TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone



Air Caraïbes : ''Le trafic s'essouffle et je dirais même qu'il diminue...''

3 questions à Serge Tsygalnitsky, DG d'Air Caraïbes



Air Caraïbes va recevoir son quatrième appareil long courrier qui opérera principalement sur la ligne Paris-Cayenne dès le mois de décembre. Alors, bonne ou mauvaise nouvelle dans un environnement économique inquiétant ?


Rédigé par Propos recueillis par Geneviève BIEGANOWSKI le Mercredi 3 Septembre 2008

Air Caraïbes : ''Le trafic s'essouffle et je dirais même qu'il diminue...''
TourMaG.com - Les Antilles ont souffert, comme d’autres destinations longs courriers, du poids de la surcharge carburant dans le budget des passagers. Dans cet environnement difficile, la compagnie arrive-t-elle à tirer son épingle du jeu ?

Serge Tsygalnitsky :
"Il y a eu deux périodes cette année. Nous avons été en progression sur les sept premiers mois de l’année. Nous avons transporté 328 000 passagers, soit 13 000 pax de plus que l’année précédente. Mais depuis, on assiste à un retournement de tendance.

Le trafic s’essouffle et je dirais même qu‘il diminue. On peut néanmoins faire une distinction entre Guadeloupe qui se maintient et Martinique, plus difficile. L’environnement économique est morose. D’ores et déjà, certaines familles antillaises qui représentent 75 à 80 % de la clientèle en été, ont reporté leurs voyages et les touristes n‘affluent pas.

Cette situation préoccupe d’ailleurs tous les acteurs de l’industrie touristique locale. Il est clair que les engagements ne sont pas très bons. La question est de savoir si les gens sont dans l’attente pour se décider au dernier moment ou si c’est un changement profond de comportement lié à la baisse du pouvoir d’achat. Ce qui signifierait pour nous, une baisse de trafic."


TM.com - Est-ce le bon moment pour ouvrir la ligne de Cayenne ?

S.T.
: "Cayenne, ce n’est pas du tout la même clientèle. Si elle est à dominante touristique sur les Antilles, elle est principalement Affaires et ethnique sur Cayenne. Et puis, Cayenne, c’était la belle endormie.

Avec Air France qui détenait un monopole. Le différentiel tarifaire entre les Antilles et Cayenne était important. Notre arrivée va changer la donne. Et d’ailleurs, notre campagne de lancement commence avec le remboursement de 250 euros représentant la surcharge carburant. Je pense que nous allons engranger plusieurs centaines de réservations avec cette offre."


TM.com - Air France a basé un avion aux Antilles, en concurrence frontale avec votre activité régionale. Quelles en ont été les conséquences sur le marché ?

S.T.
: "Cet avion n’apporte rien en valeur ajoutée. Si on regarde les statistiques aéroportuaires, il n’y a pas eu de progression du nombre de passagers. On sait que sur les trois DOM il y a environ un million de passagers et que leur budget est limité Air France nous a pris des passagers, bien sûr, mais, sauf en période de pointe, leur remplissage n’est pas bon.

De notre côté, nous trouvé une alternative en ouvrant d’autres lignes sur Panama et Costa Rica, avec le tour-opérateur Switch. Les résultats sont acceptables mais cette situation n’est pas satisfaisante."

Lu 5379 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par pascal le 08/09/2008 12:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
vraie ou fausse guerre tarifaire? et notre interet economique dans tout ça?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus






































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias