TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Passeport et visas Brexit : les spécialistes des voyages scolaires lancent une pétition

Une initiative pour faire bouger les autorités britanniques



Les spécialistes des voyages scolaires n'ont pas dit leur dernier mot, face aux changements impliqués par le Brexit. En effet, dès le 1er octobre 2021, le passeport sera obligatoire pour l'ensemble des Français qui souhaiteront se rendre au Royaume-Uni, y compris les mineurs. Ceux originaires de pays hors Union européenne devront également présenter un visa touristique. Alors, face au refus des autorités britanniques de revoir leur copie, les voyagistes ont décidé de recourir à une pétition... à partager au plus grand nombre !


Rédigé par le Vendredi 11 Juin 2021

A partir du 1er octobre 2021, le passeport sera obligatoire pour entrer sur le sol britannique, pour l'ensemble des Français, et même pour les mineurs qui voyagent sur un court séjour, là où avant, une simple carte d'identité suffisait - DR : Depositphotos.com, InkDropCreative
A partir du 1er octobre 2021, le passeport sera obligatoire pour entrer sur le sol britannique, pour l'ensemble des Français, et même pour les mineurs qui voyagent sur un court séjour, là où avant, une simple carte d'identité suffisait - DR : Depositphotos.com, InkDropCreative
Faites tourner ! A l'initiative des voyagistes spécialistes de voyages scolaires, une pétition en ligne a été lancée, intitulée "Autorisez les visites d'écoles européennes au Royaume-Uni avec uniquement des cartes d'identité et une liste de voyageurs".

Car la mise en place des accords liés au Brexit est venue chambouler la donne en matière de voyages scolaires vers le Royaume-Uni.

LIRE : Passeport Brexit : obligatoire pour les jeunes Français ? Les professionnels craignent le pire...

En effet, à partir du 1er octobre 2021, le passeport sera obligatoire pour entrer sur le sol britannique, pour l'ensemble des Français, et même pour les mineurs qui voyagent sur un court séjour, là où avant, une simple carte d'identité suffisait.

Plus spécifiquement pour les voyages scolaires, cette date signifie également la fin de la "List of Travellers".

"C'est une sorte de passeport collectif pour les pays de l'Union européenne, qui permet d'éviter, dans le cas d'un groupe scolaire, aux enfants, quelque soit leur nationalité - même hors UE - de devoir fournir un visa touristique, qui est quand même facturé 95 livres (110 euros).

Il suffit au professeur de le signaler en Préfecture pour obtenir ce passeport
", rappelle Antoine Bretin, directeur de Verdié Hello et administrateur de l'UNOSEL (Union Nationale des Organisations de Séjours Educatifs, Linguistiques et formation en langues).

Une action groupée et un "no way"

Mais il y a quelques semaines, le gouvernement britannique est venu doucher les espoirs des spécialistes du voyage scolaire.

Le Home Office a ainsi rappelé que le gouvernement souhaitant renforcer la sécurité de ses frontières, en raison du Brexit, les cartes d'identité ne seraient plus acceptées pour contrôler les voyageurs.

Idem pour la "List of Travellers" qui disparait au profit des visas touristiques, uniquement dans le sens France - Royaume-Uni.

"Le Royaume-Uni a fait tomber ce principe-là pour les Européens, mais l'a maintenu pour ses étudiants qui viendraient dans l'Union européenne, précise Antoine Bretin. Et cela nous met en colère, car l'UE a accepté de garder ce principe pour les Anglais qui viennent, mais a oublié de demander un principe de réciprocité..."

Ainsi, malgré une action groupée des professionnels du tourisme qui ont adressé une lettre à Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire en charge du Tourisme et à Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires Etrangères et une autre à Boris Johnson, le Premier ministre britannique, la situation ne bouge pas.

Une pétition pour forcer la main au Gouvernement britannique

Alors les professionnels tentent une nouvelle approche : la pétition, pour forcer le gouvernement britannique à vraiment étudier la question.

"Si la pétition obtient 10 000 signatures, le Gouvernement y répondra. Si elle en obtient 100 000, elle devra être débattue devant le Parlement, commente Antoine Bretin.

Il faut vraiment que nous trouvions un moyen de rétablir cette List of Travellers pour les voyages scolaires sinon les conséquences seront terribles, les coûts financiers et organisationnels d'obtention de passeports et de visas sont prohibitifs.

Si le secteur des voyages pour les jeunes et l'éducation rapporte plus de 20 milliards de livres sterling par an au Royaume-Uni, les réservations pour l'année prochaine sont en baisse tandis que la demande pour les pays qui autorisent les cartes d'identité, comme l'Irlande et le Danemark, monte en flèche.

Bien que toute la valeur économique ne provienne pas des visites scolaires, il s'agit souvent de l'introduction des étudiants au Royaume-Uni. Le Royaume-Uni risque de perdre sa place au sommet du marché du tourisme éducatif avec un impact associé sur l'emploi.

Nos propres étudiants perdront également ces visites en tant qu'opportunité d'échange culturel.
"

Wait and see...

Et pour signer la pétition, cliquez ici.

Anaïs Borios Publié par Anaïs Borios Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Anaïs Borios
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 2220 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus







QUARTIER LIBRE
vous offre

































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • TourMaG Travel Media Group
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • MontagneMaG
  • TravelManagerMaG
  • Ditex
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias