TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

TUI France : mieux vaut tard que jamais… même si c’est trop tard ?

L'Editorial de Jean da Luz



A-llé-lui-a ! Hans Van de Velde, patron de TUI France, fait amende honorable. La marque TUI, n’en déplaise au groupe teuton, n’a jamais pris racine en France, même pas en ayant absorbé Nouvelles Frontières, Marmara, Lookéa, etc. Plusieurs centaines de millions d’euros de pertes plus tard et des purges d’emplois à tire-larigot, la firme de Hanovre se rend compte (?) qu’elle fait fausse route depuis… 20 ans ! A moins que tout ça ne soit du flan pour mieux préparer le dépeçage et la vente par marques... Cqfd !


Rédigé par le Jeudi 17 Septembre 2020

Retournement stratégique ou manœuvre tactique, l'avenir nous le dira... - DR : DepositPhotos
Retournement stratégique ou manœuvre tactique, l'avenir nous le dira... - DR : DepositPhotos
"Le marché dans l'Hexagone est difficile, le potentiel de clientèles est réduit comparé à d'autres pays, il faut donc changer le modèle..."

Re… marque... able ! La volte-face du patron de TUI France est tout simplement stupéfiante.

Un aveu qui vaut son pesant de cacahuètes si tout ça ne semblait cousu de fil blanc.

Vous n’allez pas me dire qu’après avoir saigné à blanc les effectifs du Groupe because les pertes abyssales affichées année après année, TUI regrette ses erreurs grossières de stratégie ?

La persévérance du géant allemand a vouloir imposer (à tort) son enseigne à coup de millions, devrait figurer dans tous les manuels de marketing moderne comme la bourde ultime à ne pas commettre.

Comment peut-on envisager de faire fi de la spécificité culturelle du pays où l’on souhaite s’implanter et vendre ses produits ?

Pourtant, l’approche initiale était plutôt futée : racheter un acteur local emblématique (Nouvelles Frontières) pour ensuite créer des synergies et peu à peu imposer d’autres marques.

Ce fut encore le cas avec Marmara, cette pépite qui rapportait des dizaines de millions d’euros de marge chaque année.

Se désengager plus vite du marché français ?

Puis, le sacro-saint mainstream a fait bugué TUI France.

La cohabitation, puis l’intégration verticale de toutes ces marques dont chacune avait une personnalité, une clientèle et un marché unique, a fondu dans le chaudron de l’uniformité.

Le tout a accouché d’une sorte de brouet insipide, inodore et incolore arrosé à la "sauce allemande" et immangeable pour le palais tricolore.

La mayonnaise TUI n’a jamais pris, malgré les apparences et les différents contenants dans lesquels elle était servie. On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif…

Voilà pourquoi l’aller à Canossa (la destination est ouverte ;O)) de Hans Van de Velde surprend et interroge.

Cette volte-face pourrait permettre au Groupe de se désengager plus vite du marché français où il essuie depuis des décennies revers sur revers.

En remettant sur pied une production et en revendant ultérieurement ces marques prestigieuses, il pourrait espérer se refaire en partie et régler, dans la foulée, son problème d’effectifs.

Le calcul paraît évident mais l'équation pourrait s’avérer plus compliquée qu’il n’y paraît… En effet, elle recèle de nombreuses inconnues.

2022, date possible de retour à meilleure fortune

Aujourd’hui, TUI comme l’ensemble de l’industrie touristique européenne, est dévasté. On table désormais sur 2022 comme date possible de retour à meilleure fortune.

Si le TO espère redonner de la plus-value à ses marques, cela prendra quelques temps. Et cela reste aléatoire, surtout si la méthode pour y parvenir ressemble à celle déployée par le passé…

Le Groupe TUI est gêné aux entournures par sa filiale France qui est devenue un vrai boulet pour le géant de Hanovre. Il aimerait couper la branche mais l’orgueil et l’entêtement qui l’ont aveuglé pendant des années sont toujours là, malgré les déclarations péremptoires.

Les négociations avec des repreneurs éventuels n’ont pas cessé mais sont au point mort. A moins d’un coup de théâtre, le secteur a d’autres à-valoir à fouetter. Mais il est évident que ce changement habile (il était temps) va susciter des convoitises.

Comment imaginer qu’un Hervé Vighier pourrait laisser échapper sa marque fétiche, alors même qu’il a déboursé plus d'un million d’euros pour celles de Jet tours et Eldorador ?

De même, bien que malmenée, Nouvelles Frontières distille encore un goût d’évasion pour la clientèle senior qui l’a connue autrefois et qui dispose du pouvoir d’achat adéquat.

Mais ces évidences ne le sont pas forcément. Et a fortiori dans la conjoncture actuelle. Il suffit d’évoquer le flop de la vente de "Passion des Iles" qui, à notre connaissance, attend toujours preneur, pour s’en convaincre…

Il paraît qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire, mais parfois… il est vraiment trop tard !

Jean Da Luz Publié par Jean Da Luz Directeur de la rédaction - TourMaG.com
Voir tous les articles de Jean Da Luz
  • picto Facebook
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 15444 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par Sophie le 18/09/2020 09:51
Super article.

Ont-ils été à ce point à côté de la plaque ? (les dirigeants de TUI) ?
Je trouve ce revirement de situation bien suspect.
Affaire à suivre....
Bonne journée & week-end à tous! Sophie

2.Posté par MICHEL le 18/09/2020 11:32
Un bel article, instructif et détaillé...j'ai rajouté l aller à Canossa à mes connaissances..
merci
bon weekend

3.Posté par dubois le 18/09/2020 17:25
Effarant ....
Je pense avoir été le réceptif le plus "vieux" chez Nouvelles Frontières (de 1988 à 2014).
Ils ont laissé NF en désuétude depuis 2011 pour imposer leur savoir faire allemand....
Tui, à part avoir acheté Nouvelles Frontières, n'a qu'une "compétence" : être arrogant!

4.Posté par Laetitia Bauquis le 18/09/2020 18:50
Et bein..tout ça pour ça.. quel gâchis...

5.Posté par Gomes Franck le 18/09/2020 20:11
On ne compte plus ces soit disant grand patrons, soit disant des cadors de l'industrie qui, en fait sont des pantins avec une notion de la stratégie d'un autre temps. Thomas Cook, Tui, même combat...j'ai mal pour les salariés et qui vont au travail tel des âmes errantes dans les ténèbres. Honte à ces gens. Degagez...définitivement, vous ne comprenez décidément rien aux spécifités du marché français...et je sais de quoi je parle

6.Posté par DEBILI le 19/09/2020 03:30
Bonjour, J y crois fortement la poursuite de Tui avec certainement quelques licenciement mais J espère que mon agence et son personnel de la rue de la République à Marseille survive et que l on puisse
voyager d ici 2021 sans restrictions et mauvaises surprises
Merci à tout le groupe et personnel Tui
À très bientôt Nabila

7.Posté par jean louis buffandeau le 19/09/2020 18:08
bonjour
je le dis depuis des annees , la marque TUI n a jamais pris en france ,c est une erreur de strategie totale ...depuis que je rabache ce fait , personne n ecoute et TUI a prefere le management par l intimidation et le mensonge ....j espere que la directe va ecouter les salaries et que le gouvernement fera un bon choix, celui de defendre les salaries de TUI france ....soyez plus nombreux a la manif devant le siege de la
directe ....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.






QUARTIER LIBRE
vous offre

























  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • GooglePlay
  • appstore
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • CampingMag
  • Partez en France
  • Partez en France
  • Ditex