TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e




Le Sénat et 15 villes européennes déclarent la guerre contre Airbnb

Les maires peuvent réduire le nombre de nuitées Airbnb à 60



Le Sénat vient de frapper fort et déclarer la guerre à Airbnb. Alors qu'en début du mois Paris sonné la révolte avec 14 autres villes européennes, la chambre législative a décidé d'accorder aux maires la possibilité de réduire par deux le nombre de nuitées. De quoi fragiliser Airbnb ?


Rédigé par La Rédaction le Mardi 29 Octobre 2019

15 villes européennes et le Senat s'attaquent au business d'Airbnb - Crédit photo : @jamdesign
15 villes européennes et le Senat s'attaquent au business d'Airbnb - Crédit photo : @jamdesign
Les tempêtes automnales ne secouent pas seulement les habitations mais aussi la grande maison Airbnb. Depuis le début du mois d'octobre, la plateforme a connu de nombreuses attaques contre son activité, notamment en Europe.

Il y a quinze jours, le lundi 14 octobre, 15 villes européennes se liguaient derrière la bannière Parisienne, pour affronter le géant Américain de la location d'appartements.

«Nous souhaitons que la nouvelle Commission européenne prenne désormais un peu plus en compte la voix des habitants, plutôt que celle des lobbyistes» a ainsi fait savoir Ian Brossat, sur le site de cnews. L'objectif de cette fronde étant de réduire la zone d'influence d'Airbnb en Europe, en faisant évoluer un cadre législatif obsolète car conçu bien avant l'existence de ces nouveaux acteurs.

Et si au niveau Européen, les choses évoluent lentement, en France les Sénateurs ont décidé de prendre les devants.

Face à des villes vidées non pas par la plateforme, mais par l'appât du gain des propriétaires de logements, le Sénat a voté un amendement permettant aux maires de pouvoir restreindre à 60 le nombre de nuitées, chaque année, d’une résidence principale en Airbnb, ou plateformes du même type.

Qui sortira gagnant ?

Auparavant, les propriétaires pouvaient louer leur logement principal, 4 mois dans l'année, soit 120 jours. Si le projet a été adopté par le Sénat, il n'en reste pas moins que le dernier mot reviendra à l'Assemblée nationale qui pourrait être largement influencée, par l'avis négatif donné par le gouvernement.

La sénatrice PS de Paris, Marie-Pierre de la Gontrie qui a présenté 3 amendements, le mercredi 16 octobre 2019, justifiait cela car "i[toutes les grandes villes et toutes les villes touristiques connaissent ces difficultés qui amènent à ce que des propriétaires décident de ne plus offrir à la location classique leurs biens[...]

A Paris, entre 20 000 et 30 000 logements sont ainsi détournés de l’objet de l’occupation par des habitants.]i" Dans le même temps, Ian Brossat, l'adjoint chargé du logement de la Capitale, avançait un constat nettement plus important, puisque ce serait entre 30 et 60 000 logements parisiens seraient exclusivement dédiés à cette activité touristique.

Le développement à l'extrême de cette activité commerciale a généré de véritables quartiers morts en plein coeur de Paris, vidés de leurs habitants. La décision du Sénat pourrait bien fragiliser à terme le business de la plateforme, d'autant qu'un peu plus au nord, Amsterdam a limité à 30 nuitées, la durée de location d’une résidence principale sur Airbnb.

La guerre est déclarée, mais qui en sortira vainqueur ? Le tourisme ou les villes ? Une chose est sûre, il est important que le temps législatif se calle de plus en plus sur celui de l'économie et de l'innovation, sous peine de créer des monstres, qu'il sera très compliqué à bouger et faire mincir.

Lu 1916 fois

Tags : airbnb, paris, senat
Notez


1.Posté par Charlotte le 29/10/2019 14:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cet amendement est un non-sens : il réduit la possibilité de louer sa propre résidence principale, alors que par définition, une résidence principale ne se retrouvera jamais sur le marché locatif traditionnel. C'est donc un véritable contre-sens.
Quand à voir des quartiers morts à Paris, j'aimerais bien savoir lesquels : il y a trop de monde à Paris, la ville est surpeuplée : si vous m'indiquez un "quartier mort", je suis preneur...
Amsterdam a limité a 30 jours : ok mais à Berlin on a le droit de louer sa résidence secondaire, à Rome il n'y a pas de limite, à Naples, à Florence non plus...
Il serait bien de présenter un article plus équilibré et moins partial, vous ne croyez pas ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.









Dernière heure











TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
La Travel Tech
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips