TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Pourquoi 2020 a été une année noire pour le transport aérien

le transport aérien est tombé de son nuage...



Qui aurait cru, une petite année en arrière, que le secteur aérien entier allait s’effondrer comme un château de cartes... Alors même qu'on tablait sur le doublement du transport aérien dans les 5 années à venir ! Allez on rembobine pour un flash back en 5 informations, sur une année 2020 particulièrement noire et hors-norme.


Rédigé par le Dimanche 3 Janvier 2021

Des Boeing 737 max stockés sur des parkings © DR
Des Boeing 737 max stockés sur des parkings © DR
« Une année 2019 qui prépare les bases d’une année 2020 remarquable ». Voilà comment Augustin de Romanet, P-DG du groupe Aéroports de Paris, et avec lui l’ensemble du secteur aérien, abordait en toute confiance 2020.

Le transport aérien était alors sur un petit nuage, confiant en l’avenir, s’attendant à une onzième année de croissance consécutive.

Mais, en l’espace de quelques semaines, une pandémie mondiale venue de Chine a cloué les avions sur les tarmacs du monde entier. Aucun observateur ne s’attend à voir les niveaux de trafic atteindre à nouveau ceux de 2019 avant au moins 2024.

Alors qu’en ces premiers jours de 2021 l’industrie du voyage reste engluée au plus profond de la crise, retour, en 5 points, sur 2020, année 0 du transport aérien.

118 milliards de dollars de pertes

Si un chiffre devait résumer l’agonie du transport aérien en 2020, ce serait bien celui-ci. Le secteur totalise 118 milliards de dollars de pertes sur l’année, d’après les dernières estimations de l’Association internationale du transport aérien (Iata).

« La crise est impitoyable. Nos dernières prévisions économiques indiquent que les compagnies aériennes vont perdre 118,5 milliards de dollars (environ 97 milliards d’euros NDLR), c’est à dire 66 dollars pour chaque passager transporté. (…) Il est temps que les gouvernements agissent. Le soutien de 173 milliards accordé jusqu’ici a permis à l’industrie de survivre, mais il en faut davantage pour que l’industrie se rende à l’été », s’alarme Alexandre de Juniac, à la tête de Iata.

Et, pour cause, dans l’hypothèse heureuse où les vaccins permettront aux frontières de rouvrir d’ici le milieu de l’année 2021, l’industrie s’attend tout de même à de nouvelles pertes de 38,7 milliards de dollars (32 milliards d’euros).

Licenciements et coupes budgétaires… en attendant les faillites ?

« Tout le monde est menacé de disparition, y compris Ryanair », s’alarmait dès le mois de mars, Alain Battisti, président de la Fédération nationale de l’aviation marchande (Fnam), dans nos colonnes. Après une série noire en 2019, année lors de laquelle 23 compagnies aériennes (dont Aigle Azur et XL airways) avaient fait faillite, une quarantaine de compagnies aériennes mondiales ont jeté l’éponge en 2020 (Level Europe, Flybe, SunExpress Deustchland, Virgin Australia…) malgré les perfusions gouvernementales d’urgence.

Pour les autres, les mesures de redressement judiciaire, les licenciements et coupes budgétaires ont été dantesques. Et pour cause, en France, le trafic international a chuté de 88% par rapport à 2019… Parmi les dernières annonces en date : ADP table sur 1150 départs volontaires et Norwegian a été placée sous la protection de la loi sur les faillites…

En fin d’année 2020, le groupe financier Bloomberg a publié une note sur les huit compagnies aériennes les plus exposées au risque de faillites. Parmi celles-ci : Azul et Gol au Brésil, Thai Airways, Air Asia ou encore Aeroméxico.

Et, d’après le Travel Daily News, si la pandémie et ses répercussions économiques devaient se poursuivre, 50% des compagnies aériennes pourraient à ce rythme disparaître d’ici 3 ans.

Air France : 7 milliards et un nouveau visage

En première ligne de l’onde de choc économique, Air France a profité de 2020 pour accélérer sa métamorphose. Après avoir reçu une aide d’urgence de 7 milliards d’euros de la part de l’Etat au printemps, la compagnie tricolore a fait le ménage.

Pour des raisons écologiques, elle a notamment dit adieu à ses 10 Airbus A380, trop gourmands en kérosène, et a certaines lignes domestiques. Niveau social, le groupe Air France a annoncé qu’il allait supprimer 7580 postes chez AF et chez Hop d’ici fin 2022.

Aux dernières nouvelles, l’Etat devrait prochainement doubler sa participation au sein de la compagnie pour atteindre 30% du capital. L’opération prévoirait aussi une nouvelle injection de 4 à 5 milliards d’euros d’ici le printemps prochain.

Derrière, les autres compagnies françaises continuent de se battre pour leur survie et pour obtenir des aides. Un accord a notamment été trouvé entre Corsair et l’Etat sur une contribution financière de 300 millions d’euros pour aider la compagnie à se restructurer.

737 max : vers la fin du feuilleton ?

Pour la première fois depuis vingt mois, un Boeing 737 max a décollé avec des passagers à son bord. La scène se déroulait mercredi 9 décembre entre Sao Paulo et Porto Alegre, au Brésil, dans un avion aux couleurs de la compagnie GOL.

Presque deux années de modifications et de tests auront été nécessaires pour que l’un des derniers-nés de l’avionneur américain puissent voler à nouveau, après deux catastrophes aériennes ayant fait au total 346 morts. Quatre modifications majeures ont été ordonnées, dont deux sur de nouveaux logiciels à installer, et des formations spécifiques ont été imposées aux pilotes.

Si au total cette crise aura couté 20 milliards de dollars à Boeing, l’espoir d’une fin à ce feuilleton est désormais tangible. Avant une autorisation de revoler en Europe, la compagnie américaine United renverra dans les airs ses 737 max à partir du 11 février 2021.

Airbus rêve d’un ballon d'hydrogène

Et si nous nous permettions une note positive pour terminer ? Fortement ébranlé par les crises économiques et sanitaires, Airbus n’avait pas la tête a fêter son 50e anniversaire en fin d’année 2020.

Toutefois, malgré les cascades de reports de commandes, syndicats et direction négocient en ce début d’année un accord qui pourrait remplacer les licenciements prévus par des départs volontaires.

Mieux, l’avionneur français voit son avenir en vert et a annoncé des premiers avions à hydrogène pour 2035. Une technologie qui, si elle doit encore surmonter des obstacles colossaux , pourrait permettre de réduire de 50 à 70% l’impact du transport aérien sur le climat.

Ajoutons enfin que 2020 aura aussi été du côté de Toulouse l’année du premier vol du CityAirbus, navette volante et automatique pouvant transporter 4 personnes pendant 15 minutes à 120km/h.

Lu 2756 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par Fanch_Leon le 04/01/2021 10:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
N'auriez-vous pas oublié la liquidation, passée presque inaperçue, de la compagnie openskies qui opérait les vols Level en France ?

2.Posté par Jean Narcin le 04/01/2021 10:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour

Votre article indique je cite : « Un accord a notamment été trouvé entre Corsair et l’Etat sur une contribution financière de 300 millions d’euros pour aider la compagnie à se restructurer »
C’est faux , l’Etat n’a jamais contribué à hauteur de 300 millions d’euros . Une rapide recherche sur internet démentira votre écrit .
TUI a très largement participé au plan .
Dommage de débuter 2021 avec Tourmag et ce type d’erreurs

3.Posté par Fanny le 04/01/2021 15:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous n’auriez pas pu trouver mieux que « année NOIRE »

4.Posté par Tony Stark le 05/01/2021 08:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qui aurait cru ?
L'ensemble des membres de la Commission Transports des EDV et du SETO, et particulièrement ceux de l'APJC pointent depuis des années la fragilité du modèle économique des compagnies aériennes et réclament à IATA, aussi depuis des années, un système de garantie financière.

Il aura fallu une crise planétaire pour donner raison aux distributeurs que nous sommes...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 16 Septembre 2021 - 23:45 Ryanair revient en force à Paris Beauvais








































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias