TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Corse : à Sant’Antonino, la Balagne agricole sur fond de mer scintillante...

75 maisons figées sur un piton granitique solitaire



En Balagne, le bourg domine les paysages splendides de Haute-Corse. Cité-éperon groupée en citadelle imprenable, Sant’Antonino incarne le village corse, passages étroits et maisons hautes. Des hauts massifs jusqu’à la Méditerranée, rien ne peut vraiment lui échapper.


Rédigé par Jean-François RUST le Samedi 1 Février 2020

Entré dans le club des « Plus Beaux Villages de France », Sant’Antonino joue indiscutablement dans la cour des grands - DR : Wikimedia Commons, Pierre Bona
Entré dans le club des « Plus Beaux Villages de France », Sant’Antonino joue indiscutablement dans la cour des grands - DR : Wikimedia Commons, Pierre Bona
Le visiteur ne mettra pas longtemps à comprendre pourquoi ce village possède un supplément d’âme, qui le distingue des autres.

Sant’Antonino, isolé et dressé sur les hautes terres de Balagne, est planté à 500 m d’altitude, maisons figées sur un piton granitique solitaire.

Pour s’y rendre, un seul accès, ou sinon des chemins muletiers. Sauf à être perdu, impossible d’y aller par hasard puisque la route s’arrête là.

Elle ne pénètre pas le cœur du village - les ruelles étroites ne le permettent pas.

En approchant de ce nid d’aigle depuis L’Île-Rousse, toute la Balagne se révèle : les panoramas insensés sur la Méditerranée, les versants agricoles jaunis par les étés torrides, les plantations d’oliviers serrées sur de minuscules terrasses, séparées de murets en pierre sèche, les tramizi - on en voit encore des vestiges.

Granit des montagnes corses

Avec, en arrière-plan, la scène granitique des montagnes corses.

Au 19e s., Sant’ Antonino était l’un des villages les plus agricoles de l’île. Céréales et arbres fruitiers (figuiers, amandiers) étaient cultivés et une quinzaine de moulins à huile fonctionnaient à plein.

Vigie, sentinelle, saillie, « citadelle imprenable »… tous les synonymes se bousculent pour décrire ce caillot de maisons que l’on découvre vraiment au pied de l’éminence, là où se trouve l’église paroissiale de l’Annonciade et sa chapelle de la Confrérie (17e s.).

75 maisons soudées

L’architecture des 75 maisons soudées les unes aux autres comme pour se garder d’ennemis extérieurs - ce qui n’empêchait pas les querelles entre clans - est sobre, patinée par les siècles, redoutablement enchevêtrée.

Le crépi s’est usé et découvre ce granit austère et fier des vieilles demeures familiales.

Avec leurs fenêtres étroites pour se calfeutrer des regards et leurs raides escaliers aux marches hautes, certaines s’élèvent sur quatre niveaux.

Quand les pièces ne suffisaient plus à abriter la descendance familiale, on construisait un étage supplémentaire.

La Balagne à 360°

Pour circuler entre ces vénérables maisons, ne rêvez pas d’avenues : des venelles étroites, des ruelles empierrées, des passages sous voûte… conduisent en un savant colimaçon jusqu’au faîte du village, où se trouve les vestiges de fortifications et d’un donjon.

La vue ? Exceptionnelle. La Balagne agricole s’ouvre à 360°, sur fond de mer scintillante au nord.

En grimpant la spirale de Sant’ Antonino, vous croiserez ce qu’on appelle le petit patrimoine rural.

Ici le four à pain, là l’ancien pressoir, ainsi que les chapelles Sainte-Anne des Bergers, au bas du village, et Lavasina, sur le versant ouest du piton.

Vous remarquerez aussi la présence de commerces de bouche - on mange bien sur ces terres de vieille agriculture ! - et artisanaux, le tourisme étant le nouveau moteur de l’activité.

Une centaine d’habitants

Un mot sur l’Histoire. Sant’ Antonino aurait été fondé au 9e s. par un dénommé Ugo Colonna, pour se défendre des invasions Mauresques.

Le village prend de l’ampleur au 14e s. mais n’est pas épargné par les conflits entre chefs de clans (les Capizzoni), ni avec les Français.

Au début du 19e s., il compte 360 habitants, contre une centaine aujourd’hui. Logiquement entré dans le club des « Plus Beaux Villages de France », Sant’Antonino joue indiscutablement dans la cour des grands.

Lu 2807 fois

Notez




Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
CruiseMaG
CampingMaG
La Travel Tech
Partez en France
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

AirMaG Brochures en ligne CampingMaG CruiseMaG DMCmag
La Travel Tech Partez en France TourMaG Voyages Responsables Welcome to the travel