Nos bureaux sont fermés du 03/08 au 23/08. Retour de la newsletter quotidienne le 24/08/2020. Bel été !
TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Colonies de vacances, vacances apprenantes... certains opérateurs spécialisés se sentent oubliés !

un protocole sanitaire complexe et des délais courts



Le secteur des voyages jeunes et colonies de vacances ne sortira pas indemne de la crise liée au coronavirus. Malgré le dispositif de colonies apprenantes lancé par le Ministère de l'Education Nationale, certains opérateurs se sentent mis à l'écart. De nombreux opérateurs ont en effet décidé de jeter l'éponge face à un protocole sanitaire jugé complexe à mettre en oeuvre et des délais parfois très courts.


Rédigé par le Mercredi 10 Juin 2020

Seuls quelques opérateurs vont maintenir leur séjour selon L'Unosel - Depositphotos.com Diego_Cervo
Seuls quelques opérateurs vont maintenir leur séjour selon L'Unosel - Depositphotos.com Diego_Cervo
Après l'annonce du Ministre de l'Education Nationale le 28 mai dernier sur le maintien des colonies pour cet été, le trafic du site Cap Juniors, spécialiste des séjours jeunes et colonies de vacances a été multiplié par deux à 17h.

Les réservations ont bondi de 20% sur l'été par rapport à la même période l'année précédente, expliquait Jean-Marc Folliet, gérant de Cap Juniors, lors de la conférence de presse des Entreprises du Voyage lundi 8 juin dernier.

Pourtant si la demande est bien présente, une grande partie des opérateurs ont décidé de jeter l'éponge pour l'été 2020.

Le patron de Cap Juniors précisait alors : "nous avons reçu un projet de protocole sanitaire très complexe à mettre en oeuvre sur le plan administratif et humain, et dont le coût est difficile à estimer.

85% des organisateurs ont jeté l'éponge nous sommes très peu à rester opérationnels
".

Un protocole sanitaire contraignant pour les colonies

Sabine Bonnaud, déléguée générale de l'Unosel (Union Nationale des Organisations de Séjours Educatifs, Linguistiques et formation en langues) le confirme : "la majeure partie des séjours n'auront pas lieu.

Nous sommes dans des niveaux radicalement différents des années précédentes. Les opérateurs ont perdu énormément d'inscriptions notamment venant des collectivités et on voit mal comment elles vont se réengager."


Le protocole sanitaire qui a déjà été un peu assoupli "est très compliqué à mettre en oeuvre" ajoute Antoine Bretin directeur des séjours jeunes chez Verdié Voyages, même si certains points ont été assouplis notamment ceux concernant les lits superposés, les conditions de restaurations ou le port du masque.

"Reste la problématique de la distanciation sociale et les contraintes de nettoyage importantes" précise-t-il.

Résultat, le partenaire avec lequel collabore le voyagiste basé à Rodez a annulé l'ensemble des colonies.

"Seuls quelques organisateurs vont maintenir leurs séjours" précise Sabine Bonnaud, "ceux qui disposent notamment de centres assez grands pour adapter les séjours qui seront organisés avec des effectifs réduits".

Quid des colonies apprenantes ?

Si le protocole sanitaire pourrait être encore assoupli d'ici cet été, il sera alors trop tard pour les spécialistes du secteur pour réactiver leurs offres et adapter les voyages.

Ces opérateurs pourraient alors bénéficier d'une session de rattrapage avec la mise en oeuvre des colonies apprenantes annoncées par Jean-Michel Blanquer, le Ministère de l'éducation nationale.

Pour mettre en oeuvre ce dispositif, une enveloppe de 200 millions d'euros sera débloquée pour le financer et permettre à un million d'élèves, en difficulté ou en décrochage de rattraper pendant l'été le retard accumulé depuis le début du confinement.

"Depuis toujours nos colonies de vacances sont apprenantes" commente Antoine Bretin, "et ce que je regrette c'est que nous avons demandé 70M€ pour mettre en place une caisse de compensation pour soutenir notre secteur après les annulations des voyages scolaires et que nous n'avons pas été entendus.

Et là, le gouvernement débloque 200 M€ qui seront répartis entre quelques grosses associations spécialisées.

Pourtant, pour certains enfants, les voyages scolaires seront aussi les seules fois où ils pourront découvrir de nouvelles destinations".

Un cahier des charges définitifs arrivé cette semaine

Ce que regrette surtout un autre opérateur, qui préfère lui rester anonyme : c'est le sentiment d'avoir été mis de côté.

"Gabriel Attal, Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse a clairement indiqué que les colonies apprenantes seront mises en oeuvre entre l'Etat, les Associations spécialisées et les collectivités.

Nous avons l'impression que le secteur marchand est mis à l'écart. Comme si en tant qu'entreprise nous ne pouvons pas nous soucier de l'éducation des enfants"
nous précise t-il.

Sabine Bonnaud de l'Unosel déplore aussi les délais très courts : "Nous avons eu le cahier des charges hier soir (mardi 9 juin 2020) à 19h. Les opérateurs devront s'y conformer pour recevoir le label nécessaire et être inscrits sur la plateforme dédiée qui sera mise en ligne cette fin de semaine. Et encore toutes ces étapes sont au conditionnel".

Pourtant l'UCPA est d'ores et déjà dans les starting-blocks. "Nous avons réduit nos offres classiques de colonies mais tout ce qui est proposé sur le site est disponible" précise Guillaume Légaut son directeur général.

Vacances apprenantes : 40 000 places disponibles à l'UCPA

Et sur les vacances apprenantes, l'association française a déjà annoncé l'ouverture de 40000 places dédiées au public des vacances apprenantes dont 10 000 à proximité des grandes villes, 10000 dans des centres dédiés aux adultes qui ont dû fermer et qui seront rouverts à la montagne et sur le littoral et 20 000 pour des jeunes en décrochage.

Guillaume Légaut répond à ceux qui pourraient critiquer le dispositif : "Les enfants ont payé cher cette crise avec l'arrêt de l'école et un impact très lourd pour les plus fragiles. Et l'Etat se mobilise.

Nous nous sommes préparés, nous sommes en lien avec l'UNAT et le ministère. Nous suivons le dossier depuis le départ. Le cahier des charges non définitif circulaient sur le web, sur des sites dédiés aux moniteurs depuis déjà le 20 avril 2020.

Nous avons commencé à travailler en amont, et nous nous sommes énormément mobilisés pour former les équipes et mettre en oeuvre tous les protocoles.

Nous avons travaillé 24h sur 24 et 7 jours sur 7, peut-être que certains se réveillent un peu tard."


Reste que le secteur des voyages jeunes et colonies de vacances ne sortira pas indemne de cette crise. Comme nous le confiait un autre patron du secteur avec amertume : "cette année c'est nous qui pourront partir en vacances... la perte d'activité sera importante : près de 80% !".

Espérons que les établissements scolaires et comités d'entreprise ne tardent pas trop à faire repartir la machine...

Céline Eymery Publié par Céline Eymery Rédactrice en Chef - TourMaG.com
Voir tous les articles de Céline Eymery
  • picto Facebook
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 3375 fois

Tags : ucpa, unosel, verdié
Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >




Dernière heure















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
CruiseMaG
CampingMaG
La Travel Tech
Partez en France
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

AirMaG Brochures en ligne CampingMaG CruiseMaG DMCmag
La Travel Tech Partez en France TourMaG Voyages Responsables Welcome to the travel