TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Nouveau BSP : faut-il encore être agréé IATA pour vendre de la billetterie ?

Le nouveau modèle aurait déjà attiré beaucoup d'agences



Au 1er juillet 2019, l’ancien BSP IATA a laissé place à NewGen ISS, une nouvelle plateforme d’émissions de billets d’avion. Censée apporter plus de flexibilité et d’indépendance financière aux agences de voyages, elle reste toutefois fortement concurrencée par des plateformes tierces et est même pointée du doigt pour abus de position dominante. Alors, si vous voulez encore vendre de la billetterie, avez-vous besoin d’un agrément Iata ?


Rédigé par le Lundi 18 Novembre 2019

Déjà implémenté dans plus de 60 pays, ce BSP nouvelle génération se veut moins rigide et propose trois différents modèles d’accréditation - DR : DepositPhotos, Vadmary
Déjà implémenté dans plus de 60 pays, ce BSP nouvelle génération se veut moins rigide et propose trois différents modèles d’accréditation - DR : DepositPhotos, Vadmary
Le BSP, tel que le connaissaient depuis des années les agents de voyages, n’est plus.

Depuis le 1er juillet dernier, l’Association internationale du transport aérien (Iata) a imposé son nouveau système NewGen ISS aux 4 000 professionnels du tourisme agréés en France.

Déjà implémenté dans plus de 60 pays, ce BSP nouvelle génération se veut moins rigide et propose trois différents modèles d’accréditation.

« Le but : donner plus d’indépendance financière et de flexibilité aux agences de voyages qui peuvent choisir le modèle le plus adapté à leur business model », affirme Michael Herrero, directeur des opérations stratégiques chez Iata.

L’agrément « plus utile que jamais »

Après des mois de présence sur les congrès et workshops, de sessions éducatives et de communications en tous genres auprès des agents de voyages français, Iata estime que la transition s’est passée sans incidents ni blocage d’émissions, mis à part pour une trentaine d’agences qui ont dû fournir une nouvelle garantie financière.

« Pour la plus grande partie des agences, ça a été complètement transparent, rien n’a vraiment changé. Nous nous sommes appuyés sur l’expérience des autres marchés, sur nos contacts avec les Entreprises du Voyage et les grands groupes, et avons aussi mis en place un numéro et un chat d’assistance 24h/24 et 7 jours sur 7 », se réjouit Robert Chad, directeur France.

Mieux, le nouveau BSP aurait déjà attiré beaucoup de nouvelles agences, autrefois non agréées, vers Iata.

Sur les 600 agences agréées GoLite dans le monde, près des deux tiers seraient des nouvelles recrues. « Il est plus que jamais utile, et facile, d’être agréé Iata », martèlent Robert Chad et Michael Herrero.

« Pour maîtriser ses flux de trésorerie, sa distribution, être indépendant et surtout pour obtenir une vraie reconnaissance mondiale auprès des compagnies aériennes, nous fournissons une plateforme de confiance entre les compagnies et les agences de voyages », affirment-ils.

Une plainte à la Commission européenne

Robert Chad et Michael Herrero - DR : IATA
Robert Chad et Michael Herrero - DR : IATA
Au-delà de cet optimisme de façade chez le géant mondial de la distribution aérienne, certaines voix s’élèvent dans le secteur pour se plaindre des règles dictées.

« Nous sommes complètement dépendants de leurs faits et gestes, en plus de ne pas tout saisir à l’utilisation du système », déplore un agent de voyages.

Pour Frédéric Pilloud, responsable digital chez Misterfly, (un consolidateur aérien qui permet aux agences de voyages d’émettre leur billet sans passer par Iata, ndlr), « aujourd’hui pour vendre sur Iata, il faut un avoir un service compta en béton : les systèmes de garantie et de mode de paiement sont très complexes, il y a des procédures de paiement à respecter à la lettre… ».

En chœur, les Misterfly, Resaneo, et autres Bourse des Vols le clament : ils proposent, nouveau BSP ou pas, une palette d’offre aérienne plus simple d’utilisation, plus large (en incluant par exemple toutes les compagnies low cost), plus profonde, et des tarifs mieux négociés que Iata.

« Si l’on ne vend que du loisir et que l’on a pas besoin de modifier ses tarifs souvent, il n’y a pas beaucoup d’intérêt à être Iata. Le but de notre industrie, c’est de pouvoir vendre du voyage rapidement et simplement », estime même Frédéric Pilloud.

De son côté, l’association de compagnies aériennes met toujours en avant l’indépendance financière qu’elle apporte aux agences.

Certains estiment même que Iata, en imposant de la sorte ses conditions, tombe dans l’abus de position dominante. Ce qui a poussé l’Ectaa, l’association des voyagistes européens, a déposer une plainte en ce sens auprès de la Commission européenne le 24 mai dernier.

« NewGen ISS impose 3 couches supplémentaires de conditions onéreuses et disproportionnées aux agences qui veulent conserver et opérer sous le modèle de l’accréditation Iata. Les agences vont finir par renoncer à faire de la billetterie aérienne. Ces règles de fonctionnement sont dictées par leurs concurrents, les compagnies aériennes ! », lançait Michel de Blust, ex-secrétaire général de l’Ectaa.

Des remous qui ne semblent pas inquiéter Iata. « Nous n’avons été notifiés d’aucune plainte jusqu’à présent », affirme Michael Herrero. « Depuis 50 ans, nous évoluons dans les règles, et dans la plus grande transparence avec les juridictions locales et les autorités de la concurrence », ajoute-t-il.

Aux dernières nouvelles, la plainte de l’Ectaa serait toujours en cours d’examen par la Commission européenne. Si elle est acceptée, la procédure qui en suivra devrait se poursuivre sur plusieurs années.

Le nouveau BSP a encore de beaux jours devant lui…

NewGen ISS : ce qui a changé

En plus du modèle GoStandard correspondant à peu de chose près à l’ancien modèle d’accréditation, les agences peuvent aussi choisir le modèle GoLite, sans garantie financière et avec un mode d’émission par carte de crédit, ou le modèle GoGlobal, pour les grandes agences multi-pays.

NewGen ISS met aussi en place un seuil monétaire pour les modes d’émissions en cash (RHC pour Rétention holding capacity, avec alertes automatiques à 50%, 75% et 100% du seuil), et un système de porte-monnaie électronique optionnel (et gratuit) baptisé EasyPay.

Pierre Georges Publié par Pierre Georges Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Pierre Georges
  • picto Instagram
  • picto Twitter
  • picto email

Lu 2867 fois

Notez



1.Posté par mille sabords le 19/11/2019 11:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand la profession s' intéressa t- elle à la " clause de non recours " imposée aux agences de voyages dans les résolutions IATA du manuel de vente. Cette clause bien cachée dans les textes des résolutions défavorable aux agences de voyages est une clause abusive dans une position dominante soutenue dans l'assignation ECTAA le 24 MAI. 2019..
IATA a le culot de dire:
. « Nous n’avons été notifiés d’aucune plainte jusqu’à présent », affirme Michael Herrero. « Depuis 50 ans, nous évoluons dans les règles, et dans la plus grande transparence avec les juridictions locales et les autorités de la concurrence », ajoute-t-il."
Quelle transparence ??
Il est regrettable que l'EDV, le service juridique, la commission aérienne en charge des relations avec IATA, et les journaux professionnels ne s'intéressent pas vraiment à la procédure ECTAA et aux abus des modifications des résolutions IATA qui étranglent un peu plus chaque année les agences de voyages via les diktats BSP .
Souhaitons que, dans le cadre de la plainte déposée par l' ECTAA, BRUXELLES traite le sujet avec autant de conviction qu'elle a traité la garantie financière illimitée imposée aux agences de voyages,et faire respecter l' équilibre des contrats.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 13 Décembre 2019 - 17:53 TAP Air Portugal retire son dernier Airbus A330-200




Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
La Travel Tech
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips