TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e


Dernier vol pour Small Planet Airlines : la compagnie charter a déposé le bilan

Minée par les dettes accumulées en Allemagne et en Pologne



Minée par les dettes accumulées par ses filiales en Allemagne et en Pologne, la compagnie lituanienne spécialiste du charter et bien connue du marché français s'est déclarée, jeudi 13 décembre 2018, en faillite.


Rédigé par le Lundi 17 Décembre 2018

Après les déroutes de ses filiales allemandes et polonaises, la maison-mère de Small Planet Airlines, compagnie très utilisée par les tour-opérateurs français, a déposé le bilan © Small Planet Airlines FB
Après les déroutes de ses filiales allemandes et polonaises, la maison-mère de Small Planet Airlines, compagnie très utilisée par les tour-opérateurs français, a déposé le bilan © Small Planet Airlines FB
« Les vols Small Planet Airlines ne sont plus opérés.

Si vous aviez prévu de voler avec Small Planet Airlines, merci de contacter votre tour-opérateur pour une nouvelle réservation. Nous remercions sincèrement tous les passagers qui voyagent avec nous depuis plus de 10 ans ».


Voilà le seul texte que laisse dorénavant apparaître le site Internet de Small Planet Airlines, une compagnie qui connaissait ces derniers mois un climat financier agité.

La compagnie charter lituanienne, bien connue des tour-opérateurs français, a déposé, jeudi 13 décembre 2018, une demande d’ouverture de procédure de faillite devant le tribunal de Vilnius.

Ce dernier a refusé la proposition de restructuration déposée par la compagnie aérienne, qui s'était aussi vue, quelques jours auparavant, retirer sa licence de vol par l’autorité de l’aviation lituanienne.

Lire : Small Planet Airlines : une nouvelle compagnie en voie de disparition ?

Un avenir trop flou

« Les documents financiers soumis à la Cour ne répondaient pas aux exigences formelles et ne pouvaient pas être considérés comme des documents reflétant la situation financière réelle », a répondu la Cour à la demande de restructuration de Small Planet.

« La société n’a pas divulgué de données sur sa situation immobilière.

Les données fournies n’étaient ni claires ni complètes, il n’était pas possible d’estimer la valeur de la propriété en termes réels »
, poursuit la décision judiciaire.

Après la perte de sa licence, puis ce refus de restructuration, la compagnie n’a d’autre choix que de mettre la clef sous la porte.

« Notre objectif était de faire tout ce que nous pouvions pour continuer notre travail, malgré le fait que nous avions été sévèrement touchés par la perte de nos filiales allemandes puis polonaises », déclare de son côté Kristijon Kaikaris, la P-DG de Small Planet Airlines, par voie de communiqué, précisant que la compagnie avait fourni une lettre d’intention d’un investisseur ainsi que ses données et prévisions financières.

« Nous espérions pouvoir nous défendre de ces problèmes éventuels en entamant une restructuration. Mais le tribunal a pris une décision négative et ne l’a pas approuvé. Nous avons vraiment des questions à ce sujet (…) et ne savons pas comment le tribunal a procédé à de tels calculs », conteste-t-elle.

Lire : Redressement Small Planet Airlines : quelles implications pour les professionnels ?

Dettes et défauts techniques

A la suite de la faillite d’Air Berlin, en 2017, Small Planet avait prévu un vaste plan d’expansion en Europe de l’Ouest mais a vite été plombée par des dettes et des contretemps techniques, comme des retards dans la livraison d’avions.

La filiale allemande de la compagnie, la première en difficulté, s’est ensuite restructurée en Pologne.

Si les bénéfices de la compagnie s’élevaient à 3,4 millions d’euros en 2017, il a fallu les reverser dans ces branches allemandes et polonaises. Par un jeu de dominos financier, les pertes et dettes ainsi accumulées ont fini par peser trop lourd sur les activités de la maison mère en Lituanie.

D’après la presse lituanienne, 95% des actions de la filiale asiatique de Small Planet Airlines, qui opérait au Cambodge notamment pour le compte de grands tour-opérateurs européens, ont dans le même temps été transférées à des partenaires chinois.

Pierre Georges Publié par Pierre Georges Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Pierre Georges
  • picto Instagram
  • picto Twitter
  • picto email

Lu 3409 fois

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Hotel&LodgePRO.biz
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hotel&LodgePRO, Le trait d'union entre hôtelier et fournisseurs.

TourMaG.com DMCmag.com Hotel&LodgePRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips