TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Air France versus KLM : le fossé se creuse entre les deux compagnies

la chronique de Jean-Louis Baroux



Les relations entre KLM et Air France semblent de plus en plus difficiles. Le groupe Air France - KLM aurait-il du plomb dans l'aile ? La séparation des deux transporteurs pourrait-elle être profitable à chacune des compagnies ? Voici l'analyse de Jean-Louis Baroux, expert aérien et ancien président d'APG.


Rédigé par Jean-Louis Baroux le Lundi 26 Avril 2021

Air France, KLM : "Je ne parierais pas sur la survie du groupe, mais je ne suis pas certain que la séparation ne soit pas au fond profitable aux deux parties." - Depositphotos.com shtudok@gmail.com
Air France, KLM : "Je ne parierais pas sur la survie du groupe, mais je ne suis pas certain que la séparation ne soit pas au fond profitable aux deux parties." - Depositphotos.com shtudok@gmail.com
La semaine dernière, le parlement néerlandais s’est saisi des affaires du groupe AF/KLM pour s’opposer au paiement d’une prime de « rémunération à long terme » d’un montant de 2 millions d’€ octroyée à son dirigeant Benjamin Smith, estimant que son versement serait indécent compte tenu de la situation particulièrement délicate du transport aérien et du transporteur franco/néerlandais en particulier.

Le parlement, par l’intermédiaire d’un de ses députés Mahir Alkaya menace de ne plus accorder un centime d’aide à la compagnie tant que son dirigeant ne renoncera pas à cette prime.

Au risque d’en choquer certains, je trouve l’attitude du parlement hollandais parfaitement détestable.

Regardons les faits. Le contrat d’embauche de Mr Benjamin Smith comprend plusieurs strates de rémunérations : un salaire, dans la fourchette basse de la rémunération des dirigeants des sociétés comparables, compensée par une part variable et une rémunération différée, celle qui est justement en cause.

Cette fameuse rémunération différée correspondant aux résultats de 2019 qui montre un profit proche de 300 millions d’euros, a été votée par l’Assemblée Générale d’Air France/KLM à la fin de mai 2020. Tout est donc parfaitement dans les règles et je m’étonne que des parlementaires néerlandais puissent tout simplement s’asseoir dessus.

Certes les circonstances sont très différentes, mais ce n’est pas parce que la rémunération en question est différée qu’elle n’est pas due, d’autant plus qu’elle est forcément déjà portée dans les comptes.

Ben Smith a déjà renoncé à son bonus au titre de 2020

La morale n’a rien à voir dans cette affaire. Ce qui est dû doit être payé, un point c’est tout ! Si on doit remettre en cause les contrats signés, il n’est plus possible de faire tourner la machine économique. Autant se retrouver dans une économie de troc.

Les députés hollandais imagineraient-ils de rembourser une partie de leurs émoluments passés au prétexte que l’économie actuelle traverse une passe très difficile ? Et puis, question morale, faut-il rappeler que Benjamin Smith a déjà renoncé à son bonus au titre de 2020 et qu’il a imposé une réduction de 20% de son salaire. Les parlementaires néerlandais peuvent-ils en dire autant ?

En fait cette polémique, qui d’ailleurs n’aurait jamais dû avoir lieu montre que le fossé entre les deux pays et les deux transporteurs se creuse encore plus. D’ores et déjà la démonstration en a été faite lors de la dernière augmentation de capital qui était indispensable pour que le groupe retrouve des fonds propres positifs.

Le Gouvernement néerlandais n’y a pas participé. Ainsi la part du capital que la partie hollandaise avait monté à quasi égalité avec la France, sans doute pour des raisons d’amour propre est revenue de 14% à 9,3%, alors que l’état français est monté à 28,6%.

Cela ne suffira sans doute pas, et il serait bien surprenant que pour traverser la passe si difficile que nous vivons, l’Etat français ne soit pas amené à une nationalisation au moins temporaire de la compagnie. Après tout cette manière de procéder a parfaitement réussi au redressement du groupe Alstom, pourquoi cela ne marcherait-il pas pour Air France ?

La relation entre les deux transporteurs est de plus en plus difficile

Mais alors on ne voit pas comment KLM pourrait accepter cette manière de faire si éloignée de la philosophie économique des Pays Bas.

La relation entre les deux transporteurs est de plus en plus difficile en dépit des précautions oratoires que prennent les dirigeants d’Air France pour échanger avec leurs homologues de KLM. Je ne parierais pas sur la survie du groupe, mais je ne suis pas certain que la séparation ne soit pas au fond profitable aux deux parties.

Les accords commerciaux et opérationnels peuvent être poursuivis même en cas d’indépendance capitalistique. Et chaque partie n’aura plus l’impression de faire des concessions à l’autre.

Faut-il le rappeler, le transport aérien ne sera plus pareil qu’auparavant. Une nouvelle phase s’ouvre. Le volume des compagnies ne sera plus le critère déterminant. Il faudra bien prendre en compte les réalités écologiques et retrouver les fondamentaux d’une rentabilité largement oubliée pendant les années où la course au plus grand nombre de passagers guidait la stratégie de tous les grands transporteurs.

Delta Air Lines pourtant décrit comme un ogre devant son appétit de dévorer les autres compagnies, a été amenée, sur injonction du Gouvernement américain, à renoncer à l’augmentation de capital d’Air France/KLM et elle se retrouve maintenant avec seulement 5,8% du capital avant peut-être d’être encore un peu plus diluée.

Air France peut et doit redevenir l’une des meilleures si ce n’est la meilleure compagnie du monde. Elle peut parfaitement y parvenir sans KLM. Et que l’on veuille bien respecter les contrats et les procédures. C’est aussi bien une question de morale qu’une condition essentielle de santé économique.

Jean-Louis Baroux
Jean-Louis Baroux
Jean-Louis Baroux est l'ancien président d'APG (Air Promotion Group) et le créateur du CAF (Cannes Airlines Forum) devenu le World Air Forum.

Grand spécialiste de l'aérien, il a signé aux éditions L'Archipel ''Compagnies Aériennes : la faillite du modèle'', un ouvrage que tous les professionnels du tourisme devraient avoir lu.

Les droits d'auteur de l'ouvrage seront reversés à une association caritative. On peut l'acquérir à cette adresse : www.editionsarchipel.com.

Lu 5711 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par ROS le 27/04/2021 11:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Enfin quelqu'un qui a vu clair sur les intentions constantes de KLM, depuis le rachat de celle-ci par AF depuis bientôt 20 ans. OUF !

2.Posté par seb34 le 27/04/2021 12:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si Delta n'a pas suivi au tour de table c'est tout simplement qu'elle n'en pas le droit au regard de ses engagements pris auprès de l'administration fédérale pour les aides reçues. AF/KLM ont d'ailleurs le même type d'engagements et la consolidation attendra ...
pour le reste de l'article vous oubliez juste un autre petit détail , le poids de l'Etat français au capital VS les Pays Bas ... on pourrait faire un article sur tous les oublis que comporte cet article ... mais on a bien compris que vous avez commencé par écrire le titre puis il fallait bien rédiger un papier pour justifier le titre. c'est dommage ... car au final cette pseudo polémique sur la rémunération que vous montez en épingle vous avez mille exemples similaires en France, nos politiques savent faire aussi bien que les politiques bataves.... alors cessons de polémiquer inutilement.... le vrai sujet aujourd'hui c'est comment AF/KLM va tenir en 2022 avec un trafic LC qui va demeurer très faible tant que le monde entier ne sera pas immunisé ... voilà un beau sujet d'article à travailler

3.Posté par METAYER le 27/04/2021 13:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous êtes bien trop franco-français .... Imaginer qu'Air France "pourrait" devenir ou redevenir "La" 1ère Cie est une idée délirante ! AF c'est un gouffre sans fond, sans aucune idée novatrice, qui engloutit des sommes astronomiques d'argent public, tout cela décidé unilatéralement et en catimini, par le ministère de l'Economie, sans consultation populaire ...
Des consommateurs entassés dans des bétaillères en classe éco, sièges étroits, étriqués, qu'aucune autre compagnie au monde ne s'autorise plus de proposer depuis plus de 20 ans ; des syndicats dévoyés par des années de vaches grasses.... Oui les Bataves sont durs en affaires et (souvent) de mauvaise foi ; mais ils savent parfaitement gérer, sont économes et surtout pas "dispendieux" avec l'argent public, refusant le mélange des genres : public/privé que s'autorise la France en ostracisant le contribuable, sans vergogne ! Voyagez une fois sur KLM, la différence vous sautera aux yeux, aux jambes (et aux fesses) !
AF c'est une histoire française, incohérente, scandaleuse, une gabegie bien au dessus de nos moyens.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus







































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • TourMaG Travel Media Group
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • MontagneMaG
  • TravelManagerMaG
  • Ditex
 
Site certifié ACPM l'Alliance