TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Tourisme spatial et écologie : qu'est ce que les nettoyeurs de l’espace ?

les bonnes "feuilles" du livre : "Tourisme Spatial et Ecologie" de Michel Messager



Aujourd’hui avec l'accélération des lancements de fusées et du tourisme spatial, la pollution de l’espace est un véritable enjeu écologique. Durant ce mois d’août et tous les lundis jusqu’à la première semaine de septembre, nous vous présenterons en exclusivité pour TourMaG les bonnes "feuilles" de "Tourisme Spatial et Ecologie" ouvrage écrit par Michel Messager, spécialiste du tourisme spatial. Pour ce deuxième volet : focus sur les nettoyeurs de l’espace.


Rédigé par le Lundi 8 Août 2022

Un nouveau marché a fait son apparition : celui des nettoyeurs de l'espace -  - Depositphotos.com Auteur fatihaydin.tc
Un nouveau marché a fait son apparition : celui des nettoyeurs de l'espace - - Depositphotos.com Auteur fatihaydin.tc
Suite logique de l’encombrement de l’Espace du fait de la multiplication des lancements et l’accroissement des débris spatiaux, on constate l’émergence et la croissance d’un nouveau marché : celui des nettoyeurs de l’espace.

Nous en sommes qu’au début de cette nouvelle économie qui peut réconcilier ou du moins rapprocher en partie spatial et écologie. Nouvelle économie, nouveau marché dont la Nasa estime celui-ci à 3 milliards d'euros le chiffre d'affaires annuel !

Les projets fleurissent en ce domaine, via des entreprises déjà établies soit récemment créées, aussi présenterons nous les plus significatives.

Nettoyeurs de l'espace : quels sont les projets ?

- Projet RemoveDebris.
RemoveDebris, est un consortium européen composé entre autres de l’Agence spatiale européenne (ESA), l'université du Surrey (Surrey Satellite Technology Ltd), d’Airbus et d’ArianeGroup. La technique employée par RemoveDebris est celle dite du harponnage.

- Projet ClearSpace.
A la suite d'un appel d'offres en 2019, l'ESA a retenu la proposition de la start-up suisse ClearSpace, fondée par des chercheurs de l'Institut de recherche de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. Désormais à la tête d’un consortium européen (ESA, Airbus, OHB...) l’Institut travaille sur un prototype : le satellite Adrios (Active Debris Removal/In-Orbit Servicing) dont l’objet consiste à accoster les débris en se synchronisant sur leurs trajectoires, puis à leur donner l’impulsion nécessaire pour qu’ils entrent dans l’atmosphère et s’y consument naturellement.

- Projet Astrocale.
En 2013, Nobu Okada, entrepreneur japonais, fonde sur ses propres fonds la start-up Astroscale. Citons parmi les investisseurs : les fonds japonais JAFCO et ICNJ, ainsi que l’entreprise Mitsubishi.
Ce "satellite chasseur de satellites" de forme cubique d’environ 180 kg, de la taille d’une machine à laver est doté de huit réacteurs. L’engin est équipé d’instruments pour traquer les aéronefs défectueux et d’un système de capture magnétique rétractable.

- Projet de l'agence spatiale japonaise (Jaxa).
Pour nettoyer l'espace des scientifiques de l'agence spatiale japonaise Jaxa testent une méthode inédite : une longe (sorte de "corde" tressée de filins d'acier inoxydable et d'aluminium) qui, par électromagnétisme, agrège les déchets pour les rapporter ensuite dans l'atmosphère. La longueur de la longe est de 700 mètres (2300 pieds), mais dans le futur elle devrait atteindre de 5 000 à 10 000 mètres.

- Projet SpaceBlower.
SpaceBlower est un projet initié et financé par le CNES, avec le concours et le co-financement de Bertin Technologies (maintenant CT France).

L’objet de ce projet est, à partir d’un avion transportant SpaceBlower, que celui-ci une fois lancé éjecte son panache, à savoir une atmosphère artificielle devant le débris, en pulvérisant un nuage de microparticules pour ralentir le débris et éviter ainsi toute collision.

- Projet "Foam Debris Catcher".
En 2021, la startup StartRocket pour objectif de nettoyer l’espace des déchets qui s’y trouvent, grâce à un satellite nettoyeur.

D’après le programme "Foam Debris Catcher", le satellite propulserait une mousse polymère sur les déchets spatiaux afin que ces derniers se réduisent et se consument plus rapidement dans l’atmosphère terrestre grâce à la force de traînée.

Laser et nettoyage de l’espace

Plusieurs scientifiques travaillent depuis quelques années sur les faisceaux laser. Le but de l’opération est de bombarder les "vieux satellites" avec un faisceau laser pour les faire dévier de leurs trajectoires.

Sous l'effet de l'irradiation, le matériau est dit "décapé" par ablation et les débris générés propulsant ainsi le satellite vers l'atmosphère terrestre où il va se désintégrer.

Comme le suggère Nicolas Bobrinsky, Responsable du département Ingéniérie et innovation au Centre des opérations spatiales de l’ESA :

« D’un point de vue tactique, si l’on veut nettoyer l’espace, il faut commencer par les objets les plus volumineux. Il est également possible, pour les débris de plus petite taille, d’envisager des systèmes lasers basés au sol qui illumineront les objets et exerceront une pression photonique provoquant un décroissement progressif de l’altitude de l’orbite ».

Bien entendu, cette liste n’est pas exhaustive et l’on aurait pu aussi évoquer le projet ElectroDynamic Tether, celui d’Astroscale ou du projet Irocket et Turion.

A la lecture des nombreux projets décrits dans les lignes précédentes, on peut constater une prise de conscience de plus en plus affirmée sur les problématiques écologiques de ceux qui en sont la principale cause, à savoir les acteurs économiques de l’espace.

Bien entendu, cette prise de conscience n’est pas gratuite, ces acteurs économiques ayant bien compris que le développement du "business" de l’espace ne pourra se faire qu’avec une prise de conscience sérieuse de l’écologie, d’autant plus que beaucoup de leurs offres commerciales visent, si l’on prend par exemple le tourisme spatial d’ici une dizaine d’année, une génération de futurs clients déjà fortement engagée dans la préservation de l’environnement.

Retrouvez tous les articles de la série : Tourisme spatial et écologie

Notre Consultant spécialiste en "Tourisme Spatial", Michel Messager va très prochainement sortir après "Le Tourisme Spatial 1954 – 2020", un nouvel ouvrage intitulé : "’Tourisme Spatial et Ecologie".

Aujourd’hui avec le développement des lancements et du tourisme spatial, la pollution de l’espace est un véritable enjeu écologique. Quand on sait que 9 000 tonnes de débris spatiaux tournent au-dessus de nos têtes - et que l’industrie spatiale et son corollaire le tourisme n’en sont qu’au début de l’aventure - il y là de nombreuses questions à se poser.

L’industrie spatiale consciente de la nécessité écologique a donc, depuis plus d’une dizaine d’années, multiplié les recherches que ce soit au niveau des carburants, des moteurs, du nettoyage de l’espace ou de la conception des fusées.

Au travers de son ouvrage Michel Messager a voulu faire le point en toute impartialité sur ce débat qui alimente, quasi quotidiennement les médias : Tourisme Spatial et Ecologie.

Durant ce mois d’août et tous les lundis jusqu’à la première semaine de septembre, nous vous présenterons et en exclusivité pour TourMag les bonnes "feuilles" de : Tourisme Spatial et Ecologie.

Lu 2128 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 3 Octobre 2022 - 10:23 Transavia : quelles sont les nouveautés ?







































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias