la crise politique et à la répression du régime
».

Je vous laisse le soin de méditer sur cette destination idyllique à laquelle vous ne manquerez pas de postuler pour vos prochaines vacances !


Lu 1577 fois

Notez



1.Posté par Thomas B. le 17/05/2018 00:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Balayer devant sa porte" : TourMaG.com relaie régulièrement les info tourisme de la Biélorussie, la dernière dictature d'Europe mais Môssieur Gobert n'en a que faire !

Si nous ne vendions que les belles démocraties, nous n'enverrions pas de voyageur en Chine, à Cuba, en Colombie, en Egypte, pour ne citer que de "grands pays touristiques"

2 poids, 2 mesures... un édito à la Gobert.

2.Posté par FOURMENT le 17/05/2018 09:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
QUID de la Palestine quand Israel est vantée?

3.Posté par PASCAL le 17/05/2018 12:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Thomas,
C'est comme si tu disais : "A quoi sert la condamnation de l'excision en Afrique, on a pléthore de violence sexuelle en France..."
Et puis y a-t-il eu 1700 morts "politiques" et 400 00 déplacés ces 3 dernières années en Biélorussie?
A force de tout niveler "tous pourris!", soit on flingue à tout va, soit on baisse les bras
Il y a peut être d'autres chemins non...

4.Posté par Rwenyuza-bangiricenge le 17/05/2018 18:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr Heureusement qu'il y a des gens qui connaissent un peu plus le Burundi. Je suis ressortissant de ce pays. Je voudrais autant que se peut apporter ma modeste contribution dans ce cette serie d'affirmation.

Nous vivons une époque terrible. Chaque occidental qui sejourne une semaine dans un pays subsaharienne en sort estampillé spécialiste.

La pormotion permanente du chaos est dévenu le fond de commerce de l'occident. Pensez à ce que l'on a fait à la Libye de Kaddafi après avoir empôché ses milions.

Pensez à la côte d'Ivoire de Bagdbo, nous savons aujourd'hui que cdernier menacait les juteux contrats des entreprises françaises, en sus de ne pas pouvoir être maître de son économie puisque c'est la France qui bat monnaie de la Côte d'Ivoire.Voyer du côté de médiapart c'est très bien documenté.

Pensez à Pascal Lissouba du Congo, remercié parce qu'il s'intéressait trop aux recettes liés au Pétrole congolais. On sait aujourd'hui qu'il est sous côté par rapport à sa valeur réelle sur le marché.

Je n'oublie pas les fameux armes de destructions massives en Iraq.

Pourquoi ne pas dire exactement pouquoi on n'en veut au Burundi. Que le Président qui ne doit surtout pas être aimé par tous a tout de meme annulé bon nombre de contrats qui étaient désavantageux pour le Burundi, pour en attribuer aux nouveaux venus sur le continant africain , notamment les chinois les russes etc ..

Pourquoi voulez vous envoyer des gens devant cette cour de Lahye, si décrié que le #Burundi lui même a remarqué que c'est un piège à Afrique ains, https://www.mediapart.fr/journal/international/dossier/notre-dossier-les-secrets-de-la-cour

Quand aux gens qui fuient, nous autres Burundais on sait, dans un pays qui a passé 40 ans au moins sous une dictature militaire soutenu par les mêmes promoteurs des droits de l'homme d'aujourd'hui, on sait fuir c'est la mêlleure des options. Remarquons quand même qu'après un trésor d'explications et d'explicitation plus des 200000 des 400000, de ces réfugiés sont rentrés chiffres du minist!ère de l'intérieur burundaise n'en déplaise au HCR qui y voient un moyen d'augmenter ses dotations financières.

Bref, le Burundi a ses problèmes et ils trouveraient ses réponses si l'occident ne passait pas le clair de son temps à vouloir lui dicter ce qu'il doit faire, non pas dans l'intérêt des Burundi ais mais bien pour l'intérêt des occidentaux. Ces Objectifs de ces derniers n'ont jamais changé depuis l'époque de l'esclavage, en passant par la colonisation: jusqu'à nos jours.

Laissez nous la paix

5.Posté par PASCAL le 17/05/2018 18:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr Rwenyuza-bangiricenge,

Je cite:"le Président qui ne doit surtout pas être aimé par tous a tout de meme annulé bon nombre de contrats qui étaient désavantageux pour le Burundi, pour en attribuer aux nouveaux venus sur le continant africain , notamment les chinois les russes etc .. "

Un paragraphe et tout est dit, russes et chinois ont su être mieux disant pour corrompre "le Président"... j'adore au passage le P majuscule du président.

Pour le reste, il y a du vrai mais rien ne justifie la corruption et les agissements de votre gouvernement
Si vous voulez qu'on vous laisse en paix, apprenez à vivre en paix le plus honnêtement possible, le reste viendra tout seul

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.
Partenaire de Depositphotos.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle