TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e

logo TravelManagerMaG  



MICE : comment les JO impactent les évènements d’entreprise

Des événements reportés ou délocalisés


Les JO impactent fortement le marché du MICE. Pour éviter la saturation des hébergements et des transports, ainsi que de payer le prix fort, les entreprises décalent ou délocalisent certains événements initialement prévus entre mi-juin et septembre 2024.


Rédigé par le Vendredi 7 Juin 2024

JO de Paris 2024 :« Les entreprises se heurtent à la disponibilité des sites d'une part, mais aussi à la hausse des tarifs de l'ensemble des prestataires », explique William Edel, PDG de l’agence évènementielle Wagram & Vous. @depositphotos/BreizhAtao
JO de Paris 2024 :« Les entreprises se heurtent à la disponibilité des sites d'une part, mais aussi à la hausse des tarifs de l'ensemble des prestataires », explique William Edel, PDG de l’agence évènementielle Wagram & Vous. @depositphotos/BreizhAtao
Si l’accueil des Jeux Olympiques à Paris à l’été 2024 offre un gros coup de projecteur à la destination, ils bousculent le calendrier des événements d’entreprise.

« Quand on a vu les JO arriver, on s'est tous dit que ça allait être une super opportunité pour le marché, mais il s'avère que quand on creuse, on se rend compte que c'est beaucoup plus nuancé que ça », témoigne Arnaud Katz, PDG de Kactus.

Pour certaines entreprises, les JO apparaissent finalement comme un frein.

« On aurait pu penser que ça aller booster une période calme, mais il s'avère que ce n'est pas vraiment le cas. Une partie des événements qui auraient dû se passer sur cette période ne se passeront pas. Il y a beaucoup d'attentisme, beaucoup de peur, voire des réflexions. On lève le stylo sur une période qui va finalement de mi-juin à la rentrée de septembre », constate-t-il.

JO : des événements MICE délocalisés ou reportés

Les JO ont aussi pour effet de délocaliser des événements hors Ile-de-France.

« Les pays limitrophes comme la Belgique ou le Luxembourg ont pu profiter de l'opportunité des jeux Olympiques », précise William Edel, de Wagam & Vous.

En cette année olympique, les entreprises préfèrent décaler certains événements en juin et octobre. « On constate d’ores et déjà une forte demande de mi-septembre à octobre », précise Mickael Hadjadj, fondateur de Rejolt, qui note également « une forte augmentation de demandes de lieux dans la nature, à taille humaine. Cette tendance existait depuis la crise sanitaire, mais elle se renforce encore cette année et permet à des lieux plus excentrés de se faire connaître de la clientèle d’affaires ».

Lire aussi : MICE : Rejolt (ex-Business Table) s’attaque à l’international

Tarifs élevés, difficultés de déplacement…

Alors, quels sont les freins à l’organisation d’événements pendant les JO ?

« Les entreprises se heurtent à la disponibilité des sites d'une part, mais aussi à la hausse des tarifs de l'ensemble des prestataires », explique William Edel, PDG de l’agence évènementielle Wagram & Vous.

« Les boîtes flippent que ça leur coûte trop cher, que ce soit une galère de se déplacer, résume Arnaud Katz, de Kactus, mais se veut sécurisant. « Le discours que l’on tient est : « rassurez-vous, il y a toute une offre disponible pour faire, comme d'habitude, vos soirées d'été. Vous pouvez les réserver et il n'y a pas de quoi paniquer. » »

Une inquiétude qui a allongé le délai d’anticipation. « Il y a entre 20 jours et 25 jours ouvrés de plus d’anticipation dans la réservation d'événements. Quand début mai ou fin avril, les entreprises bookaient pour cet été, cette année, elles sont déjà en train de booker pour la rentrée de septembre », note le PDG de Kactus.

Le bénéfice des JO se fera-t-il sentir dans les mois ou années à venir ?

« Le développement des infrastructures est positif : transport en commun, aménagement… Typiquement, je ne suis pas sûr qu'on aurait eu un métro jusqu’à Orly sans les JO. Ou en tout cas, il aurait fallu avoir des années et des années », se réjouit le PDG de Kactus.

« Cette année atypique permettra sans doute à des acteurs plus nombreux et plus divers d’accéder à cette clientèle d’affaires, et s’avèrera en ce sens bénéfique pour tout le secteur », conclut Mickaël Hadjadj.

Retrouvez notre dossier spécial JO Paris 2024.


Lu 2540 fois

Tags : dossierjo, mice
Notez

Nouveau commentaire :

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >




































TourMaG.com
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Bing Actus
  • Actus sur WhatsApp
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias