TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Espagne : sur la trace de Francisco de Goya, à Saragosse

Une balade ponctuée par les œuvres du maitre, en Aragon



Occupée par les Ibères, les Romains, les musulmans et les chrétiens, Saragosse est la ville des quatre cultures au centre du bassin de l’Ebre où trois fleuves se croisent. Ce qui peut expliquer son rôle de ville phare où Francisco de Goya a passé son enfance, sa jeunesse et reçu son éducation. La capitale de l’Aragon célèbre cette année le 275e anniversaire de sa naissance.


Rédigé par Jean-Paul COMBE le Jeudi 11 Novembre 2021

La Basilique du Pilar, un joyau du baroque. Du sommet de la tour, on a la meilleure vue panoramique sur les quartiers de la cité, tandis que la place du Pilar présente un ensemble sculptural Fontaine, hommage à Goya - DR : Sitios de España
La Basilique du Pilar, un joyau du baroque. Du sommet de la tour, on a la meilleure vue panoramique sur les quartiers de la cité, tandis que la place du Pilar présente un ensemble sculptural Fontaine, hommage à Goya - DR : Sitios de España
Goya et la basilique sont les deux icones de Saragosse.

C’est dans cette cité, en l’an 40 que, selon les saintes écritures, la Vierge est apparue à Saint Jacques. En gage, elle a laissé un pilier (Pilar en espagnol).

Une chapelle a été construite autour de cette colonne. Elle sera remaniée au XIIe et XIIIe siècles devenant la majestueuse basilique de la Virgen del Pilar (Notre-Dame-du-Pilier) que l’on connait aujourd’hui.

Joyau baroque, l’édifice est le premier temple marial de la chrétienté. Bâti en 1681 sur les plans de Francisco Herrera le Jeune, remaniés par Ventura Rodriguez, la cathédrale comporte trois nefs aux proportions grandioses.

Entourées de chapelles, elles couvrent une surface considérable : un rectangle de 130m de long sur 65 m de large.

Elle domine la ville et sa campagne. Du sommet de la tour, on a la meilleure vue panoramique sur les quartiers de la cité, tandis que la place du Pilar présente un ensemble sculptural Fontaine, hommage à Goya.

Sa première œuvre majeure

En 1772, le maître a été chargé de peindre la voûte de Coreto de la Basilique « L’adoration du nom de Dieu » - DR : Sitios de España cédées par Zaragoza Turismo
En 1772, le maître a été chargé de peindre la voûte de Coreto de la Basilique « L’adoration du nom de Dieu » - DR : Sitios de España cédées par Zaragoza Turismo
En entrant dans l’édifice, on remarquera les fresques de Velasquez sur la coupole de la Capilla de Nuestra Senora ; mais, cependant, l’œuvre de Goya domine.

En 1772, le maître a été chargé de peindre la voûte de Coreto de la Basilique « L’adoration du nom de Dieu ».


Cette fresque est, semble-t-il, la première œuvre majeure réalisée à son retour d’Italie. Avec elle, il a fait la preuve de sa maîtrise de la technique de la représentation, même s’il ne fut pas rémunéré au juste prix.

Profitant de sa jeunesse, les maitres d’ouvrage lui donnèrent 15 000 réales contre 25 000 à Velasquez !

De l’œuvre il reste encore quelques esquisses et dessins préparatoires plus audacieux. Sur ces dessins le peintre envisageait une composition avec un grand contraste de lumière et de clairs-obscurs.

En 1780, il attaque son plus grand travail mural en Aragon : la Régina Martyrum, décoration d’une coupole de la nef nord de la basilique. C’est la première fois que Goya affronte une surface demi-sphérique. Et, là encore, ce coup d’essai est un coup de maître.

Musées et édifices, monastère

Goya colle à sa ville, de nombreux musées et édifices renferment des ouvrages réalisés par l’artiste.

La Collection Ibercaja-Musée Camón Aznar présente en permanence une série de gravures de Goya : copies de Velázquez, Caprices, Désastre de la guerre, Tauromachie, Taureaux de Bordeaux.

Le musée de Saragosse est installé dans un édifice bâti en style renaissance, en 1908, pour l’exposition hispano-française. Les salles consacrées à Goya montrent une anthologie de l’œuvre : antécédents et début, formation à l’académie, à l’école italienne, le peintre à Saragosse, estampes de copies de Velázquez et gravures sériées de lui-même.

A quelques encablures, dans le secteur rural de la cité, on trouve le cycle le plus étendu de l’œuvre de Goya à la Chartreuse Cartuja Aula Dei, un bel exemple de gothique tardif.

Chargé de la décoration de l’église, le maître a réalisé onze scènes de la vie de la Vierge et de l’Enfance du Christ sur les murs de la nef. Inspiré par l’école vénitienne, les personnages prennent le pas sur les paysages et l’architecture.

Autre chapelle, celle de la Virgen de la Fuente à Muel, où Goya a décoré les pendentifs de la coupole. Construit dans un joli parc au-dessus d’un barrage romain, l’édifice vaut le détour.

La maison natale

La statue de Goya, en couleurs, aux quatre coins de la ville - DR : J.-P.C.
La statue de Goya, en couleurs, aux quatre coins de la ville - DR : J.-P.C.
A une trentaine de kilomètres de Saragosse, Fuendetodos, village pittoresque aux maisons de pierres blanches.

Sur la façade de l’une d’elles une statue et une stèle commémorative : « Dans cette humble maison : naquit, pour l’honneur de la patrie et le miracle de l’art, Francisco de Goya y Lucientes ».

Après avoir été partiellement détruite, elle a été restaurée puis classée monument historique national.

Avec des meubles, des objets d’époque, des cadres et de la documentation graphique la demeure conserve son aspect rustique et sa simplicité.

A proximité, le musée de la gravure où l’on découvre quatre séries originales de Goya : folies, caprices, Désastres de guerre et tauromachie.

La salle Zuloaga, à coté de la maison natale, accueille des expositions temporaires. On a vu notamment des œuvres de Picasso, Miro, Gordillo, Plensa, Chillida, Arroyo, Saura, Mira…

Pour la bonne bouche

Le circuit Goya dans la ville, c’est encore la découverte de charmantes rues, placettes, cafés, bistrots, bar à tapas, terrasses qui vous tendent leurs fauteuils.

De tradition agricole, la région s’enorgueillit de quatre appellations d’origine contrôlée vinicoles (Calatayud, Campo de Borja, Carinena et Somontano - un vin de domaine Aylés) et six zones de vins de pays.

Ajoutons à cela cinq appellations : Jambon de Teruel, pêche de Calandra, huile du Bas Aragon, huile Sierra del Moncayo et oignons Fuentes de Ebro.

Ces produits se retrouvent à la table de tous les restaurants de la ville où on succombe au plaisir de déguster le fameux agneau de lait, cuit à feu très doux pendant des heures.

Impossible d’échapper à la tradition locale - voire nationale - des tapas de plus en plus diversifiées, de la classique variante anchois, aux charcuteries, calamars, crevettes en passant par les brochettes et croquettes. Symbole de convivialité, elles se dégustent un peu partout dans la cité.

Le quartier du Tubo, au cœur de la vieille ville est l’un des principaux points de rencontre des autochtones. Mais, c’est encore un passage obligé pour les visiteurs. Ils sont les bienvenus.

Un rendez-vous à ne pas manquer !

Repères

Le rituel de l’offrande des fleurs - DR : Tino Gil
Le rituel de l’offrande des fleurs - DR : Tino Gil
Festivités

Dans la semaine du 12 octobre, défilé grandiose de géants et nains en carton, procession du Rosaria de Cristal (carrosse illuminé de lanternes, concours de danses folkloriques en grandes tenues des terroirs, course de taureaux, rituel du don des fleurs.

Les festivités du Pilar ont retrouvé droit de cité, cette année, avec les précautions sanitaires d’usage.

Renseignements
Office de tourisme Espagnol
www.spain.info/fr
Tel : 01 45 03 82 54
www.zaragozaturismo.es

Y aller
Vol direct Ryanair au départ de Beauvais (navette au départ de la porte Maillot à Paris)

Se loger
Hôtel Alfonso 4****, Calle del Coso 15-19

En centre ville, dans le quartier du shopping, cet hôtel, avec salle de sport et piscine, est à 2 minutes de marche de l'arrêt de tramway Plaza España, à 10 minutes de la place du Pilar. 
www.palafoxhoteles.com/fr/hotels-saragosse/hotel-alfonso

Coup de cœur

Bodega de Tierra de Cubas
- Dans la campagne de Saragosse, à environ 50 km, on découvre le terroir de Cariñena, une appellation d'origine espagnole (DO) de l'une des plus anciennes zones de culture protégées d'Europe.

C’est une des nombreuses caves d’AOP où l’on goûte les vins en dégustation « didactique » en suivant les recommandations du guide œnologue après une visite commentée des vignes. Un déjeuner de tapas « Goyesques » est servi en guise de conclusion.

www.tierradecubas.es

Bonnes adresses

- Routes des Tapas Goya
: www.cafesybarres.com/la-ruta-de-la-tapa-de-goya/

- Albarracin : une cuisine gastronomique locale créative et contemporaine.
www.parrillaalbarracin.com

- Tajo Bajo : une côte de bœuf cuite très lentement, à basse température, aussi originale que fameuse. Une bonne sélection de vins aragonais.
www.grupovaquer.com/fr/portofolio/restaurante-tajo-bajo

- Aura : au bord de l’Ebre, une cuisine façon nouvelle dans un décor avant-gardiste.
www.aurarestaurante.com

- Basho Café Gastro pub : au rendez-vous des Tapas « Goyas » accompagnées d’un vin pour une étape.
www.bashogastro.com

Lu 2451 fois

Notez

Dans la même rubrique :
< >







QUARTIER LIBRE
vous offre

































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias