Nos bureaux sont fermés du 01/08 au 21/08. Retour de la newsletter quotidienne le 22/08/2022. Bel été !
TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Le client sera-t-il gagnant avec la NDC ? "Pas si simple !"

Un débat lors de la dernière Masterclass de GBTA



A coup sûr, avant la mise en place programmée de la surcharge GDS par Air France au mois d’octobre, la norme NDC sera l’un des sujets qui fera le plus causer dans les salons ou colloques de la rentrée. Lors de la dernière Masterclass de GBTA France, nous avons eu un avant-goût des interrogations des acheteurs et des réponses des compagnies aériennes.


Rédigé par le Lundi 25 Juillet 2022

De gauche à droite : Vincent Ausseau (Air France), Bertrand Flory (Emirates), Sarah Messaoui (Total), Jea-Christophe Carette (Amadeus) et Julien Chambert (CBT Conseil).
De gauche à droite : Vincent Ausseau (Air France), Bertrand Flory (Emirates), Sarah Messaoui (Total), Jea-Christophe Carette (Amadeus) et Julien Chambert (CBT Conseil).
D’entrée, l’animateur Julien Chambert (CBT Conseil) tient à dissiper tout malentendu autour de la définition de la norme NDC : « On fait bien souvent l’amalgame entre un langage de communication technique, qui remplace une norme des années 60 limitée par certains aspects, avec les stratégies d’offres et prix qui peuvent être proposées par les différents fournisseurs ».

Vincent Audusseau, directeur des ventes corporate d'Air France, ne dit pas autre chose : « C’est avant tout une norme technologique, l’intrusion d’Internet dans le schéma traditionnel des agents de voyages. Ce n’est plus un mythe mais bien une réalité.

70% des billets loisirs des agences en ligne proviennent du NDC. On est prêt à lancer des pilotes avec des clients corporate pour déployer plus largement l’outil. Il s’agit pour nous de reprendre le contrôle de l’offre.
»

Une valeur ajoutée pour tout l'écosystème du voyage d'affaires

Bertrand Flory, directeur des ventes d’Emirates, rassure les TMC sur les progrès réalisés par cette norme : « Aujourd’hui, il y a une centaine de compagnies dans le monde qui sont certifiées NCD, 50% le sont niveau 4 – vous pouvez faire le booking et l’après-vente.

Dans certains pays, c’est 30% des ventes. Le but ultime, c’est de contextualiser l’offre pour le voyageur
. »

Jean-Christophe Carette, directeur des ventes affaires Amadeus, ose cette comparaison : « C’est comme le passage de la voiture thermique à la voiture électrique, on ne change pas que le moteur.

C’est tout l’écosystème qui est bouleversé, l’agent de voyages, la compagnie aérienne, les OBT et l’ensemble des entreprises.
»

Si, effectivement, il y a bien un point que les compagnies mettent en avant, c’est que cette norme n’apportera pas que de la valeur ajoutée aux transporteurs, qui s’affranchissent ainsi des frais GDS. Bertrand Flory donne cet exemple : « Emirates met à disposition une voiture avec chauffeur pour toute vente en business, on ne peut pas le proposer en GDS mais on le fait avec le NDC ».

Il ajoute : « Pour les TMC, le développement de solutions plus visuelles permet aux conseillers voyages un accès facilité à l’offre et, en bout de chaîne, le voyageur accède à une offre beaucoup plus personnalisée. Il n’y pas que l’aspect tarifaire : c’est une révolution 4.0 qui permet de coller aux besoins du voyageurs qui ne sont pas les mêmes selon que l’on réalise quatre voyages internationaux par an ou trois déplacements par an ».

Voir la NDC comme quelque chose de simple

Représentante des acheteurs, Sarah Messaoui (TotalEnergies), émet quelques réserves. Si elle n’a pas de difficultés avec la norme elle-même, elle s’inquiète des options proposées qui pourraient faire sortir les voyageurs du cadre de la politique voyage. « Il va falloir faire des vérifications et obtenir des reportings clairs. Et pas de surcharge s’il vous plait ! »

Louis-Xavier Dumoulin, directeur senior des ventes entreprises CWT, en se veut rassurant : « La complexité, c’est la montée en puissance, mais à terme, il y aura un bénéfice ».

Pour Jean-Christophe Carette (Amadeus), si l’entreprise passe en direct avec un OBT, « c’est à l’éditeur de faire les réglages ou, le cas échéant, à l’agence qui doit paramétrer le système de façon qu’il n’y ait aucun abus ».

Bertrand Flory (Emirates) renchérit : « Il faut voir cela comme quelque chose de simple, c’est comme un catalogue et pas à la Prévert. Il n’est pas encore épais ». La moue de Sarah Messaoui (TotalEnergies) , à l’évocation du mon « simple », témoigne de tout le travail qui reste encore à faire pour co-construire l’offre.

Dernier point soulevé par Vincent Audusseau (Air France). « Avec le pricing continue, l’écart de prix se restreint entre deux classes, ce que l’on ne pouvait pas faire avec les GDS ».

Le mot de la fin pour Julien Chambert (CBT Conseil), à l’adresse de tous les acheteurs et travel managers : « Il va falloir travailler dès la rentrée avec vos partenaires pour profiter à moyen terme du NDC ». Pas si simple.

L'évènement Masterclass médaillé d’argent "évènement à ambition durable"

La Masterclass GBTA a reçu la médaille d’argent, selon les critères du label LEAD (Label Evènement à Ambition Durable). Cette reconnaissance prouve ainsi l’engagement de GBTA et Chateauform' pour organiser un évènement responsable et ainsi contribuer à un futur de l’évènementiel plus conscient des enjeux écologiques et sociétaux.

Pour atteindre la médaille d’argent, GBTA et Chateauform’ ont validé 11 des 12 mesures recommandées. L’or n’ayant encore jamais été atteint par aucun des événements audités dans le cadre de la labellisation LEAD, cela fait donc de la Masterclass un des évènements ayant obtenu la note la plus haute depuis la création de LEAD.

GBTA a souhaité s’engager en faveur de projets à impact positif en lançant une initiative solidaire : offrir à nos participants l’opportunité de soutenir des projets responsables. b[Avec la plateforme Captain Cause, les sponsors exposants ont pré-financé des dons, qui ont été redistribués par les participants de visite sur leur stand tout au long de la journée.]i

Au total, ce sont 150 dons qui ont été offerts pour un montant total de 4 700 € distribués aux projets associatifs suivants :

  • La lutte contre les déchets sauvages dès l’école, par MerTerre
  • L’écologie sur les bancs de l’école par Ma petite planète
  • Opération Commerces Solidaires par HopHopFood
  • Projet Forêt Sauvage : protéger le vivant ! Par Etats Sauvages
  • Wicode : une immersion dans le coding pour tous.te.s par Witech


Lu 1490 fois

Tags : gbta, gbta france, ndc
Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus





































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias