TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Les seniors sont-ils toujours une clientèle d’avenir ?

Décryptage de Josette Sicsic, Futuroscopie



Très frappé par la pandémie de Covid, le marché des seniors qui constitue une clientèle non négligeable pour le secteur touristique, va-t-il continuer de s’accroître ? Probablement. Mais, cette population qui a des exigences de plus en plus fortes en matière sanitaire, en aura encore plus. Est-on prêt à mettre les bouchées doubles pour l’accueillir ?


Rédigé par Josette Sicsic (Futuroscopie) le Vendredi 13 Novembre 2020

D’ici 202I, la part des jeunes seniors âgés de 65 à 74 ans ne cessera d’augmenter pour se stabiliser autour de 2070 - Depositphotos.com Syda_productions
D’ici 202I, la part des jeunes seniors âgés de 65 à 74 ans ne cessera d’augmenter pour se stabiliser autour de 2070 - Depositphotos.com Syda_productions
En France, selon le dernier Portrait social de l’Insee, la quasi-totalité de la hausse de la population d’ici 2070 concernerait les seniors, qui représenteraient alors 29% de la population nationale, soit, pas loin d’un tiers contre 20% à ce jour.

Toujours selon l’Insee et sans trop de surprise, la proportion des 65 ans et plus devrait continuer de croître rapidement jusqu’en 2040, année à partir de laquelle toutes les générations du baby-boom auront dépassé l’âge de 65 ans. Nous en avons donc bel et bien pour 20 ans à vivre dans un pays aux cheveux gris. Naturellement, la France n’est pas la seule dans ce cas de figure démographique. Le vieillissement de la population s’observe également au niveau européen. Au total, la proportion de seniors est passée de 14% à 19% entre 1990 et 2017 dans l’Union européenne qui reflète la même hausse qu’en France.

Autre point saillant de cette grande enquête : alors que les garçons sont un peu plus nombreux que les filles à la naissance, 47% des personnes âgées de 65 ans sont des hommes. Ils sont seulement 23% dans la population de plus de 95 ans.

Si l’écart d’espérance de vie entre femmes et hommes continue de se réduire, la pyramide des âges devrait s’équilibrer davantage d’ici 2070, avec 39% d’hommes parmi les personnes de 95 ans. De plus, d’ici 202I, la part des jeunes seniors âgés de 65 à 74 ans ne cessera d’augmenter pour se stabiliser autour de 2070. Voilà pour les effectifs.

Une meilleure santé physique

Dans le domaine de la santé des seniors qui est déterminant pour le secteur des loisirs, on remarque qu’entre 1968 et 2015, l’espérance de vie a augmenté de 6,4 ans pour les hommes et de 6,6 ans pour les femmes.

Ce qui permet à plus de seniors de vivre en couples et surtout en meilleure santé. Beaucoup plus intéressant : entre1981 et 2003, l’espérance de vie sans handicap ou gêne physique ou mental a bel et bien augmenté d’environ 5 ans pour les hommes et de 7 ans pour les femmes. Et, l’on estime que cette évolution pourrait bien se poursuivre.

Mais, cela n’empêche en aucun cas les affections physiques, notamment celles concernant les os et articulations qui touchent 63% des hommes et surtout des femmes de plus de 65 ans tandis que les douleurs du dos touchent une personne sur trois.

Réclamant des soins semi médicaux (thalassothérapie, balnéo, yoga…) ces affections sont de bon augure pour le secteur des loisirs !

Une santé mentale plus fragile

Le bien-être passant aussi et surtout par le bien être psychologique, où en est-on ? Parmi les personnes vivant à leur domicile, environ la moitié dit se sentir bien dans sa peau et sa tête. Mais, la sensation de bien-être est très inférieure pour ceux qui vivent en institution. Autre indication importante : ce sont les femmes qui sont plus déprimées que les hommes.

D’où une consommation de psychotropes et autres antidépresseurs et anxiolytiques non négligeable : 25%, hommes et femmes confondus déclarent avoir reçu une prescription les 12 derniers mois de l’enquête. A l’origine de ce mal de vivre, les limitations physiques, cognitives, sensorielles. La réduction des relations sociales et familiales est également très nocive pour le moral des personnes vivant seules à domicile mais également en couples.

Autre facteur de déprime, la diminution des activités qui, bien que contredisant l’image du senior hyper actif, randonnant, faisant du vélo, voyageant, arpentant musées et châteaux, est bien réelle. Surtout parmi les individus de plus de 74 ans.

Sur ce sujet encore, les chantiers sont nombreux pour les opérateurs de loisirs qui pourraient, alliés à des thérapeutes, proposer toutes sortes d’activités de « mindfulness » ou tout simplement de la convivialité.

France : la répartition géographique des seniors varie selon le territoire

Pour en revenir à des éléments géographiques donc touristiques, il convient de s’attarder sur la distribution de la population senior. Or, celle-ci varie grandement d’un département à l’autre.

Elle varie en fait du simple au triple ! Très élevée dans les départements de la Creuse, la Nièvre, le Lot, dans le Massif Central, le Sud où elle frôle les 30%, elle voisine autour de 11 à 15% en Île-de-France, dans le département du Rhône, le Nord, l’Ille-et-Vilaine.

Une carte qui devrait peu évoluer d’ici 2020. Mais, Guadeloupe et Martinique verront leur population vieillir, notamment à cause de l’hémorragie de jeunes. La Martinique avec 40% de seniors pourrait bien être pour sa part, le département français le plus âgé !

Les pays où l’on vit vieux

Outre l’Europe, notamment celle de l’Ouest, où la population a bel et bien tendance à grisonner de plus en plus tardivement, les continents où l’on vit le plus longtemps restent l’Amérique du nord, avec en particulier le Canada et les USA où l’espérance de vie est respectivement de 82,7 ans et de 79,7 ans (sources Ined).

Mais, un pays comme le Costa Rica n’est pas mal non plus tandis que l’on doit surtout citer le Japon où l’espérance de vie moyenne des femmes est de 87 ans et celle des hommes de 81 ans. En revanche, en Afrique, ce sont les populations jeunes qui dominent.

L’espérance de vie dans le monde

Afrique : 62,6 ans
Amérique nord : 80 ans
Amérique latine, Caraïbes : 75,8 ans
Asie : 73 ans
Europe : 78,2 ans
Océanie : 78,9 ans

Les conséquences négatives du vieillissement sur le territoire

Nous vivons donc dans un pays et sur un continent vieillissant, c’est un fait et un phénomène qui n’est pas sans conséquences sur l’économie et sur l’aménagement du territoire. Outre les équipements médicaux de proximité, la « silver économie » qui se met en place aujourd’hui un peu partout en France tente de soutenir des entreprises innovantes capables de soulager les plus âgés de nos concitoyens.

Si ce dynamisme est perçu très positivement par les populations concernées et les attire vers ces régions, il n’en est pas moins vrai que d’autres conséquences beaucoup moins positives, quant à elles, sont d’ores et déjà visibles.

Elles sont de deux ordres : concrètes et abstraites, matérielles et immatérielles. Bien que redécouvertes aujourd’hui, elles sont pourtant historiques. Car les destinations favorisées par les clientèles âgées existent depuis que le tourisme existe ou à peu près.

Ainsi, Nice, Cannes, Menton sur la Riviera ont longtemps été privilégiées par des clientèles aisées mais ayant dépassé la fleur de l’âge. Très pénalisées par les images qu’elles véhiculaient, ces villes et stations ont mis longtemps à renouveler leurs clientèles et à se façonner une image jeune et branchée.

Nice a même choisi de se positionner avec éclat sur la clientèle « gay ». C’est dire à quel point les bancs de la promenade des Anglais se transforment !

Un dynamisme en berne ?

Un pays jeune est-il donc plus attractif qu’un pays vieillissant ? La réponse semble à priori ne pas accepter la nuance. Oui, les pays jeunes possèdent un dynamisme et une énergie qui leur confèrent une grande partie de leur vitalité et attractivité. Ne serait-ce que parce qu’une population active y vit, y travaille, s’y déplace, s’y divertit et y élève des enfants qui, pour leur part, donnent aux territoires son dynamisme à travers leur présence, leurs écoles, jardins et parcs, leurs jeux, leurs commerces. Mais, cette image positive est contredite par des handicaps liés à la présence de personnes âgées. Lesquels ?

Appauvrissement matériel ?
Excepté dans les enclaves de luxe et les stations huppées, les seniors ne sont plus les riches retraités auxquels on avait fini par croire. Les seniors s’appauvrissent. Alors que les enclaves dorées fréquentées par une clientèle de luxe ont un bel avenir devant elles, certains territoires habités par une population plus modeste risquent de ne pas refléter l’aisance bénéfique aux images touristiques.

Déficit culturel ?
Bien que les plus de soixante ans soient friands de sorties, expositions, cinéma, concerts, leurs pratiques culturelles hors domicile diminuent avec l’âge. Les territoires vieillissants ont tendance à, défaut de réduire leur offre culturelle, à la transformer en l’adaptant aux goûts et aux horaires des plus âgés.

La chasse aux nuisances sonores
On peut également déplorer que la recherche légitime de silence et de tranquillité par les personnes les plus âgées soit source d’une chasse voire d’une répression des nuisances sonores. D’où la mise en veilleuse de la vie nocturne, des terrasses de café ouvertes tard dans la nuit, des orchestres et des fêtes obligés de tirer le rideau rapidement pour épargner le sommeil des riverains.

Des mobilités encombrantes
Le problème de la mobilité est crucial. Bien que notre société déploie beaucoup d’énergie à courir pour rester en forme, à faire du vélo et de la trottinette, les seniors se déplacent difficilement et nécessitent des véhicules à la fois encombrants et peu photogéniques !

En revanche, les seniors respirent l’authenticité

En revanche, on peut attribuer à la vieillesse des qualités qui confèrent au territoire la touche d’authenticité indispensable à leur attractivité.

Les vieilles personnes qui jouent aux cartes ou aux dominos dans les cafés de Grèce et du Maghreb, les vieux Irlandais qui sirotent leurs bières dans les pubs et entonnent à tue-tête les chants traditionnels tout en distillant quelques notes sur leurs accordéons, les aînés en Espagne et Italie qui lézardent au soleil à la terrasse des bistrots, les seniors parisiens qui vont danser la java au Bal à Jo… font partie des éléments de folklore que de nombreux pays revendiquent et n’hésitent pas à afficher dans leur stratégie promotionnelle.

Ne se contentant pas d’authentifier une destination, le senior apporte aussi une touche rassurante et ce parfum de longévité si recherché.

Il convient donc à tout prix, une fois la tempête covidienne passée, de préserver la clientèle senior. Donc, pour cela d’afficher tout simplement des chartes sanitaires exemplaires et de les garantir. Globalement à l’échelle du territoire mais aussi au niveau des principaux établissements publics et de loisirs. C’est à cette condition seule que la clientèle senior sera présente.

Lu 2232 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 15 Novembre 2020 - 07:00 Les aventuriers de demain seront-ils différents ?

 
































  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • GooglePlay
  • appstore
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • CampingMag
  • Partez en France
  • MontagneMaG
  • Ditex
 
Site certifié ACPM l'Alliance