TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Outre-Mer : quarantaine et test PCR négatif pour les voyageurs à partir de lundi 18 janvier 2021

Nouvelles modalités pour les voyages entre les Outre-mer et l’Hexagone



Suite aux annonces du Premier ministre renforçant les mesures sanitaires, le Gouvernement a modifié les conditions sanitaires concernant les voyages à destination et en provenance des Outre-mer dans le décret n° 2021-31 du 15 janvier 2021. Voici les nouvelles modalités indiquées par le ministère des Outre-Mer.


Rédigé par La Rédaction le Dimanche 17 Janvier 2021

Les conditions d'entrée pour les DOM-TOM se durcissent fortement /crédit DepositPhoto
Les conditions d'entrée pour les DOM-TOM se durcissent fortement /crédit DepositPhoto
C'est un nouveau durcissement qui va voir le jour pour les voyages en direction des départements d'Outre-Mer à partir de ce lundi.

Le port du masque est obligatoire dans l’avion et dans les aéroports pour chaque voyage.

Les voyageurs qui se rendent à l’aéroport pour prendre un vol à destination des Outre-mer doivent pouvoir présenter lors d’un contrôle l’attestation dérogatoire de déplacement pendant les heures de couvre-feu (disponible sur le site du ministère de l’Intérieur).

De l’Hexagone vers les Outre-mer : conditions à présenter à l’embarquement

Présentation d’un test PCR Covid 19 négatif réalisé dans les 72h avant le vol (à compter de lundi 18 janvier).

Présentation par les voyageurs d’une attestation sur l’honneur déclarant l’absence de symptômes, les engageant à s’isoler pendant 7 jours après l’arrivée et à effectuer un test PCR à l’issue (à compter du lundi 18 janvier).

Pour la Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna et la Polynésie Française, cette mesure ne s’applique pas, les autoritaires locales ayant déjà pris des dispositions spécifiques dans le cadre de leurs compétences sanitaires.

Justification d’un motif impérieux pour les passagers à destination de la Nouvelle-Calédonie, de Wallis-et-Futuna, de la Polynésie Française (avec des adaptations locales), de la Guyane et de Mayotte.

Conditions à présenter à l’embarquement des Outre-mer vers l’Hexagone

Présentation d’un test PCR Covid 19 négatif réalisé dans les 72h avant le vol au départ de Mayotte, de La Réunion et de la Guyane (à compter du lundi 18 janvier).

Au départ de la Guyane, de Mayotte et de La Réunion, les voyageurs doivent remplir une attestation sur l’honneur déclarant l’absence de symptômes, les engageant à un auto-isolement pendant 7 jours après l’arrivée et à effectuer un test PCR à la fin de l’isolement (à compter du lundi 18 janvier).

Justification d’un motif impérieux pour les passagers en provenance de la Nouvelle-Calédonie, de Wallis-et-Futuna, de la Polynésie Française (avec des adaptations locales), de la Guyane et de Mayotte.

Des Outre-mer vers les Outre-mer : conditions à présenter à l’embarquement :

Présentation d’un test PCR Covid 19 négatif réalisé dans les 72h, à compter du 18 janvier, pour les passagers voyageant entre :
- Mayotte et la Réunion (déjà en vigueur),
- la Guyane et les Antilles,
- Saint-Martin/Saint-Barthélemy et la Guadeloupe/Martinique.

En revanche, pas d’obligation de test entre la Martinique et la Guadeloupe.

Au départ de la Guyane, de Mayotte et de La Réunion, les voyageurs doivent remplir une attestation sur l’honneur déclarant l’absence de symptômes, les engageant à un auto-isolement pendant 7 jours après l’arrivée et à effectuer un test PCR à la fin de l’isolement (à compter du lundi 18 janvier).

Justification d’un motif impérieux pour les passagers entre La Réunion et Mayotte, entre Guyane et Antilles et entre Saint-Martin et Guadeloupe/Martinique.

Lu 25152 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par Yves BROSSARD le 18/01/2021 03:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Auto-isolés ou Auto-risés ? Où est l’intérêt général ?

Relativement à l’entrée des visiteurs dans les îles de Guadeloupe, qu’ils aient déjà réservés, ou qu’ils soient candidats aux vacances dans les îles de Guadeloupe, ces visiteurs semblent tous être dans l’expectative. Il y a de quoi, tant les textes sont sujets à interprétation, peut-être volontairement d’ailleurs. Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup !

Comment clarifier la situation, au 17/01/2021 ? Quels sont les faits ? Où situer l’intérêt général ?

1- les restaurants et plages restent ouverts dans les îles de Guadeloupe ;

2- la situation sanitaire est beaucoup plus favorable dans les îles de Guadeloupe qu’en métropole ; selon le dernier communiqué commun de l’ARS et de la Préfecture de la Guadeloupe, en date du 12 janvier 2021, si on considère uniquement les personnes testées sur la Guadeloupe, le taux d’incidence est de 23,61 / 100 000, au-dessus du seuil de vigilance de 10/100 000 habitants, mais très inférieur au seuil d’alerte de 50/100 000 habitants (Source SIDEP ARS) ;

3- aucun motif impérieux n’est nécessaire pour se rendre de la métropole vers les îles de Guadeloupe ; et donc les visiteurs sont, de fait, autorisés à se rendre sans restriction dans les îles de Guadeloupe ;

4- le test PCR négatif est requis pour l’aller comme pour le retour, assurant une protection plus que raisonnable des populations ;

5- le voyageur doit souscrire une engagement en 4 points décrits précisément ci-après : tous les écrits des commentateurs ou administrations multiples et diverses, qui évoquent des obligations - supposées - qui ne figurent pas dans ces 4 engagements, ne respectent pas le périmètre clair des engagements définis unilatéralement et limitativement par le gouvernement lui-même, et/ou le Préfet qui en est le représentant ;

6- une contradiction réside néanmoins dans le fait que les îles de Guadeloupe soient libres d’accès pour tous les visiteurs (absence de motif impérieux) et, « qu’en même temps », un auto-isolement prophylactique de 7 jours soit requis par l’autorité administrative ; Wikipedia définit ainsi la prophylaxie : elle « désigne le processus actif ou passif ayant pour but de prévenir l'apparition, la propagation ou l'aggravation d'une maladie, par opposition à la thérapie curative, qui vise à la guérir." Donc l'auto-isolement est une mesure individuelle de prévention, pas une mesure d'enfermement collectif comme c'était le cas lors du confinement. Tous les gestes barrières et le port du masque doivent donc être respectés dans les lieux publics. Et les règles de distanciation, par exemple de 3 mètres, constituent une mesure sérieuse d'auto-isolement. Le port du masque constitue aussi une mesure sérieuse d'auto-isolement. La location d'un voiture individuelle constitue aussi une mesure sérieuse d'auto-isolement. La location d'un appartement constitue aussi une mesure sérieuse d'auto-isolement puisque cela évite d'aller trop souvent dans les restaurants ;

7- l’auto-isolement est donc un acte positif, et individuel. Et puisqu’il est individuel, on peut en déduire que c’est l’individu qui en fixe les règles, sous réserve que l’objectif fixé par le gouvernement soit atteint. L’objectif de l’auto-isolement prophylactique consiste à prévenir l'apparition, la propagation ou l'aggravation de la covid-19, par des mesures appropriées décidées individuellement. L’auto-isolement prophylactique n’est pas un confinement collectif. Ou alors il faudrait expliquer pourquoi le Préfet de la Guadeloupe n'a pas écrit : confinement obligatoire pendant 7 jours ! Il faut prendre acte de l’abandon de la politique du confinement collectif, et de l’avènement de l’auto-isolement individuel et responsable ;

8- Les restaurants sont-ils toujours ouverts dans les îles de Guadeloupe ? Oui ! C’est donc que le Préfet ne juge pas la situation particulièrement préoccupante à ce jour ;

9- l'auto-isolement requis est un appel à la responsabilité individuelle des visiteurs ; le visiteur n’a aucune raison objective de devenir plus propagateur potentiel du virus que les résidents ; par un comportement individuel responsable, le visiteur gagnera le respect des résidents, qui comprennent - aussi - que le visiteur, en prenant le risque de sortir de sa coquille, participe à la fluidité économique et sociale de la région visitée ;

10- une conclusion possible : au voyageur de prendre ses responsabilités : voyager, c’est vivre son indépendance, sans faire prendre de risque aux populations d’accueil ; voyager, c’est décider, en conscience et en responsabilité, si son voyage bénéficie aussi à la société locale, et répond ainsi à l’intérêt général. A chacun de prendre individuellement sa part de responsabilité. Aux agents de voyages d’informer sur les faits, recommandations et obligations, mais aussi d’inviter les voyageurs à prendre leurs risques et leurs propres responsabilités d’adultes auto-isolés ou auto-risés.

En pratique, voici le lien vers l’attestation relative à un déplacement aérien vers la Guadeloupe : https://www.guadeloupe.gouv.fr/content/download/22271/137524/file/Attestation_honneur_160121-%20PARIS-GPE%20+%20autres-1.pdf

L’engagement à souscrire par le voyageur est le suivant, ni plus, ni moins :

- Je confirme que je ne présente pas de symptôme d’infection à la covid-19.
- Je confirme qu’à ma connaissance, je n’ai pas été en contact avec un cas confirmé de covid-19 dans les quatorze jours précédant le vol.
- Je m’engage à respecter un isolement prophylactique de 7 jours, à compter de mon arrivée en Guadeloupe.
- Je m’engage, si j’ai plus de 11 ans, à réaliser un examen biologique de dépistage virologique permettant la détection du SARS-CoV-2 à l’issue de ces 7 jours d’auto-isolement.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus












































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias